Home / Social / Ecologie / 27/01 : Sauvons notre planète du capitalisme !

27/01 : Sauvons notre planète du capitalisme !

Ce dimanche 27 janvier 2019, 14h, Rond-Point Robert Schuman

Les Étudiants de Gauche Actif rejoignent avec enthousiasme l’appel en faveur d’une nouvelle marche pour le climat le 27 janvier prochain, deux mois à peine après la marche historique de 100.000 personnes du 2 décembre. Notre gouvernement a tout simplement ignoré la colère des jeunes, des travailleurs, des syndicats et des militants. La Belgique n’a même pas signé la coalition symbolique pour une hausse des ambitions climatique de Katowice. Comme l’a dit l’écolière suédoise Greta Thunberg : ils nous privent de notre avenir alors que nous le revendiquons. Une nouvelle mobilisation de masse montrera à quel point nous sommes sérieux.

Ce discours audacieux de l’écolière suédoise Greta Thunberg lors de la COP24 est devenu viral sur les réseaux sociaux. Elle accuse les politiciens de s’en prendre au changement climatique avec les recettes qui sont précisément à l’origine du problème. Notre planète, dit-elle, est ‘‘sacrifiée pour qu’un très petit groupe de personnes puisse faire d’énormes profits’’. Elle conclut en expliquant que ‘‘s’il n’y a pas de solutions dans le cadre du système, nous devrions peut-être changer le système lui-même’’.

La Belgique ne fait pas exception. Partout dans le monde, la soif de profits est prioritaire, au détriment de notre planète et de notre avenir. Les politiciens néolibéraux défendent les intérêts des actionnaires des compagnies pétrolières, du secteur énergétique et des multinationales.

Des solutions collectives qui réduiraient les émissions de manière drastique sont inenvisageables pour ces politiciens, car elles constitueraient une attaque frontale contre le capitalisme. Tout comme ‘‘Rise for Climate’’, les organisateurs de la marche, nous prônons la gratuité des transports publics comme alternative à la voiture. Nous exigeons également une recherche scientifique sur fonds publics plutôt que la logique de brevets privés, des investissements publics massifs pour des alternatives énergétiques et des emplois verts,…

Il y a assez d’argent et de richesse pour cela. ‘‘Rise for Climate’’ exige à juste titre d’utiliser l’argent qui dort dans les paradis fiscaux pour financer ces mesures.

Sous le capitalisme, cependant, la richesse n’est utilisée qu’au profit des capitalistes. Par conséquent, l’appel en faveur d’un véritable changement de système ne doit pas rester vague. Le capitalisme doit être remplacé par une planification écologique et une gestion démocratique des ressources naturelles et des principaux secteurs économiques. Un secteur de l’énergie nationalisé et géré démocratiquement permettrait de développer la recherche et d’orienter la production en fonction des intérêts de la majorité de la population et de la planète.

Un tel changement de société ne tombera pas du ciel. Nous ne pouvons certainement pas compter sur les politiciens néolibéraux. Sous la pression du mouvement, ils prendront tout au plus un certain nombre de mesures superficielles. Un véritable changement ne peut naître que de la lutte organisée de la classe des travailleurs, seule force sociale capable de placer les entreprises sous contrôle démocratique des travailleurs. C’est pourquoi les Étudiants de la Gauche Actif plaident également pour un rôle actif du mouvement organisé des travailleurs et des syndicats dans le mouvement climatique.

Print Friendly, PDF & Email