Home / International / Amérique du Nord / Alt-right : des clichés ennuyeux qui trahissent l’absence d’idées

Alt-right : des clichés ennuyeux qui trahissent l’absence d’idées

Manifestation antiraciste à Anvers. Photo : Jente

La publication en janvier dernier du livre de Jordan Peterson, ‘‘12 Rules for Life : An Antidote to Chaos’’, et l’attention qui lui a été portée représentent une avancée pour les idées archi-conservatrices primitives mais néanmoins dangereuses. Ce professeur de psychologie canadien est devenu le chouchou de ‘‘l’Alt-Right’’, la droite alternative, cette nouvelle tendance politique d’extrême droite essentiellement présente sur le net.

Par Ross Saunders, Socialist Party (parti-frère du PSL)

Le mouvement #MeToo ? Pour lui, il s’agit d’un ‘‘activisme scandaleux’’. Rien d’étonnant pour quelqu’un qui qualifie d’hypocrites les femmes qui se plaignent d’agressions mais portent du maquillage (ce qui serait ‘‘sexuellement provocateur’’). Nous connaissons bien ce vieil argument qui présente les victimes comme des coupables puisque l’apparence suffit à justifier les agressions sexuelles.

Sa réponse aux attentats meurtriers misogynes commis par des hommes associés au courant ‘‘Incel’’ (‘‘célibat involontaire’’, comme celui d’Elliot Rodger en 2014 et celui d’avril dernier à Toronto) repose sur l’idée profondément sexiste que les hommes ont unilatéralement le droit d’avoir des rapports sexuels avec les femmes comme ils l’entendent. Plutôt que de condamner la misogynie et l’aliénation de la société capitaliste qui engendre ces atrocités, Peterson défend la ‘‘monogamie forcée’’ pour fournir suffisamment de femmes aux hommes violents ! Il tente encore de rationaliser l’écart de rémunération entre femmes et hommes en expliquant que les hommes seraient ‘‘mieux adaptés’’ pour des emplois qui, selon lui, mériteraient des salaires plus élevés.

Une telle idéologie réactionnaire est toujours marginale dans la société. Mais, comme les dirigeants des nouveaux mouvements de gauche ne parviennent pas à trouver une voie claire pour aller de l’avant, davantage de frustrations peuvent se transformer en réaction contre les mouvements féministes, des groupes opprimés et de la classe ouvrière au sens large. Ce n’est pas un hasard si des telles figures connaissent un succès aujourd’hui, alors que le capitalisme est plongé dans une crise sans issue depuis une décennie.

Peterson prétend être contre toute idéologie. En vérité, il soutient le statu quo. Sa pensée se limite au sens commun. Dans ‘‘Leur morale et la nôtre’’, voici ce que Trotsky en disait : ‘‘Mais sitôt que le sens commun tente de sortir de ses limites naturelles pour intervenir sur le terrain des généralisations plus complexes, il n’est plus que le conglomérat des préjugés d’une certaine classe à une certaine époque. La simple crise capitaliste le décontenance; et devant des catastrophes telles que les révolutions, les contre-révolutions et les guerres, le bon sens n’est plus qu’un imbécile. Dans le but de comprendre les transgressions catastrophiques du cours “normal” des événements, des qualités intellectuelles supérieures sont nécessaires, dont l’expression philosophique n’a été donnée jusqu’ici que par le matérialisme dialectique’’, la méthode socialiste scientifique du marxisme.

Print Friendly, PDF & Email