Home / Edito international / Le Brexit, une fenêtre sur notre époque

Le Brexit, une fenêtre sur notre époque

« Face au coup porté contre eux », écrivait Socialism Today au lendemain du référendum européen de 2016, « la tâche maintenant, pour la majorité de la classe dirigeante, est d’essayer de « revenir en arrière » sur le résultat », citant la phrase du secrétaire d’Etat du président américain Barak Obama de l’époque, John Kerry.

Article tiré de l’édition de janvier de Socialism Today, magazine du Socialist Party (section du Comité pour une Internationale Ouvrière en Angleterre et au pays de Galles)

Les principales forces du capitalisme britannique avaient fait campagne avec acharnement pour rester au sein du club des patrons de l’UE, le plus grand bloc réglementaire commun de l’économie mondiale en termes de PIB. Mais maintenant, repoussés par ce qui était au fond un vote de rage de la classe ouvrière de masse contre l’establishment capitaliste, ils ont dû se regrouper pour faire face à la nouvelle situation.
Au pire, ils espèrent un « Bino », un « Brexit-in-name-only », qui maintiendra le Royaume-Uni au sein de l’union douanière et du marché unique de l’UE, avec ses règles néolibérales en faveur des grandes entreprises. « Mais si cela peut être accompli, après un délai convenable et un terrain préparé, l’objectif serait d’inverser le résultat, par le biais d’une élection générale ou d’un second référendum ». (Socialism Today, n° 201, septembre 2016)

Après tout, la manœuvre de renversement du référendum était une tactique bien établie pour traiter les référendums de l’UE où le vote s’était exprimé « dans la mauvaise direction » du point de vue des capitalistes, mais qui était ensuite inversé par un second vote.
Deux référendums ont eu lieu au Danemark en 1992 et 1993 pour approuver le traité de Maastricht établissant l’Union économique et monétaire. L’Irlande n’a approuvé les traités de Nice (2001) et de Lisbonne (2008) qu’après un second vote. Le traité constitutionnel de l’UE a été ressuscité par d’autres moyens. Déchiré par des défaites référendaires en France et aux Pays-Bas en 2005, il a été reconditionné en traité de Lisbonne et a été approuvé par le Parlement de ces pays en 2008, après de nouvelles élections.

Les différents exemples du « renversement de référendum » étaient là. La situation pourrait sûrement être récupérée pour le Brexit aussi.
Pourtant, nous vivons à une époque différente de celle qui a précédé la grande récession -qui a suivi le krach financier de 2007-08.
Le dernier vote favorable à l’UE lors d’un référendum a été l’approbation par le Danemark, en 2014, de l’accord sur un tribunal unifié des brevets (bien que cet accord, signé il y a cinq ans en 2013, doive encore entrer en vigueur en raison de problèmes de ratification ailleurs).
En dépit de certains sondages qui montrent qu’une faible majorité de la population reste favorable au maintien de la Constitution, un nouveau référendum – la classe dirigeante disant aux électeurs de la classe ouvrière qu’ils avaient tort – ne garantirait pas un revirement du Brexit.

Et le pari électoral de May de l’année dernière n’a pas produit une majorité « forte et stable » à partir de laquelle elle a pu faire passer un accord « Bino » (Brexit-in-name-only ), mais bien la plus forte augmentation de membres et sympathisants du Parti travailliste entre les élections depuis 1945, en réponse au manifeste radical de Jeremy Corbyn.

L’ère de l’austérité a déclenché une crise de représentation de la politique capitaliste, avec tous les vieux modèles et méthodes de gouvernement profondément ébranlés. Au moment d’écrire ces lignes, Theresa May est toujours première ministre. Son projet d’accord – le projet d’accord de retrait de l’UE et la future déclaration politique-cadre qui l’accompagne – est toujours d’actualité. Mais au-delà, rien n’est sûr.

Le stratagème de May : moi ou le chaos

L’accord de May est incontestablement un accord de Brexit-in-name-only, établi pour défendre les intérêts capitalistes.
Bien que le projet de traité soit à bien des égards un « Brexit » aveugle, laissant les détails des relations futures avec les autres États membres de l’UE27 aux négociations pendant la période de transition après mars 2019, il maintient clairement le Royaume-Uni sur l’orbite réglementaire pro-grande entreprise de l’UE.

La Grande-Bretagne s’engagerait, par exemple, à maintenir un « alignement dynamique » avec l’UE sur les règles en matière d’aides d’État et d’autres directives de libéralisation, en les coupant et les collant dans le droit britannique. Le directeur général de la Fédération britannique de l’alimentation et des boissons l’a décrit comme « le plus doux des Brexit ». Il a été approuvé à l’unanimité par le comité d’élaboration des politiques de la Confédération de l’industrie britannique (CBI), après avoir recueilli les opinions de 900 dirigeants d’entreprises, comme étant la meilleure solution disponible et la seule alternative à une rupture sans accord chaotique.

La majorité des députés – les conservateurs, la majorité blairiste du Parti travailliste parlementaire, le Parti national écossais et les Lib-démocrates – sont des représentants engagés du capitalisme. Et pourtant, l’approbation parlementaire de l’accord ne peut être obtenue que par May, si tant est qu’il en soit ainsi, qui devra l’approuver au bulldozer. Les procédures obscures de la Chambre des communes sont dépoussiérées pour s’assurer que l’exécutif – le gouvernement – ne peut être lié à une action alternative de la législature dans le cadre d’un « vote significatif » sur l’accord.

En vertu de la Loi sur le Parlement à mandat fixe, une défaite ne serait pas une question de confiance – May pourrait revenir dans les trois semaines pour un second vote. Même des ministres du Cabinet auraient été « hués d’en bas » par des fonctionnaires non élus. Et puis il y a les marchés financiers et les marchés des changes. Un analyste de BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a parlé d’un « nouveau moment Tarp », faisant référence au fait que le programme américain Troubled Asset Relief Program, qui avait renfloué les banques en 2008, avait été initialement rejeté par le Congrès, mais adopté quelques jours plus tard avec quelques ajustements mineurs après le crash des marchés.

Déjà, un certain nombre de Blairistes et de conservateurs qui s’étaient rebellés contre May signalent qu’ils pourraient à contrecœur approuver l’accord « aussi imparfait qu’il puisse être ». Forcer l’adoption du traité de retrait sur cette base – le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt a mis en garde contre un « chaos effroyable » s’il n’est pas approuvé – ne serait cependant pas un signe de force.
En fait, l’ensemble de la situation reflète plutôt l’isolement social sous-jacent et la faiblesse de la classe dirigeante, secouée par les contradictions économiques, sociales et politiques du déclin du capitalisme britannique.

Remplir le vide

En se demandant pourquoi le référendum de 1975 sur l’UE au Royaume-Uni avait abouti à un oui à l’adhésion, le ministre travailliste des Affaires étrangères de l’époque, Roy Jenkins, qui est devenu membre fondateur du Parti social-démocrate divisé en 1981, a déclaré que « le peuple suivait les conseils de ceux qu’il avait l’habitude de suivre ».

Mais cette déférence à l’égard de l’autorité établie – la réserve sociale du capitalisme nourrie par le long boom de l’après-guerre qui venait à peine de s’achever – s’était transformée en son contraire en 2016. La confiance dans les partis ouvriers traditionnels s’est déjà érodée lorsqu’ils se sont transformés en formations capitalistes dans l’ère poststalinienne des années 1990, l’autorité de « ceux que le peuple avait l’habitude de suivre » a été balayée par l’âge de l’austérité.

En effet, toutes les institutions et tous les instruments sur lesquels le capitalisme s’est appuyé historiquement, et les idéologies de division qui ont été utilisées pour les soutenir, ont été profondément sapés – alimentant, par exemple, comme l’explique Christine Thomas dans le Socialism Today de ce mois-ci, les nouveaux mouvements des femmes contre l’oppression qui prennent forme dans le monde.
Mais en l’absence d’une direction claire du mouvement ouvrier, d’autres forces, réactionnaires, peuvent aussi glisser temporairement dans le vide.

Jeremy Corbyn a commis une grave erreur en 2015 lorsqu’il s’est engagé à faire campagne pour un vote sur le statu quo, afin de maintenir les Blairistes dans son premier cabinet fantôme. Imaginez l’impact que les débats référendaires télévisés entre Corbyn et David Cameron auraient eu sur les événements futurs – contrairement au cirque Dave vs Boris – si Jeremy s’était tenu à sa position précédente de dénoncer, à juste titre, le caractère néolibéral du club des patrons européens et ses politiques.

Le désarroi des représentants politiques du capitalisme peut encore être utilisé par la classe ouvrière pour imprimer sa marque sur les événements, mais la première exigence est un engagement ferme à une alternative socialiste et internationaliste. Même si l’accord de retrait de May est adopté par le Parlement dans les semaines à venir, les schismes au sein du parti conservateur ne feront que s’intensifier à mesure que les négociations de la phase de transition avec l’UE commenceront. Son gouvernement pourrait bien trébucher, soutenu uniquement par une opposition ouvrière insuffisamment organisée et dotée d’un programme socialiste clair. En ce sens, le drame du Brexit est vraiment une fenêtre plus large sur notre époque.