Home / International / Europe / Des feux meurtriers ravagent la Grèce

Des feux meurtriers ravagent la Grèce

Feu de forêt sur l’île de Zakynthos en Grèce, 2007 (photo : Carl Osbourn)

Plus de 80 morts, dont des enfants et des bébés, et plus de 150 blessés.  Des dizaines de personnes sans abri et une destruction incalculable des forêts et des terres forestières. C’est, jusqu’à présent, le résultat des grands incendies qui ont eu lieu à Attica. Le nombre de victimes peut augmenter car des corps sont encore découverts sur les plages – des gens qui ont essayé de se sauver en sautant dans la mer. Et on ne sait toujours pas combien de personnes qui se sont enfermées dans leurs maisons et qui n’ont pas pu s’échapper.
En un après-midi, au moins trois grands incendies se sont déclarés à Attica, et quinze incendies, au total, dans tout le pays. Les dimensions de cette tragédie rappellent les incendies qui ont fait des dizaines de morts en 2007 et de nombreuses forêts brûlées dans le Péloponnèse et Parnitha.

Xekinima (section du Comité pour une Internationale Ouvrière en Grèce)

Ce nombre simultané d’incendies dans la région d’Attica, lorsqu’il y avait des températures très élevées et des vents forts, ainsi que les lieux et les moments où ces incendies ont commencé, amènent les gens à se demander ce qui a causé de tels dommages. L’une des zones touchées, Kineta, se trouve au pied des montagnes de Yerania, où il était prévu d’établir une mine de bauxite. La demande d’autorisation de la mine a été rejetée en 2017, en raison de la résistance des habitants de la région, et par les autorités pour la protection des forêts de Yerania. La destruction d’une grande partie de cette forêt avec les incendies profitera certainement à la compagnie minière.

Le gouvernement parle déjà, directement ou indirectement, d’incendie criminel. Le Premier ministre Tsipras parle d’un « phénomène asymétrique ». Mais la question devrait vraiment être : Cette tragédie n’est-elle causée que par des personnes, pour quelque raison que ce soit, qui auraient allumé ces incendies ? Le gouvernement peut-il justifier l’ampleur des dommages en prétendant qu’il s’agit d’un « phénomène asymétrique » ? La vraie question devrait certainement être : que fait le gouvernement pour protéger le pays et ses forêts contre de telles menaces ?

Indépendamment de ce qui sera prouvé plus tard, il y a une réalité indéniable : les déficiences et les coupes budgétaires subies par les pompiers et le Service forestier, tant au niveau des ressources humaines qu’au niveau des matériaux. Cela signifie que la lutte contre l’incendie se heurte à davantage de difficultés, voire à une situation impossible.

En 2007, les pompiers ont protesté contre le fait que 29% des postes du service d’incendie n’étaient pas couverts. Ils ont également déclaré qu’une grande partie de leur équipement et de leur matériel d’extinction d’incendie étaient désuets et défectueux. Lors des derniers grands incendies, en 2007, les véhicules de lutte contre l’incendie ont été endommagés sur le chemin de l’extinction des incendies, les tuyaux d’eau étaient troués et il y avait un manque d’équipement de protection individuelle pour les pompiers.

L’austérité

Onze ans plus tard, et après plusieurs mémorandums d’austérité imposés par la Troïka, la situation est encore pire. Chaque année, le budget du service d’incendie fait l’objet de nouvelles compressions.

Aussi catastrophique que soit cette situation, il convient de mentionner, cependant, un aspect beaucoup plus porteur d’espoir ; la grande solidarité et la volonté d’aider dont ont fait preuve des centaines de personnes ; les équipes de volontaires de la protection des forêts, qui n’ont rien reçu de l’État, qui ont été formées pour aider à éteindre les incendies aux côtés des pompiers et des gardes forestiers.
Des appels ont été lancés sur les réseaux sociaux afin d’obtenir des ressources pour répondre aux besoins des personnes touchées par les incendies, et la réponse a été massive. Des médecins se sont portés volontaires pour soigner les blessés, et des vétérinaires et des défenseurs du bien-être des animaux s’occupent des animaux domestiques et sauvages.

En partant de cette vague de solidarité, nous devons, petit à petit, retrouver notre force collective et entrer à nouveau dans la lutte pour mettre fin aux politiques qui ont conduit à cette tragédie ; transformer complètement un système qui place les profits des banques et des grandes entreprises au-dessus de nos vies et de l’environnement.

Print Friendly, PDF & Email