Home / Non classé / La colère gronde chez les pompiers de Bruxelles

La colère gronde chez les pompiers de Bruxelles

Ce jeudi 25 octobre les 3 organisations syndicales ont appelées à une assemblée générale du personnel du Service d’Incendie et d’Aide Médicale Urgente (SIAMU) de Bruxelles. C’est pas moins de 300 pompiers, personnels administratifs et techniques qui se sont réunis dans la salle d’auditoire de la caserne principale du SIAMU. L’atmosphère y était explosive et plusieurs membres du personnel ont pris à parti la hiérarchie pour ses manquements graves. Il était interpellant que beaucoup de cadre moyen, des sous-officiers, des instructeurs, sous-responsables de services ont exposer la situation dramatique dans laquelle ils se trouvent, alors qu’ils donnent le meilleur d’eux-même pour que le service fonctionne au mieux malgré les problèmes. En effet, près de 150 pompiers qui représente plus de 10 % du personnel opérationnel n’ont pas de tenues adéquates et doivent porter des vêtements de soudeur. Les procédures de décontamination des vêtements et matériels souillées par les fumées toxiques ne sont pas efficaces par manque de moyens et d’infrastructures correctes. La totalité des casernes tombent en ruine par manque d’investissement dans l’infrastructure et de maintenance régulière. A côté de tout cela, vient s’ajouter l’éternel problème qui gangrène les services publics : le manque de personnel pour assurer un service de qualité à la population. Tous ces problèmes ne sont qu’une infime partie de la longue liste des manquements.

La direction a été invitée à prendre la parole durant l’assemblée et a répondu systématiquement par des éléments de langages de communicants ou en rejetant systématiquement les fautes sur l’ancienne direction.

Malheureusement, la hiérarchie a pu garder la parole et rester durant la durée de l’assemblée. Ce qui n’a pas permis de débattre d’un plan d’action entre syndicats et personnels. Mais la colère reste et le fossé entre la direction et les travailleurs est énorme.

Il faut maintenant que nous avancions vers des assemblées du personnel opérationnel, administratifs et technique pour élaborer un vrai cahier de revendications et surtout élaborer un plan d’actions.