Home / Social / Ecologie / Une journée d’action massive pour le climat

Une journée d’action massive pour le climat

La journée internationale de grève pour le climat de ce 15 mars fut historique : à travers le monde, des dizaines de milliers de jeunes sont descendus dans la rue pour exiger que de véritables mesures soient prises contre le réchauffement climatique. Des centaines de milliers d’autres partagent leurs inquiétudes et leur colère. En Belgique, l’appel à la grève a reçu le soutien de diverses structures syndicales. La manifestation de masse qui a déferlé dans les rues de Bruxelles ne s’est donc pas limitée à la jeunesse, on y trouvait des gens de tous âges. Selon la police, 30.000 personnes étaient au rendez-vous.

Reste à savoir maintenant comment poursuivre la lutte. Dans le tract des Etudiants de gauche Actifs (EGA), nous avons souligné la nécessité d’ancrer les mobilisations au niveau local. Dans un certain nombre de villes, il y a eu de grandes manifestations le matin, avant de partir vers Bruxelles. Après plus de 10 semaines de mobilisation déjà, la volonté d’agir reste intacte ! Mais il nous faut un plan d’action capable de nous porter encore plus loin.

Dans le même temps, la question se pose de savoir quel changement de système nous voulons et comment y parvenir. L’establishment capitaliste essaye de limiter les revendications en matière de climat à des taxes antisociales, alors que les jeunes réclament depuis des semaines un véritable changement de système. Il est nécessaire de débattre des revendications du mouvement, et nous avons déjà fait quelques propositions. Pour débattre des actions à mener et de nos revendications, organisons-nous collectivement avec des comités d’action dans les écoles, les facultés, les lieux de travail,…

Nous vivons dans un monde où seul compte le profit. Ce qui est nécessaire pour le climat et l’environnement est impossible pour le capitalisme et ses politiciens : “cela nuit à la concurrence”. Seules 100 entreprises sont responsables de 71 % des émissions depuis 1988. C’est à elles qu’il faut s’en prendre. C’est pourquoi les Étudiants de Gauche Actifs sont une organisation anticapitaliste. Notre alternative, c’est une société socialiste démocratique dans laquelle la collectivité (et pas les milliardaires!) décide démocratiquement de ce qui est produit et de quelle manière !

Rejoignez-nous !

Reportage-photos de Liesbeth