AUDI Brussels licencie une représentante du personnel! NON, les délégués ne sont pas en soldes!

Action devant l’usine à Forest ce mercredi 28 septembre

Par mail le premier septembre, la direction de AUDI Brussels licenciait Karin Peene, déléguée SETCA. Le prétexte invoqué était tout d’abord “la perte de confiance entre Karin et son organisation syndicale”. Bien que la direction soit revenue sur ce motif par après, son licenciement n’a pas été remis en cause.

Par Nico M., photos de Karim (Bruxelles)

Bien entendu, la direction d’AUDI Brussels tente, comme beaucoup de patrons, de se débarrasser d’une déléguée combative, spécialement avant les élections sociales de 2012. Le respect de la démocratie syndicale est remis en cause en cette période et les travailleurs doivent résister pour défendre leurs droits. A Clariant ou à BRC dernièrement les travailleurs ont lutté contre de tels licenciements. Avec des actions de blocage et de grèves combatives, ils ont fait reculer leur direction. Le message derrière un tel licenciement, c’est que si elle peut le faire avec une déléguée SETCA pourquoi elle ne pourrait pas le faire avec n’importe qui dans l’entreprise? C’est pourquoi face à une telle attaque c’est tous ensemble, ouvriers et employés, qu’il faut faire reculer la direction.

Bien entendu, la direction du SETCA BHV est revenue aussi sur cette accusation grotesque d’une rupture de confiance entre la déléguée et son syndicat. Maintenant par contre, une fois le mensonge réfuté, la question d’un plan d’action au sein du SETCA doit être le premier pas pour rétablir la vérité. Le SETCA doit prendre en main de manière combative une campagne de solidarité à travers tout le syndicat, car le résonnement pour une entreprise vaut aussi pour les autres entreprises. Si aujourd’hui AUDI peut utiliser de telles méthodes pourquoi les autres directions ne le feraient-elles pas? C’est la position de toutes les délégations qui est affaiblie.

Le fait est que la direction SETCA BHV n’a encore rien fait depuis un mois. Est-ce parce que Karin a été une militante SETCA qui a participé, à juste titre, aux campagnes de solidarité contre le licenciement des cinq permanents du SETCA BHV ? Ce que nous disions à l’époque de ce licenciement, c’est que de telles pratiques à l’intérieure du syndicat allait cautionner les patrons dans leur volonté d’éliminer des délégués. Aujourd’hui il semble que cela se traduit dans la pratique. Nous avons besoin de syndicats réellement démocratiques. Les travailleurs doivent choisir leurs délégués, et pouvoir discuter démocratiquement des revendications et des plans d’actions. Dans la pratique, la direction syndicale donne raison à l’excuse patronale: n’y a-t-il plus confiance suffisante pour que le SETCA BHV n’organise aucune campagne de solidarité large?

L’action de mercredi a rassemblé plusieurs délégués et militants SETCA-BBTK et CNE-LBC mais également des délégués CGSP notamment qui revenaient de l’action enseignement du matin à Anderlecht sur la question de l’enseignement. Le PSL encourage ces discussions entre délégués de différentes centrales ou de différents syndicats pour élargir la sol

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste