Home / Edito - à la une / Le PSL a envoyé une lettre au PTB pour les prochaines élections

Le PSL a envoyé une lettre au PTB pour les prochaines élections

Les élections du 26 mai prochain verront une progression importante du nombre d’élus du PTB dans les différents parlements. Pour le monde du travail, il s’agira d’un pas important en avant auquel le PSL souhaite contribuer. Nous avons donc écrit à la direction du PTB pour lui proposer notre collaboration.

Par Bart Vandersteene

“Tout d’abord, félicitations pour vos résultats aux élections communales d’octobre 2018. Le PTB a obtenu ses premiers sièges dans un certain nombre de villes centrales flamandes. Vous avez fait une véritable percée à Bruxelles et dans les principales villes wallonnes. Il s’agit d’un pas en avant important pour donner une traduction politique aux mouvements sociaux.

‘‘Vous savez que, dans la mesure de leurs possibilités, les sections et membres du PSL/LSP ont fait campagne pour obtenir le score le plus élevé possible en faveur des listes PTB/PVDA. A Keerbergen et à Saint-Gilles, nous avons participé à des listes plus larges d’opposition de gauche qui ont obtenu des scores respectables. Vous connaissez notre opinion : le score aurait pu être encore meilleur si le PTB/PVDA avait considéré comme étant sa tâche de réunir les différents mouvements de la gauche conséquente et les nombreux syndicalistes et activistes de gauche indépendants.

‘‘Le défi pour les prochaines élections législatives, aux niveaux européen, fédéral et régional, est encore plus grand. La crise du capitalisme et sa politique d’austérité ont provoqué beaucoup de colère et de résistance. Immédiatement après sa création, Michel 1er a été confronté à un mouvement de grève historique. Ce mouvement avait le potentiel de faire tomber le gouvernement et ses partis. Depuis, la résistance n’a jamais vraiment cessé, mais la question s’est posée de savoir quelle alternative s’offrait à nous en cas de chute de ce gouvernement. Le thème sécuritaire a été soulevé après les attentats de novembre 2015 en France et en particulier ceux du 22 mars 2016 en Belgique afin de détourner consciemment l’attention de la profonde crise sociale. La crise des réfugiés a également été utilisée par les partis de droite pour détourner toute l’attention politique des thèmes sociaux cruciaux. L’effet de tout cela peut être limité si le mouvement organisé des travailleurs parvient à mettre la lutte de classes à l’agenda au moyen de fortes mobilisations et de la défense d’un projet alternatif pour la société.

‘‘Les formes profondes d’exploitation, à travers la pression croissante au travail et la baisse du pouvoir d’achat, ont donné, ces dernières années, un nouvel oxygène à la résistance sociale. Il y a un siècle, le socialiste américain Eugène Debs disait : ‘‘Je m’oppose à un ordre social qui permet à un être humain de recueillir une fortune de millions de dollars en ne faisant rien d’utile, alors que des millions de femmes et d’hommes travaillent dur chaque jour et ont à peine assez pour mener une existence misérable.’’ Beaucoup de personnes se reconnaissent dans ces paroles, de plus en plus de gens y reconnaissent l’essence de notre système capitaliste.

‘‘De plus, les fantastiques mobilisations de la jeunesse expriment une grande colère face au refus des partis politiques classiques de s’en prendre à la racine du problème climatique.

‘‘La prochaine campagne électorale portera-t-elle sur le sécuritaire et les réfugiés, les graves manques de moyens de notre société étant placés dans ce contexte ? Ou bien alors l’attention sera-t-elle concentrée sur l’impact de l’accaparement des richesses mondiales par une infime couche d’ultra-riches ? La concentration de richesses sans précédent révèle les contradictions du système. Jamais auparavant l’humanité n’a eu une plus grande capacité à résoudre tous les problèmes cruciaux auxquels elle fait face. Jamais auparavant il n’a été aussi évident que cela n’était pas possible à cause du régime capitaliste de propriété privée des moyens de production, ce qui permet à une grande partie de la valeur produite de s’écouler vers l’élite capitaliste.

‘‘Une réponse de gauche claire et sans équivoque en faveur d’une alternative socialiste à cette folie peut frapper les esprits dans la lutte sociale et au moment des élections. Il existe de nombreux exemples internationaux qui ont récemment montré qu’une alternative combative et ambitieuse contre l’austérité peut compter sur un soutien large et enthousiaste.

‘‘En Belgique, la N-VA menace d’agiter le spectre communautaire, pendant et après les élections. Selon elle, le caractère ingouvernable du pays repose sur l’existence de deux réalités différentes. Les postiers wallons, les bagagistes bruxellois de Zaventem et le personnel flamand de Proximus, par exemple, ont cependant bien plus en commun ensemble qu’avec leurs mondes politiques traditionnels respectifs ou avec l’élite capitaliste qui parlent leur langue.

‘‘Nous sommes tout comme vous convaincus qu’un bon score pour le PTB en Wallonie et le PTB/PVDA à Bruxelles est tout à fait possible. Mais le potentiel est également croissant en Flandre en faveur d’une voix politique de gauche conséquente.

‘‘Le SP.a et le PS ont tous deux subi de sérieuses pertes ces dernières années, leur crédibilité est à juste titre remise en cause auprès des électeurs de gauche. Groen et Ecolo tentent d’en tirer profit en se présentant comme les nouveaux leaders de ce qu’ils considèrent comme la ‘gauche’’. Après les élections communales, ils ont montré une fois de plus qu’ils n’ont aucun problème avec la politique libérale classique. Sans tarder, ils sont entrés dans toutes sortes de coalitions locales avec le MR, l’Open VLD, le CDH ou la N-VA.

‘‘Nous devons nous engager dans l’important combat visant à assurer que le PVDA obtienne également de bons résultats en Flandre et que plusieurs députés arrivent aux parlements flamand et fédéral. De cette façon, nous pouvons répondre à ceux qui prétendent que les différences de score démontrent qu’il y a deux réalités différentes dans notre pays.

‘‘Le PSL/LSP s’est engagé à renforcer les résultats du PTB/PVDA, avec notre propre vision et un programme où nous défendons la nécessité d’une transformation socialiste de la société. Bon nombre de vos membres connaissent les nôtres en tant que syndicalistes et militants respectés. Souvent, ils se tiennent côte à côte dans la lutte. La meilleure manière pour nous de contribuer à votre campagne est de déposer des candidats du PSL/LSP qui peuvent offrir une réelle valeur ajoutée à vos listes et donner la meilleure motivation à nos membres pour travailler à l’obtention du meilleur résultat possible.

‘‘Aux dernières élections communales, nous vous avons tendu la main de façon similaire. Cela a cependant été refusé. Nous espérons que vous serez en mesure de réévaluer cette attitude et que vous considérerez cette lettre et la proposition que nous y faisons comme une contribution constructive à la lutte pour une alternative de gauche conséquente. Nous attendons votre réponse avec impatience.’’

30 & 31 mars. SOCIALISME 2019 : du ras-le-bol à la riposte !

  • Programme complet & informations pratiques
  • 16h – 18h : Parmi les ateliers de discussion : « PTB : Tirer les leçons de Zelzate, Molenbeek et Charleroi pour un gouvernement de la taxe des millionnaires »
  • 16h – 18h : Parmi les ateliers de discussion : Théorie : « Socialisme utopique et socialisme scientifique »
  • 19h – 20h30. Meeting « Stoppons l’austérité ! Vers un gouvernement de la taxe des millionnaires ? » Avec Stéphane Delcros membre du bureau executif du PSL, Ruth Coppinger députée irlandaise – Solidarity & Bart Vandersteene, porte-parole du PSL