Home / International / Amérique Latine / Mexique : AMLO remporte une victoire historique

Mexique : AMLO remporte une victoire historique

Le texte ci-dessous est la déclaration initiale d’Izquierda Revolucionaria (section mexicaine du Comité pour une Internationale Ouvrière) relative aux élections présidentielles mexicaines. Plus de détails seront publiés sous peu sur socialistworld.net et socialisme.be.

La victoire écrasante d’Andrés Manuel López Obrador, connu sous le nom d’AMLO, aux élections présidentielles du 1er juillet représente un tournant. Après des décennies de tyrannie de la part du PRI (Parti révolutionnaire institutionnel, le parti au pouvoir), de violence militaire et policière, de privatisation des secteurs stratégiques de l’économie et de réformes réactionnaires de la législation du travail et de l’éducation, des millions de travailleurs, de jeunes, d’autochtones et de femmes ont remporté une victoire après des décennies de lutte. La victoire d’AMLO et du Morena (le Mouvement de régénération nationale, le parti d’Obrador) est avant tout le résultat de la lutte inlassable de tous les opprimés pour transformer la société et mettre fin au cauchemar du capitalisme mexicain.

Au moment d’écrire ces lignes, les chiffres officiels n’ont pas encore été publiés, mais les premiers résultats confirment la victoire écrasante d’AMLO avec 52-53% des voix, le vote le plus élevé pour un président dans l’histoire du Mexique. Ricardo Anaya du PAN néolibéral a remporté environ 22% des suffrages et José Antonio Meade du PRI au pouvoir n’a gagné que 16% des voix. Ces élections furent désastreuses pour les partis de l’establishment.

AMLO doit tenir ses promesses face aux travailleurs et aux pauvres

L’atmosphère d’euphorie parmi les masses est difficile à décrire. Il est d’autant plus important pour les forces de gauche, le mouvement ouvrier et les mouvements sociaux de comprendre la grande pression du capitalisme, de l’impérialisme et de l’appareil d’Etat sur le nouveau président.

Dans le but d’apaiser l’oligarchie et la classe dirigeante au Mexique et au niveau international, AMLO a insisté durant sa campagne sur le fait qu’ils n’avaient rien à craindre de lui car il n’envisageait ni nationalisations ni expropriations. Cette idée que l’on peut construire un capitalisme plus « humain » où les patrons et les spéculateurs accepteraient de partager leurs profits et de réduire l’exploitation ne peut toutefois qu’aboutir à une catastrophe. On peut affirmer la même chose de l’idée de mettre fin à la corruption sans remettre en cause les fondements du capitalisme. L’expérience d’autres pays d’Amérique latine – la Bolivie, le Brésil, le Venezuela, l’Argentine, etc. – et d’Europe – comme la Grèce avec SYRIZA – nous a appris beaucoup de choses à ce sujet.

Tous ces grands patrons auxquels AMLO « fait confiance » et qu’il invite à participer à son projet répondront de la même manière que leurs homologues capitalistes d’ailleurs. Ils diront : appliquez une politique économique qui respecte nos intérêts, votre seul choix est de le faire volontairement ou non.

La victoire d’AMLO est un développement majeur, mais elle ne signifie pas pour autant la fin de l’exploitation et de l’absence de démocratie. La classe dirigeante mexicaine n’est pas seulement corrompue et cruelle, elle a aussi derrière elle une longue expérience de répression sanglante lorsqu’elle est menacée. Cette victoire ne conduira à un véritable changement pour les masses que si elle est la rampe de lancement d’une lutte pour l’instauration d’un programme socialiste.

Nous devons assurer qu’AMLO s’en tienne à sa parole et lui montrer dans l’action que, pour en finir avec les privilèges de l’élite, nous devons nous battre pour un programme socialiste.

• Retrait des réformes néolibérales !
• Renationalisation des services publics privatisés !
• Instauration d’accords salariaux collectifs, pour un salaire minimum de 12.000 pesos par mois !
• Réintégration de tous les travailleurs licenciés suite à la réforme de l’enseignement et assurance de la stabilité de travail pour tous les enseignants !
• Pour des services sociaux gratuits et dignes !
• Non aux féminicides ! La communauté LGBTQI+ doit bénéficier de tous les droits démocratiques !
• Pour un programme d’emplois publics visant à assurer aux familles pauvres l’accès à es crèches et à des cantines !
• Nationalisation sous contrôle ouvrier des banques et des secteurs stratégiques de l’économie afin de garantir le bien-être de tous !

Print Friendly, PDF & Email