Chemins de fer : Ne croyez pas aux mensonges de Logistics !

La direction de Logistics va expliquer ses conditions de travail lors de différentes réunions. Celles-ci n’ont pas été négociées avec les syndicats. La direction nous approche individuellement ; il faut lui donner une réponse collective. Ensemble, on est plus fort !

Tract de Libre Parcours

SNCB Logistics impose des conditions de travail de manière unilatérale, sans consulter les syndicats

  • Les conducteurs du trafic intérieur travaillent maximum 10h.
  • Les conducteurs internationaux travaillent 13h, dont 3h de “pause”. Le but est clairement de limiter le nombre de découches et de prestations.
  • Une prolongation du temps de travail de 36 à 38h par semaine est prévue, avec en conséquence la perte de 13 jours de compensation.
  • Une augmentation de salaire brute de  2%.
  • Une prime mensuelle brute de 100 euros pour les conducteurs internationaux, qui ne compensera pas la perte des primes de découche.
  • Une voiture d’entreprise avec carte essence (Skoda Break ou Sedan) pour commencer le service dans d’autres dépôts. Au maximum, une demi-heure de trajet sera considérée comme du temps de travail. De plus, nous serons taxés sur la voiture d’entreprise.

Maintien du statut en cas de détachement externe ?

Selon la loi, cela doit être temporaire. Seules deux périodes de 6 mois sont permises. Après, le statut expirera. Même si l’on inscrit le maintien du statut dans le contrat de travail, ou si l’on allonge le détachement, ce n’est pas conforme à la loi. La possibilité est réelle qu’un opérateur privé porte plainte. La direction syndicale doit dissiper cela au plus vite.

Pas de reprise par un opérateur étranger ?

Une fois que suffisamment de contractuels travailleront chez Logistics, la vente est possible. Avec une nouvelle crise qui arrive, et la menace d’une faillite, ce sera présenté comme inévitable.

Ne pas signer = ne plus conduire ?

On vous réutilisera au sein du groupe SNCB, mais vous perdrez votre ancien emploi, et tous les avantages qui vont avec. Pour ceux qui n’ont pas assez d’années d’ancienneté, cela signifie même une perte de salaire. C’est du chantage ! Mais ça ne fonctionne que si les autres signent.

Sécurité de l’emploi ?

L’insécurité des détachés est presque aussi élevée que celle des contractuels. Que fait-on en cas de maladie de longue durée ou de conflits sur des conditions de travail ou la sécurité ? Il suffit d’une signature pour que le Holding te réquisitionne. Fini les indemnités de sommeil et fini la voiture d’entreprise dans ce cas-là. On tombe sur un barème plus bas. Avec la croissance du nombre de contractuels, la position des détachés s’affaiblit. La sécurité de l’emploi, c’est justement le grand atout du statut.

Ce n’est pas clair si SNCB Logistics dispose de suffisamment d’argent pour former les contractuels. De plus, c’est possible que ce ne soit pas moins cher que ‘louer’ des conducteurs statutaires. Logistics ne peux pas nous contourner; dans ce sens, nous sommes forts. A nous de refuser collectivement. Si Logistics se débarrasse du trafic diffus (le trafic diffus consiste à rassembler en un convoi des wagons de différentes entreprises raccordées au réseau ferré), non lucratif, elle aura besoin de beaucoup moins de conducteurs.

Le transport de marchandise ferroviaire devrait donc être transféré au privé mais, en même temps, le gouvernement veut bien donner 4 milliards d’euros pour sécuriser les profits privés de Dexia! Alors qu’ici, on continue sur la voie de la libéralisation et de la privatisation, en Grand-Bretagne, la revendication de la renationalisation du secteur ferroviaire entier se trouve de plus en plus d’écho. Le personnel et les voyageurs revendiquent une nationalisation sous le contrôle des travailleurs et des usagers.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai