Home / Edito - à la une / Il faut organiser une offensive antifasciste contre l’extrême droite !

Il faut organiser une offensive antifasciste contre l’extrême droite !

Manifestation anti-NSV à Louvain en mars !

L’extrême droite passe à l’offensive. La « Marche contre Marrakech » du 16 décembre a constitué la plus grande manifestation d’extrême droite dans notre pays depuis des années. Elle a été suivie d’une manifestation à Ninove le 3 janvier avec à nouveau plus de 1000 participants. Chaque fois, l’initiative est venue du Vlaams Belang et de Schild&Vrienden, dont le caractère néo-nazis a été publiquement dévoilé en septembre dernier. À chaque fois, la mobilisation a été renforcée par la N-VA : Francken a explicitement soutenu la « Marche contre Marrakech » et à Ninove, le membre de la N-VA qui a rendu possible une coalition sans l’extrême-droite a immédiatement été exclu du parti. Cette sanction n’avait, par contre, pas été imposée auparavant aux membres de Schild&Vrienden dans la N-VA !

Plateforme de la campagne Blokbuster et des Syndicalistes contre le fascisme

Si l’extrême droite a une plus grande confiance en elle, cela conduira nécessairement à une violence accrue contre les minorités et les travailleurs. La mobilisation de l’extrême droite est encore limitée, certainement comparée aux manifestations syndicales ou à la marche pour le climat, mais elle augmente. Si nous ne réagissons pas, l’extrême droite tentera de faire taire quiconque a l’air différent ou pense différemment. Ne laissons pas cela se produire ! Une résistance active est nécessaire.

Pour ne pas avoir à parler de sa politique antisociale désastreuse en matière de pouvoir d’achat ou de pensions, la N-VA a dévié l’attention sur le Pacte migratoire, pourtant non contraignant et particulièrement vague. L’objectif était clair : concentrer le débat public uniquement sur les réfugiés sans prendre ses derniers en considération. C’est ainsi que la N-VA espère gagner les élections de mai. Le mécontentement de larges couches de la population face à la baisse du pouvoir d’achat (pensez aux Gilet jaunes) ou aux catastrophes climatiques (comme l’illustre le mouvement actuel pour le climat) est tout bonnement ignoré et discrédité. Cependant, ce ne sont pas les réfugiés qui attaquent notre sécurité sociale ou qui refusent de prendre des mesures sérieuses en matière de climat : ce sont les politiciens établis qui défendent les intérêts des grandes entreprises. Ils prétendent que les migrants menacent notre prospérité, alors que cette menace vient de l’avidité des 1% les plus riches. C’est la politique de guerre et de pillage néocolonial – défendue par la droite et l’extrême droite (rappelez-vous le slogan « Mains coupées, le Congo est à nous » de Schild&Vrienden) – qui cause la crise des réfugiés. Si on regarde de ce côté-là, c’est la cause que l’on trouve et non la solution.

Dix ans après la récession de 2008, une nouvelle crise économique se profile. Entre-temps, le système est de plus en plus discrédité. Après des années de coupes budgétaires, les travailleurs et leurs familles n’ont pas confiance en un avenir meilleur. Il n’est donc pas surprenant dans ce contexte qu’une instabilité politique s’installe avec l’émergence de populistes tels que Trump ou Bolsonaro. Avec une rhétorique de division et la recherche de boucs émissaires, les partis établis ont rendu l’extrême droite beaucoup plus acceptable. Cela ne signifie pas que de larges couches de la population ont viré à « droite ». Il n’y a pas de soutien général à une politique de casse sociale pour distribuer des cadeaux aux grandes entreprises. Nous devons répondre aux divisions créées depuis des années contre les migrants en travaillant ensemble pour promouvoir le progrès social : des salaires plus élevés, plus de services publics, des logements abordables, des allocations qui permettent une vie décente.

Il y aura sans aucun doute une tentative de poursuivre l’alliance entre le Vlaams Belang, Schild&Vrienden, le NSV et le KVHV formée à l’occasion de la Marche contre Marrakech et de la manifestation de Ninove. La marche de la haine annuelle du NSV (Association des étudiants nationalistes) dans les villes étudiantes flamandes était sous pression et semblait même menacée de disparition. Cela pourrait changer si le NSV parvient à faire en sorte que ses partenaires participent à la manifestation de cette année à Louvain. Ces dernières années, la manifestation anti-NSV a toujours été beaucoup plus importante que celle de l’extrême droite. Pour y parvenir cette année encore, une campagne forte sera nécessaire.

Les syndicats ont un rôle à jouer à cet égard. C’est la plus grande force sociale du pays. Si l’extrême droite se renforce, c’est une menace pour quiconque s’oppose à la politique d’austérité. Schild&Vrienden l’a déjà clairement fait savoir en intimidant des piquets de grève et en pénétrant dans les locaux de la FGTB à Gand pour y voler un drapeau. Ce n’est pas un hasard : une bataille offensive sur des revendications telles qu’un salaire minimum de 14 euros par heure, une pension minimum de 1 500 euros par mois, une réduction collective du temps de travail à 30 heures par semaine sans perte de salaire et avec embauche compensatoire, un programme massif d’investissements publics dans les infrastructures et les services,… indique clairement que la responsabilité de notre niveau de vie en déclin n’incombe qu’à une élite super riche et cupide et non aux réfugiés. L’extrême droite se présente comme une nouveauté, radicale et hors-système. Elle veut ainsi prétendre répondre au mécontentement de la population. Pourtant, elle représente la poursuite et l’intensification de l’ordre actuel et de son chaos.

Le racisme, le sexisme et l’homophobie sont des obstacles dans notre lutte pour une autre société. Ne laissons aucun espace à cela. C’est pourquoi nous appelons à une mobilisation contre l’extrême droite. La manifestation du NSV qui aura lieu à Louvain en mars – la date exacte ne sera connue que plus tard – constitue un autre rendez-vous pour l’extrême droite. Ne le laissons pas passer sans réaction. La campagne antifasciste flamande Blokbuster appelle chacun à participer à la construction d’une manifestation anti-NSV dans laquelle nous disons clairement que les jeunes n’acceptent pas l’idéologie néonazie de Schild&Vrienden et que les travailleurs ne se laisseront pas diviser.

Pour que la manifestation anti-NSV soit un succès, nous avons besoin de tout le monde. Nous voulons commencer une campagne de mobilisation dès maintenant pour que les antifascistes ne soient pas à nouveau surpris, comme lors de la Marche contre Marrakech ou la manifestation de Ninove. Nous prônons une manifestation antifasciste combative avec des revendications sociales unificatrices contre tout ce qui nous divise. Mobilise avec nous, contacte-nous !

Print Friendly, PDF & Email