Hong Kong : ‘Socialist Action’ lance sa campagne électorale

C’est la première fois que Socialist Action (CIO-Hong Kong) se présente aux elections du conseil de district de Hong Kong, dans le cadre d’un accord électoral conclu avec le groupe de gauche radicale de la Ligue des Sociaux Démocrates (LSD). La candidate de Socialist Action/LSD à Un Chau et So Uk est Sally Tang Mei-ching, une étudiante de 22 ans.

Vincent Kolo, chinaworker.info

Sally sera la seule candidate féminine sur les 22 candidats des listes de la LSD pour ces élections, et elle sera également la plus jeune. Sa candidature a donc généré beaucoup d’enthousiasme parmi les femmes et les jeunes de la LSD et parmi les autres militants de gauche. Les élections, pour un total de 412 sièges au conseil de district, prendront place le 6 novembre prochain.

Lors de sa nomination le 23 septembre dernier, devant ses partisans et ‘Long Hair’ Leung Kwok-hung (membre du Conseil législatif de la Région administrative spéciale de Hong Kong, surnommé Cheveux Long depuis qu’il a annoncé qu’il ne se couperait les cheveux que lorsque le régime de Pékin reconnaîtrait le massacre de Tienanmen), Sally a expliqué que la lutte pour les droits des femmes serait une de ses priorités. Elle a également annoncé qu’elle n’accepterait qu’un salaire de travailleur si elle était élue, et a exigé la démission d’Andy Tsang Wai-hung (le chef de la police, impliqué dans un scandale concernant les méthodes répressives de la police).

“Les politiciens de Hong Kong sont extrêmement surpayés,” a déclaré Sally. “Donald Tsang [chef de l’exécutif de Hong Kong] gagne plus d’argent qu’Obama.” Dans la droite lignée de ce qui est appliqué au niveau international par les membres du Comité pour une Internationale Ouvrière (comme le député européen Paul Murphy ou encore les députés irlandais Joe Higgins et Clare Daily), elle a expliqué que, si elle était élue, elle n’accepterait qu’un tiers du salaire mensuel d’un conseiller de district, soit HK$25.000 (2.300 euros). “Je donnerai le reste aux campagnes de Socialist Action pour défendre les droits des travailleurs et des pauvres” a-t-elle ajouté.

Pauvreté de masse et promesses non-tenues

Un Chau et So Uk est une subdivision du district de Sham Shui Po, l’un des plus pauvres de Hong Kong. Sham Shui Po a le taux de chômage parmi les jeunes le plus élevé de la ville (12%) et le revenu mensuel moyen par ménage y est de HK$14.500 (1300 euros), soit un tiers de la moyenne en vigueur dans la ville. Plus d’une famille sur cinq vivant dans le district de Sham Shui Po est sous le seuil officiel de pauvreté.

Le siège de Un Chau et So Uk est actuellement occupé par l’Alliance for Democracy and People’s Livelihoods (ADPL), un petit parti pro-démocratie de droite. Malgré son label ‘‘pro-démocratie’’, l’ADPL soutien le paquet de réformes anti-démocratiques du gouvernement passé l’an dernier, et ses dirigeant sont sur une ligne de ‘‘compromis’’ et de négociations (c’est-à-dire sans aucune lutte) avec la dictature du régime de Pékin qui contrôle le gouvernement de Hong Kong. Le rival traditionnel de l’ADPL dans la région est la Democratic Alliance for the Betterment and Progress of Hong Kong (DAB), le plus grand parti pro-gouvernemental et pro-Pékin. La DAB est un front constitué par le pendant du Parti Communiste Chinois (qui n’existe pas officiellement à Hong Kong, mais dirige bel et bien le territoire). La DAB est favorable à des réformes néolibérales et à des politiques pro-capital, autoritaires et répressives.

“Cette élection sera une bataille ardue, particulièrement parce que nous sommes une nouvelles force,” a admis Sally. “L’ADPL considère que Un Chau est sa propriété. Mais ils ne constituent pas une réelle alternative aux politiques de la DAB et du gouvernement. Ils ne soutiennent pas la lutte des masses contre la dictature, et leur soutien à la démocratie n’est en fait que pure rhétorique sans contenu. En réalité, comme l’a montré leur trahison de l’an dernier [concernant les réformes électorales], ils deviennent de plus en plus proches du gouvernement.”

Une alternative socialiste

Socialist Action se présente pour défendre une réelle alternative socialiste, et pour défendre le plus largement possible la nécessité d’une lutte collective – pour les logements, les salaires, les horaires de travail et les droits démocratiques. Sur tous ces sujets, les autres partis sont du côté des capitalistes. Traditionnellement, en raison de la pression de l’establishment capitaliste et de la dépolitisation des conseils de district, ces élections sont considérées comme des évènements de peu d’enjeux et dépourvus de contenu politique. En opposition à cela, Socialist Action a décidé d’utiliser ces élections comme une plateforme pour élever la conscience politique de la population.

Les principaux slogans de la campagne sont:

  • Pour les masses, pas pour les millionnaires
  • Pour la diminution des salaries des politiciens – Sally Tang Mei-ching a promis de ne garder pour elle qu’un tiers du salaire de conseiller de district
  • Non à ‘l’hégémonie immobilière’ – jetons dehors les capitalistes
  • Abolition de l’Article 23 [Loi de sécurité nationale], abolition du régime de parti unique, augmentation des dépenses sociales dans les pensions, les hôpitaux et les services publics

Socialist Action et sa candidate ont déjà su capter l’attention de certains médias, particulièrement au vu du faible nombre de candidates dans ces élections.

‘L’hégémonie immobilière’

Partout à Hong Kong, le thème des loyers et du prix des habitations est discuté, et est connu sous le nom ‘d’hégémonie immobilière’ pour parler du contrôle hégémonique du Grand Capital. Quatre personnes sur cinq réclament du gouvernement un programme massif de construction de logements sociaux, en vain. (Voir l’article Hong Kong’s housing bubble feeds popular anger)

“Les deux plus grandes compagnies immobilières de Hong Kong contrôlent 70% du marché des nouvelles résidences,” dénonce Sally. “Nous revendiquons des investissements massifs dans les logements sociaux afin de construire 50.000 logements à loyers bon marché chaque année. Le niveau actuel de construction de logement sociaux n’atteint même pas les 15.000.”

Socialist Action revendique également la nationalisation des banques sous le contrôle démocratique de la population.

Le coût des loyers dans le privé a augmenté de 10% cette année, et de nombreuses petites entreprises sont également obligées de fermer leurs portes ou de partir à cause des loyers trop élevés pour leurs locaux. Les loyers élevés représentent un facteur majeur d’inflation. L’inflation a atteint cet été un record jamais vu depuis 16 ans, à hauteur de 7,9%.

Alliance électorale

La décision de faire une alliance avec la LSD, un parti plus important, n’empêche pas Socialist Action de produire son propre matériel électoral et d’avoir ses propres slogans. Ses tracts comportent les logos de la LSD et de Socialist Action. La LSD se présente sur la plateforme la plus radicale de tous les partis représentés au Conseil Législatif (sorte de parlement de Hong Kong), et appelle à la renationalisation de l’infrastructure des transports, à l’instauration d’une taxe sur la fortune et à l’augmentation des dépenses sociales. Socialist Action soutient toutes ces demandes, mais précise aussi qu’il est crucial de lutter contre le système capitaliste lui-même et de gagner du soutien pour un programme réellement socialiste.

“Notre objectif est d’entrer en dialogue avec la population – travailleurs, pensionnés, chômeurs et immigrés – et de soulever la nécessité d’une alternative socialiste. Nous avons aussi l’intention d’utiliser cette campagne pour construire notre organisation et pour recruter de nouveaux membres, ce qui a déjà commencé,” a encore expliqué Sally Tang.

“Nous allons lutter durement pour dénoncer la faillite du camp gouvernemental, mais aussi le mensonge qui réside derrière le caractère ‘démocratique’ des partis tels que l’APDL.”

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste