Home / Edito Belgique / Luttons pour un meilleur salaire minimum : 14 euros de l’heure, maintenant !

Luttons pour un meilleur salaire minimum : 14 euros de l’heure, maintenant !

La charge de travail augmente, les salaires non. Notre travail crée toujours plus de richesses, mais la pauvreté gagne du terrain. Quelque chose ne va pas. La seule manière de changer ça, c’est de se battre, sérieusement et de façon organisée. Un meilleur salaire minimum, à 14 euros de l’heure (2.300 euros/mois), est un élément de riposte essentiel, de même qu’une pension minimum plus élevée (1.500 euros/mois), de meilleures allocations sociales (1.200 euros minimum), le développement des services publics et la réduction collective du temps de travail avec embauches compensatoires.

La ministre flamande de la lutte contre la pauvreté Liesbeth Homans (N-VA) a déclaré il y a quelques années qu’elle serait responsable de la réduction de moitié du taux de pauvreté infantile. Depuis l’entrée en fonction du gouvernement flamand, ce taux a augmenté. Aujourd’hui, un enfant sur sept vit dans la pauvreté en Flandre (et un sur cinq en Belgique). Recourant au petit jeu de division cher à la N-VA, Homans a montré du doigt les réfugiés, même si aucune donnée ne vient corroborer cette analyse. Les enfants dont la mère n’est pas belge vivent dans la pauvreté dans 33,5% des cas, tandis que les enfants dont la mère est belge vivent dans la pauvreté dans 6,1% des cas. La pauvreté augmente dans les deux groupes.

Cela résume bien l’impact de la politique néolibérale à tous les niveaux : de plus en plus de gens sont laissés pour compte. Cela est dû à diverses causes : les salaires ne suivent pas le rythme de la hausse de la productivité, le nombre d’emplois précaires et mal payés explose, les soins de santé et les services publics sont étranglés, etc. Pour les grands actionnaires, cela augmente ‘‘l’efficacité’’, c’est-à-dire leurs profits. Ils organisent notre misère.

Avoir un emploi est de moins en moins suffisant pour se prémunir des ennuis financiers. Entre 2010 et 2017, les travailleurs ont perdu pas moins de 1,1 % de leur revenu réel en Belgique. Seuls sept autres États-membres de l’UE ont connu une baisse plus prononcée. Le nombre de personnes retardant leurs soins médicaux pour raisons financières a doublé entre 2005 et 2015. De plus en plus de gens sont obligés de travailler à temps partiel avec de faibles salaires. Fin avril, la coupe était pleine pour le personnel de Lidl. Une grève a éclaté contre la charge de travail. Un employé de Lidl nous expliquait alors : ‘‘Nous avons un contrat à temps partiel parce que la direction ne veut pas donner de contrats à plein temps. Cela permet d’accroître la flexibilité : une semaine nous travaillons plus, l’autre moins. La charge de travail est insoutenable et qu’en tirons-nous ? Après quelques années dans l’entreprise, j’arrive à peine à 12 euros de l’heure. C’est ainsi que le grand patron de Lidl, Dieter Schwarz, est devenu l’une des personnes les plus riches au monde.’’

Le salaire minimum en Belgique figure parmi les plus bas d’Europe occidentale : 9,47 euros de l’heure. Avec un contrat à temps partiel, c’est à peine si l’on atteint le seuil de pauvreté de 1.139 euros pour une personne isolée. Sans, en outre, accumuler suffisamment de droits pour une pension décente. ‘‘C’est vrai’’, conviendront les employeurs et leurs politiciens, ‘‘mais de plus hauts salaires sont toutefois inabordables, c’est impossible’’. Remarquons que les bénéfices des grandes entreprises ne sont jamais inabordables. L’année dernière, les plus grandes entreprises du Bel20 ont gagné 7 milliards d’euros de plus, ce qui a porté leurs bénéfices combinés à 21 milliards d’euros !

Il faut augmenter les bas salaires ! Les syndicats ont raison de proposer une augmentation du salaire minimum à 14 euros de l’heure. Il est possible d’imposer un salaire minimum plus élevé. Cela a été démontré en Amérique du Nord, où un salaire minimum de 15 dollars de l’heure a été obtenu dans de nombreuses villes et régions des Etats-Unis et du Canada. Cela n’est pas tombé du ciel en suppliant, il a fallu se battre. Suivons cet exemple et partons à l’offensive pour un salaire minimum de 14 euros de l’heure !

 

Print Friendly, PDF & Email