‘‘Les syndicats perdent des membres’’ ? Que se passe-t-il ?

Manifestation du 16 mai en défense de nos pensions. Photo : Walter.

Début juin, la presse dominante a adopté un ton triomphant pour annoncer une perte de membres chez ‘‘les syndicats’’. Avec empressement, les divers auteurs en ont conclu que les syndicats sont en perte de popularité en raison de leur opposition au gouvernement Michel. Il n’est pas toujours facile d’évaluer dans quelle mesure l’augmentation ou la diminution du taux d’affiliation syndicale reflète les tendances économiques ou plutôt les politiques syndicales. Nous estimons cependant que les analystes capitalistes vont bien vite en parlant sans équivoque d’une ‘‘crise dans les syndicats’’.

Par Peter Delsing

Le haut degré de syndicalisation en Belgique a longtemps été une source de grognements insatisfaits du côté patronal, chez les journalistes de droite et dans les partis néolibéraux tels que le MR, la N-VA ou l’Open VLD. Environ 55% des salariés belges sont syndiqués. En y incluant les chômeurs et les préretraités, on parvient à un niveau de syndicalisation d’au moins 74% en Belgique en 2015.(1)

Cette force potentielle des travailleurs, c’est précisément ce que veulent saper, rabaisser et diviser le capital et ses médias. Ils opposent les réfugiés aux Belges, les Flamands aux Wallons, les jeunes aux vieux, les travailleurs actifs aux inactifs, en bonne santé aux malades, du privés aux fonctionnaires,… Il ne se passe pas un jour sans que les multiples voix de l’establishment n’entonnent leur refrain reprochant à l’un ou à l’autre bouc émissaire le manque de logements abordables, d’emplois bien rémunérés, de services de qualité, etc. Ce n’est jamais la faute de la tendance à la suraccumulation des capitaux, à la politique d’austérité et la baisse du pouvoir d’achat, ou à l’avidité sans borne des profits des capitalistes.

Depuis 2014, les syndicats belges auraient ensemble perdu 88.000 membres.(2) La part de loin la plus importante est représentée par la CSC, qui a perdu 76.000 membres. Pour la FGTB, on parle sur la même période d’une croissance de 28.000 membres en Flandre et d’une perte de 17.000 en Wallonie.

A l’automne 2014, nous avons connu un large mouvement syndical, qui a isolé et ébranlé le gouvernement, avec un plan d’action allant crescendo fait de concentrations syndicales, d’une manifestation nationale de 150.000 personnes, de grèves régionales et d’une grève générale nationale. La CSC, cependant, a été la première à rompre le front de résistance sociale, contre la volonté de beaucoup de ses militants ou de secteurs.

Selon nous, la CSC paie ici le prix de sa position moins combattive dans ce vaste mouvement et dans un certain nombre de conflits d’entreprise plus récents. Localement, nous constatons que, lorsque la FGTB adopte une attitude combative dans des conflits concrets (ce qui n’est pas toujours le cas), l’affiliation augmente. Les médias bourgeois vendent de la propagande en disant que l’action syndicale et la lutte font fuir les affiliés. C’est tout l’inverse.

Les syndicats belges restent des mastodontes et des armes de choix pour l’autodéfense des travailleurs. Nous ne devons toutefois pas non plus être aveugles ou manquer de critiques à l’égard de nos propres dirigeants syndicaux. Si la désillusion se faufile dans les rangs après que la lutte ait été abandonnée ou arrêtée d’en haut, si les jeunes et les militants ne sont pas idéologiquement formés quant au rôle de la lutte de classe et à ses phases, alors une rechute temporaire peut survenir.

Récemment, la lutte a réussi à remporter un certain nombre de victoires, comme à Lidl, avec plus de personnel à la clé. Certaines couches de militants en tireront des conclusions d’une plus grande portée pour des conflits plus généralisés. Nous avons besoin de réseaux de militants syndicaux combattifs pour discuter de la manière de construire efficacement une relation de force. Il nous faut parallèlement un relais politique massif pour les revendications syndicales et une discussion approfondie sur l’alternative dont nous avons besoin face au système de profit.

(1) Trends, 16/04/15
(2) De Tijd, 07/06/18

Partager : Imprimer :