Home / International / Afrique / Elections au Nigeria : les principaux partis n’offrent aucune alternative

Elections au Nigeria : les principaux partis n’offrent aucune alternative

Les socialistes lèvent la bannière de la lutte

Des élections générales sont prévues au Nigeria en février et mars. L’élection du président et de l’Assemblée nationale est prévue pour le 16 février, tandis que le 2 mars, les gouverneurs et les assemblées des États de la plupart des 36 États du Nigeria, ainsi que les élections locales dans la capitale fédérale Abuja, sont prévues.

Par Ibukun Omole (Democratic Socialist Movement, section du CIO au Nigeria)

Lors de ces élections, le Parti socialiste nigérian (SPN), récemment enregistré, se présentera pour la première fois aux élections générales.

Le SNP soutient qu’une grande partie des Nigérians ont entamé les élections de 2015 avec d’énormes illusions sur la capacité de Buhari et de l’APC (All Progressives Congress, sociaux-démocrates) à résoudre le malheur des 16 dernières années du gouvernement du PDP (People’s Democratic Party, centre-droit). Mais, au cours des trois dernières années, le gouvernement Buhari a connu une désillusion massive au fur et à mesure que la situation des masses s’est détériorée. La question à laquelle les masses n’ont pas été en mesure de répondre est pourquoi le pays est dans ce pétrin à tous les niveaux alors qu’il dispose d’énormes ressources humaines et matérielles ? La crise du Nigeria est la crise du capitalisme dans un pays néocolonial. Le capitalisme doit être vaincu avant que le Nigeria puisse réaliser son plein potentiel et que les ressources humaines et matérielles soient utilisées pour le bien de tous, et non pour l’avidité insatiable de quelques-uns. Cette explication doit être vulgarisée auprès des masses.

Cependant, cela ne signifie pas pour autant que les masses ne peuvent que lever les mains en l’air dans l’espoir d’un temps meilleur ou d’un messie ou tomber dans le désespoir. La classe ouvrière et les masses doivent lutter pour forcer l’élite dirigeante procapitaliste fondamentalement anti-pauvre à faire des concessions qui peuvent améliorer leurs conditions, même si elles sont temporaires. Cela a été démontré par les travailleurs et les jeunes dans diverses luttes pour l’amélioration telles que la campagne d’électricité, la hausse des prix des carburants, la hausse des frais de scolarité, le salaire minimum, etc.

Mais les concessions peuvent être retirées ou sapées, une solution fondamentale est nécessaire. Il manque donc un parti de masse qui s’identifiera activement à ces luttes, qui aidera les travailleurs à lier les revendications immédiates à la nécessité générale de prendre le pouvoir politique en vue de vaincre le capitalisme.

C’est dans ce contexte que le Parti socialiste du Nigeria (SPN) intervient lors des élections générales de 2019. Le parti a été créé en 2012 par des militants socialistes, syndicaux et des jeunes, dont des membres du Mouvement socialiste démocratique (DSM, section du CIO au Nigeria). Mais ce n’est qu’en janvier 2018, après plus de trois ans de luttes juridiques et politiques, que le parti n’a été officiellement reconnu et n’a pu se présenter aux élections qu’à la suite d’une décision judiciaire. La Commission électorale (CENI) avait initialement refusé d’enregistrer le parti bien qu’il ait rempli toutes les conditions constitutionnelles, juridiques et financières.

La période électorale prédispose les masses à une réflexion sur la façon dont elles sont gouvernées et dont l’économie est gérée. Nous voulons utiliser les élections pour ouvrir un dialogue avec des couches plus larges de la population opprimée sur la manière dont le gouvernement et l’économie devraient être gérés. En d’autres termes, nous tendons la main aux masses avec un programme socialiste alternatif incluant des demandes immédiates d’amélioration des conditions de vie et de travail.

Vous trouverez ci-dessous un rapport, tiré du site Web du DSM, sur le lancement enthousiaste de la campagne du SPN à Ifo, dans l’État d’Ogun, une région limitrophe de Lagos, la capitale économique du Nigeria.

Il y a eu une réaction enthousiaste lors du rassemblement du Parti Socialiste du Nigeria (SPN) pour élire le camarade Hassan Taiwo Soweto comme membre de la Chambre d’Assemblée de l’Etat d’Ogun, circonscription d’Ifo 2 (Banlieue de Lagos, la plus grande ville du pays), qui a eu lieu le samedi 15 décembre 2018. Tout a commencé par un meeting à l’Hôtel de Ville d’Olambe, auquel ont assisté environ 120 personnes. Le meeting a commencé par des chants de solidarité où les membres du parti ont chanté avec enthousiasme, avant que le candidat ne vienne donner ses brochures sous les applaudissements inspirantsdu public.

Soweto est en train d’élaborer un manifeste pour se rendre à la Chambre afin de construire un mouvement populaire de lutte pour le développement des communautés négligées dans la circonscription dans les domaines de l’infrastructure routière, de l’électricité, de l’éducation publique, de la santé et de l’emploi. Il s’opposera à toutes les politiques anti-pauvres et représentera une voix audacieuse pour les travailleurs, les jeunes et les masses. S’il est élu, il continuera de vivre dans la circonscription et ne recevra pas plus que le salaire et les indemnités d’un fonctionnaire compétent.

Le chef de la ville d’Olaogun, Bamigbose, a pris la parole après lui pour informer l’auditoire du fait que la circonscription compte plus de six administrations locales de l’État, mais qu’elle est la plus sous-financée. Il n’y a pratiquement pas de routes carrossables alors que les écoles publiques et les établissements de santé sont soit inexistants, soit inadéquats. Il a souligné la nécessité d’une représentation dynamique de la circonscription et la nécessité pour les membres de la circonscription d’élire Soweto par un vote de protestation.

Le secrétaire national du parti, le camarade Chinedu Bosah, a également pris la parole et a exprimé à quel point le concours Ifo était une source d’inspiration pour le Secrétariat national et l’ensemble du parti. Le président de la section de Lagos du Parti, le camarade Rufus Olusesan, a déploré que les Nigérians ne puissent plus mendier pour se nourrir et a conclu : »assez, c’en est assez de ces politiciens capitalistes ». Falilat Jimoh, membre de la Campagne pour une alternative des travailleurs et des jeunes (CWA), est venu avec les salutations de solidarité de la CWA, soulignant les similitudes entre la CWA et le SNP, et soulignant le fait qu’une victoire pour Soweto serait une alternative radicale exemplaire.

La camarade Ayo Arogundade s’est fait l’écho que les alternatives d’un politicien au salaire minimum et vivant dans la communauté sont des exemples de ce que le SPN est prêt à appliquer comme programme. La présidente de l’Association des tailleurs de la région, Mme Olaoyenikan, a encouragé la population à voter pour un militant de la base. Un ancien de la région, Elder Jegede, a raconté comment il a été inspiré par le discours du candidat à une date antérieure lors d’une réunion du Conseil de développement communautaire, et a déploré comment les jeunes étaient utilisés par les politiciens bourgeois. Il est heureux qu’aujourd’hui les jeunes soient prêts à prendre leur avenir en mains. Dans son discours, un représentant du Baale (chef religieux) de la ville d’Olambe a décrit le candidat comme un David qui surmontera définitivement le Goliath auquel il est confronté. Mamakofoshi, la dirigeante du parti, a exprimé sa joie qu’un militant soit en lice et a demandé à la population de voter contre les politiciens corrompus.

Une collecte de fonds pour les élections a été lancée lors du meeting qui a permis de recueillir 45 000 N et 11 500 N au total en promesses de dons. La campagne a commencé immédiatement après le meeting avec un convoi de trois voitures, un bus, environ cinq motos (okada) et une camionnette, qui étaient toutes remplies de nombreux partisans sur la longueur du trajet. Les réponses inspirantes des gens sur la nécessité de bonnes routes et l’appui exemplaire de ceux avec qui nous nous sommes engagés et agités ont été les principaux de ce trajet, en plus du collage des affiches et de la distribution de dépliants.

Print Friendly, PDF & Email