Home / International / Europe / Les élections européennes vont-elles ébranler le « projet européen » ?

Les élections européennes vont-elles ébranler le « projet européen » ?

Photo: WikimediaCommons

Est-ce un choix entre le nationalisme et l’Europe ? Entre l’extrême droite et les droits démocratiques ? Ou se cache-t-il d’autres enjeux ?

Partout en Europe, les politiciens et les partis politiques ont commencé leur campagne pour l’élections du Parlement européen en mai. Les sondages d’opinion indiquent la fin de la « grande coalition » conclue entre le PPE (Parti populaire européen) et les sociaux-démocrates (S&D). Ce sont surtout ces derniers qui s’inquiètent des élections, car ils pourraient perdre encore plus de soutien et connaître un creux historique. Cela pourrait entraîner des crises au sein des partis au pouvoir et/ou des gouvernements dans divers pays européens.

Par Sonja Grusch, SLP (section autrichienne du Comité pour une Internationale Ouvrière)

La probable percée des partis populistes et des partis d’extrême droite effraie beaucoup de monde, en particulier les jeunes. Leur renforcement est également un problème pour les classes dirigeantes européennes. Non pas en raison d’un problème fondamental avec leurs positions racistes, sexistes et antidémocratiques, mais parce que la fin de la « grande coalition » et la montée de l’extrême droite peuvent accroître l’influence de la Russie et peuvent, avec l’aggravation du conflit entre l’UE et les Etats-Unis, accélérer les tendances « centrifuges » au sein de leur « projet Européen ».

Le contexte économique de la crise

Cette crise de l’UE survient dans le contexte économique difficile et de crise des institutions politiques qui en découle. Les effets de la crise économique de 2007 n’ont pas été surmontés et la reprise si applaudie ne s’est pas étendue à des couches plus larges de la société. La faible reprise touche déjà à sa fin, ce qui place la classe dirigeante dans une position inconfortable.

Les prévisions de croissance économique sont loin d’être optimistes, surtout en raison de la faible performance des grandes économies comme l’Allemagne, pour laquelle l’OCDE a dû réduire de moitié ses prévisions, la France et encore plus l’Italie qui entrera très probablement en récession en 2019. L’insécurité par rapport à la Grande-Bretagne et au Brexit, qui pourrait avoir des effets de grande ampleur sur l’UE et l’euro, est un autre facteur inquiétant pour les classes dirigeantes européennes.

Les représentants sérieux du capitalisme savent qu’ils ne peuvent promettre des dépenses publiques plus élevées afin de gagner des voix. Ils sont conscients de la colère croissante et craignent les protestations et les luttes de classe à venir. Les débats houleux se poursuivent derrière les portes closes pour savoir comment ou si une récession pourrait être reportée par le biais d’interventions. Toutefois, ils sont aussi conscients ça sera encore plus difficile qu’en 2007, car la dette s’est aggravée.

Le retour du nationalisme reflète les besoins économiques, l’opposition à l’UE et l’absence d’une gauche qui offre une véritable alternative socialiste.

Les capitalistes sont piégés par leurs propres besoins contradictoires. L’UE a toujours eu diverses fonctions pour le capitalisme européen. Il vise à fournir un cadre pour la mise en commun des ressources afin de renforcer l’impact collectif des États membres face aux autres blocs économiques, comme les États-Unis et à l’origine le Japon, puis, vis-à-vis de la Chine et, pour des raisons géopolitiques, de la Russie. Cela se reflète dans les débats sur la création d’une armée européenne et les tensions accrues avec les Etats-Unis. Bien que ces dernières soient présentées comme un conflit avec « Mad » Trump, c’est avant tout dû au contexte économique, mesures protectionnistes et aux intérêts impérialistes concurrents. Une autre fonction de l’UE est de maintenir l’Europe de l’Est et les Balkans sous son contrôle.

Enfin et surtout, l’UE est une arme qui peut être utilisée contre la classe ouvrière européenne afin mettre en œuvre les mesures « nécessaires » au maintien de la compétitivité de chaque Etat, ainsi que du capitalisme européen. En période de croissance économique, la pression concurrentielle entre les intérêts nationaux au sein de l’UE peut être reléguées au second plan. Mais, au moins depuis le début de la crise économique de 2007, ils sont revenus.

L’UE a toujours été un compromis entre les intérêts nationaux qui prendrait fin – dans sa forme actuelle – si le prix de ces compromis devait l’emporter sur les avantages. La question de savoir quand ce point sera atteint dépend des divers intérêts économiques des différents capitalistes. La croissance du nationalisme parmi les classes dirigeantes n’est que le reflet du fait que le capital, tout en opérant au niveau international, est généralement lié à son propre État-nation. Le fait que divers partis dans un certain nombre d’Etats membres se dirigent vers une protection nationaliste ne représente pas des différences idéologiques, mais des intérêts économiques concurrents.

Les partis qui compose le PPE et en particulier ceux du bloc social-démocrate craignent que le renforcement des forces d’extrême droite et populistes n’accélère les forces centrifuges au sein de l’UE. La Russie accroît son influence grâce à des liens politiques et économiques avec des partis et des gouvernements d’extrême droite comme le FPÖ autrichien qui a signé un traité d’amitié de cinq ans avec la « Russie unie » de Poutine en 2016. La Lega italienne bénéficierait d’un accord pétrolier très rentable avec Rosneft. La Hongrie sera le nouveau siège de la Banque internationale d’investissement (IBB) russe qui, en retour, financera certains des projets du Premier ministre Orban. Il est important pour la classe dirigeante russe de renforcer son influence en Europe, non seulement pour se débarrasser des sanctions liées au conflit Ukraine/Crimée, mais aussi pour des raisons politiques et économiques plus larges. L’influence accrue que la Chine tente d’exercer en Europe par le biais des Balkans et via la « Nouvelle route de la soie  » inquiète également les classes dirigeantes basées en Europe.

La social-démocratie remplace la classe ouvrière par l’UE

Avec leur bourgeoisification, les partis sociaux-démocrates ont trouvé leur nouveau mantra au sein de l’UE dans la représentation des intérêts du capital. En perdant leur base sociale et leur lien avec la classe ouvrière, presque tous les dirigeants sociaux-démocrates ont abandonné toute référence aux luttes et ont transformé leur idéologie réformiste en l’idée qu’un capitalisme ordonné et fonctionnel serait le meilleur pour tous.

Ils font valoir qu’un gâteau plus gros entraînerait une part plus importante pour les couches les plus pauvres de la société, même si la part ne change pas. Pour les dirigeants sociaux-démocrates, l’UE et les instruments à sa disposition sont devenus une poule aux œufs d’or. Alors que la social-démocratie traditionnelle perdait de l’influence à l’échelle nationale dans un certain nombre de pays, l’UE et son Parlement est devenue encore plus importants. De nombreux dirigeants syndicaux sont allés plus loin en se tournant vers l’UE pour obtenir des réformes.

Une logique similaire s’applique à d’autres partis « progressistes » comme les Verts, ainsi qu’aux tendances ouvertement néolibérales. Ce concept pourrait être en danger s’il n’y a pas de majorité pour le PPE et le bloc S&D après les prochaines élections. Ainsi, même s’ils utiliseront une certaine rhétorique de gauche sociale dans la campagne, leur orientation principale est de maintenir l’UE. Ils exagéreront le rôle du Parlement européen qui n’est pas la locomotive de l’Europe, mais a une forte fonction de propagande. Si le statu quo ne peut être maintenu en raison de la croissance des formations de droite, nationalistes et populistes, l’avenir de leur projet européen sera en danger.

Le soutien croissant aux différents partis populistes reflète principalement l’aliénation croissante face à la situation actuelle dans chaque pays et dans l’UE en tant que telle. Les élections européennes seront également un test pour diverses nouvelles formations politiques de droite et de gauche qui ont bénéficié de l’aliénation générale au cours de la période récente, mais qui ont intégré l’establishment et sa politique. La déception face au développement de ces formations, comme dans le cas de Syriza, mais aussi de La République En Marche de Macron augmentera le rejet de la politique et sera un facteur de complication pour les projets de la gauche dans le futur.

Les valeurs européennes ?

L’UE a toujours été vendue à coup de propagande sur son projet de paix, d’instrument de stabilité sociale et de démocratie, bien qu’elle ne l’ai jamais été ! Mais avec les attaques toujours plus agressives contre les droits démocratiques de la part des gouvernements de droite d’Europe de l’Est et la menace de victoires électorales pour les organisations antidémocratiques d’extrême droite, une partie des classes dirigeantes en Europe retourne, pour des raisons de propagande, à l’argument de « défense de la démocratie » (tout en attaquant les droits démocratiques, en même temps).

Les principaux thèmes sur lesquels l’extrême droite se concentre sont la « sécurité » et les migrants. En l’absence d’une critique de gauche du caractère capitaliste et antidémocratique de l’UE, ce sera l’opposition d’extrême droite ainsi que les partis gouvernementaux, comme Fidesz en Hongrie ou la Lega en Italie qui vont battre le tambour raciste et combiner la critique de l’UE avec le nationalisme.

Orban affirme que « l’époque de la démocratie libérale a pris fin » et, en un sens, c’est plus honnête que ce qu’affirment les soi-disant défenseurs libéraux de la démocratie. L’autoritarisme d’Orban n’empêche pas des entreprises comme BMW, Daimler, Continental, Bosch, Thyssenkrupp, Schäffler et Siemens d’investir des milliards en Hongrie. Il est vrai que les gouvernements de droite, comme ceux de Pologne et de Hongrie ont pris des mesures pour accroître leur emprise sur les médias et amener l’appareil d’État, en particulier le système judiciaire, sous leur contrôle total. Mais nous ne devons pas oublier que la France a également maintenu l’état d’urgence pendant deux ans.

Les manifestants réclamant l’indépendance sont attaqués et traduits en justice, comme en Catalogne par l’État espagnol. Les États membres et l’UE elle-même ont pris part à des conflits militaires. L’UE finance également des dirigeants dictatoriaux et corrompus dans le nord de l’Afrique. Sa politique de « Europe forteresse » provoque chaque jour la mort de réfugiés à ses frontières. En même temps, les dirigeants de l’UE parlent de « nos valeurs » qui doivent être « défendues ». L’austérité brutale imposée à la Grèce par l’UE et la Troïka (FMI, UE et Banque mondiale), ainsi que la politique anti-travailleurs et anti-syndicale de l’UE et des gouvernements nationaux qui la composent ont démenti la propagande sur une « Europe sociale ». L’UE, ses institutions et même certains aspects du système capitaliste ont perdu beaucoup d’autorité. La répartition de plus en plus inégale de la richesse et l’enrichissement des plus riches tandis que les travailleurs souffrent de coupes budgétaires ont contribué à démasquer « l’union sociale ». Cela se traduit par une baisse de la participation aux élections européennes, qui est passée de près de 2 électeurs éligibles sur 3 en 1979 à un peu plus de 40 % en 2014. Elle se reflète également dans l’ambiance générale anti-élite et anti-système qui blâme, à juste titre, l’UE pour les résultats de ses politiques (bien que les gouvernements nationaux en soient également responsables).

Les classes dirigeantes européennes sont conscientes qu’une réduction des coûts de l’itinérance pour les téléphones mobiles à travers l’UE ne suffit pas à convaincre des couches plus larges de la société des avantages de l’UE, compte tenu des coupes budgétaires imposées et des atteintes brutales aux droits démocratiques dans l’UE. C’est pourquoi ils doivent insister davantage sur la question des « valeurs ». Il est fort probable que la campagne électorale pour le Parlement européen sera présentée comme une bataille entre le nationalisme populiste d’un côté et les défenseurs de la démocratie de l’autre.

Pour défendre leur projet économique européen, les classes dirigeantes utilisent la peur de la montée de l’extrême droite. Les sondages d’opinion situent l’AfD allemand entre 10-16% et placent le Rassemblement National (ex-FN) en France en tête. Une étude du Conseil européen des relations extérieures (ECFR) s’attend à ce que les différents partis populistes droite et d’extrême droite obtiennent entre un quart et un tiers des sièges du futur Parlement européen.

Quelle position les socialistes devraient-ils adopter ?

L’état d’esprit par rapport à l’UE est pour le moins mitigé et confus. C’est ce qu’a montré le vote du Brexit qui comportait un fort élément de révolte sociale de la classe ouvrière contre les politiques d’austérité et l’UE des patrons. Le Socialist Party (CIO en Angleterre et au Pays de Galles) appelle à un Brexit en faveur des travailleurs ; il met en avant que la solution n’est pas un capitalisme plus ou moins européen, mais la lutte des travailleurs et des syndicats contre l’austérité et le capitalisme. Si Corbyn demandait un Brexit dans l’intérêt des travailleurs et que les syndicats luttaient contre toutes les mesures d’austérité, les travailleurs, y compris ceux qui ont déjà voté pour des partis de droite, seraient attirés par cette approche. Le programme d’austérité de la droite conservatrice crée les conditions pour la croissance des partis populistes de droite. En mettant fin à tout nouveau compromis avec les parlementaires et les conseillers travaillistes blairistes, en mobilisant la classe ouvrière et la jeunesse au travers de slogans anti-austérité et socialistes clairs, Corbyn peut couper la voie aux forces populistes de droite.

Il existe des attitudes anti-ouvrières parmi certains militants progressistes. Ils peignent une image méprisante de la classe ouvrière furieuse contre l’UE et considèrent que voter pour des partis populistes et/ou d’extrême droite est « stupide » et montre un manque « d’éducation ». Au lieu de faire campagne pour des organisations ouvrières qui défendent réellement les intérêts de la classe ouvrière, ces militants se réfugient dans cette « explication » pyramidale qui ignore l’effet négatif des partis dits de gauche qui ne font que gérer le capitalisme et les dirigeants syndicaux qui ne sont pas prêts à lutter. Il en résulte une logique du « moindre mal », c’est-à-dire l’appel au vote pour des partis sociaux-démocrates ou verts (ou des partis « progressistes » pro-UE similaires). Cette stratégie signifie la poursuite des mêmes politiques qui ont permis à l’extrême droite d’obtenir son soutien en premier lieu !

Mais nous devons également tenir compte du fait que la jeune génération a grandi dans l’UE et que certains d’entre eux sont trop jeunes pour être conscients des coupes brutales de la troïka en Grèce qui ont commencé au début de cette décennie. Cette génération a appris dans les écoles et les universités que l’UE est un projet pour la paix et d’harmonie. Ils voient les faiblesses de l’UE, mais considèrent aussi de manière confuse la notion d' »Europe » comme progressiste et internationaliste. Des centaines de milliers de jeunes et de travailleurs voyagent, étudient et bossent dans d’autres pays européens et bénéficient donc de cet aspect de l’UE. Ainsi, les initiatives « pro-européennes » trouvent un certain écho auprès d’une couche similaire de jeunes « instruit » favorables à l’idée d’une Europe unie. D’autres, en particulier la jeunesse, sont de plus en plus aliénés par l’UE en raison de sa politique anti-réfugiés brutale. Ils voient que l’UE, au lieu de prendre des mesures contre le changement climatique, préfère répondre aux besoins des grandes entreprises, en particulier de l’industrie automobile.

Les votes exprimés par une partie frustrée de la population européenne en faveur de partis populistes, souvent d’extrême droite, et le vote « moins malfaisant » d’une partie plus jeune de la population, en particulier pour les partis « progressistes » sont les deux faces d’une même médaille : ils sont, en partie, le produit d’un manque de véritables organisations ouvrières de lutte dans différents pays et à l’échelle européenne, avec une politique clairement anti-capitaliste, anti-raciste et un programme socialiste.

Une Europe de lutte

Nous n’avons aucun espoir ou illusion dans le projet capitaliste de l’UE. Mais notre solution ne réside pas dans l’État-nation. C’est pourquoi nous soutenons la lutte pour l’autodétermination en Écosse et en Catalogne, dans le cadre de la lutte contre l’austérité. Nous lions cela à la nécessité de rompre avec le capitalisme et de mettre en avant la demande des fédérations socialistes dans ces régions et dans l’ensemble de l’Europe. Depuis 2007, dans toute l’Europe, des mobilisations prennent place : manifestations, grèves et même grèves générales contre les politiques d’austérité. Ces dernières années, les manifestations contre le racisme et le sexisme se sont multipliées. Plus récemment, une nouvelle génération de jeunes s’est mobilisée autour de la question du réchauffement climatique qui a donné lieu à de grandes protestations, avec l’adoption de la méthode de la classe ouvrière de la grève le 15 mars.

L’UE et ses institutions ne sont, à juste titre, pas considérées comme un instrument permettant de résoudre ces questions. Les socialistes ne doivent pas laisser ceux qui sont en colère contre l’Europe des patrons et sa politique de coupes aux mains de l’extrême droite opportuniste. Et nous ne devons pas laisser ceux qui veulent lutter contre les dangers antidémocratiques et racistes aux forces libérales et petites-bourgeoises pro-UE. Nous défendons tous les droits démocratiques pour lesquels la classe ouvrière s’est battue, mais notre réponse n’est pas l’UE et ses structures antidémocratiques.

Nous défendons les droits sociaux et démocratiques des travailleurs. Cela signifie que nous exigeons plus d’argent pour le secteur de la santé et de l’éducation. Nous exigeons une réduction du temps de travail hebdomadaire et, en même temps, une augmentation des salaires. Nous exigeons que la richesse soit prise aux riches pour répondre aux besoins de la classe ouvrière et de la jeunesse. Nous nous battons pas seulement pour une plus grande part du gâteau, mais pour « toute la boulangerie ». Nous exigeons des droits démocratiques qui ne se limitent pas à des élections à quelques années d’intervalle, mais qui confèrent un réel pouvoir sur les richesses de la société à ceux qui les produisent.

L’UE, ses partis et ses institutions ne sont pas des outils pour mettre fin au racisme et à la croissance de l’extrême droite, car l’UE fait partie du problème et non de la solution. Nous luttons contre l’Europe des patrons, contre les coupes budgétaires, le racisme et l’extrême droite. Cela signifie la fin de cette UE, de ses institutions et de sa politique de coupe et de distribution de la richesse des pauvres aux riches. Nous exigeons l’égalité des droits pour toutes les personnes vivant en Europe, la fin de la forteresse Europe et que les richesses des super-riches soient utilisées pour permettre une vie décente pour tous.

Nous luttons pour une Europe socialiste unie, gérée démocratiquement et construite sur une base volontaire. Cela signifie que notre solution aux problèmes en Europe ne réside pas dans les États-nations, mais dans le pouvoir des travailleurs de diriger et de contrôler l’économie et la société, sur la base des besoins et non des profits.

Nous sommes conscients que cela semble une chimère pour beaucoup. Mais la notion d’une Europe véritablement démocratique, pacifique et sociale sous le capitalisme n’est-elle pas véritablement l’option utopique, étant donné la nature et les contradictions du capitalisme ?

Vu la force de l’extrême droite dans les sondages d’opinion, on peut se demander comment cela pourrait être réalisé. N’oublions pas qu’après la crise économique de 2007, la première réaction de la classe ouvrière et de la jeunesse a été de résister aux politiques d’austérité capitalistes. Il y avait une ouverture énorme pour la gauche, pour les solutions socialistes. Seule la capitulation de diverses forces de gauche, comme Syriza en Grèce, à la « logique » du capitalisme et à leur trahison vis-à-vis de la classe ouvrière, a jeté les bases pour que l’extrême droite grandisse.

En 2016, lorsque des centaines de milliers de réfugiés désespérés sont arrivés en Europe, la première réaction des masses a été de les aider. Ce n’est que lorsque la gauche et les forces syndicales n’ont pas apporté de réponse sur comment financer les besoins des personnes qui dépendent de l’aide (ou des réponses limité  à un appel moraliste, comme l’UE l’a également fait) que l’extrême droite a commencé sa percée. Le fait que les dirigeants syndicaux, partout en Europe, défendent l’UE malgré son projet politique de privatisation, de déréglementation et de réduction de l’Etat-providence (ou de ce qu’il en reste) a donné à l’extrême droite la possibilité de combler ce vide.

Une lutte réussie contre l’extrême droite ne doit pas se limiter à des appels aux « valeurs européennes ». Elle a besoin d’un changement fondamental dans l’attitude des syndicats vis-à-vis de l’UE et de la manière dont ils luttent pour les intérêts de la classe ouvrière. Ce combat exige des organisations et des partis de gauche, socialistes et populaires qui ne tombent pas dans le piège de défendre l’UE comme un « moindre mal » à l’extrême droite, mais qu’ils adoptent une position de classe indépendante. Cela nécessite des forces socialistes qui lient la lutte contre l’extrême droite à la lutte contre le capitalisme et pour des États socialistes volontaires, démocratiques et unis d’Europe.