Rejoins résistance internationale! Les jeunes organisent la lutte contre le racisme, la guerre et le capitalisme

Cet été Résistance Internationale et Blokbuster ont été très actifs dans beaucoup de festivals. Nous avons ainsi mobilisé pour notre manifestation contre le congrès économique du Vlaams Belang et contre les entrées exorbitantes demandées aux festivals. Tracts et journaux nous ont aidés à diffuser nos idées, et nous avons pu mesurer le large soutien à celles-ci, notamment par le soutien financier que nous avons obtenu.

Nikei De Pooter

Partout l’accueil fut enthousiaste. Sur le festival de Dour, par exemple, nous avons récolté plus de 1300 euros et une quinzaine de jeunes ont laissé leurs coordonnées pour avoir des discussions et/ou pour rejoindre l’organisation. Parmi d’autres choses, notre critique de Clear Channel a été particulièrement bien accueillie.

Jeunes et loisirs: nos festivals détruits par les multinationales

Clear Channel est une multinationale qui contrôle plus des trois quarts des festivals. Jouissant d’une position de monopole, elle hausse systématiquement les prix. Dans la logique néolibérale, artistes et festivals deviennent comme cotés en Bourse, n’ayant comme fonction que de produire du profit. Et ce n’est qu’un seul des éléments qui rentre dans la logique de commercialisation du quotidien des jeunes.

Pour les grandes entreprises, chaque aspect de notre vie est source potentielle de profit. Même notre enseignement est remodelé sur l’exemple anglosaxon, orienté donc vers les nécessités du marché du travail, c’est-à-dire que l’enseignement doit être destiné à ceux qui en ont les moyens.

Les jeunes face à l’emploi: chômage ou précarité

Pendant que nos loisirs, notre enseignement et d’autres nécessités de base deviennent toujours plus chers, le revenu des jeunes, lui, est de plus en plus réduit: les jobs d’étudiants deviennent sans cesse plus flexibles et dénués de sécurité, conséquence des contrats intérimaires.

Afin de pouvoir payer leurs études, c’est plus de la moitié des étudiants qui sont forcés de travailler. Et dans beaucoup de cas, ils dépendent de bureaux d’intérim. Même les contrats d’un mois sont devenus une exception, la plupart des jeunes travaillent avec des contrats d’un jour qui n’offrent pas de sécurité d’emploi pour le lendemain.

Après la fin des études, beaucoup de jeunes ne trouvent que le chômage comme débouché. En ce moment, un jeune sur cinq est officiellement à la recherche d’un emploi. Dans certaines villes en Wallonie, ce taux atteint même 30% de ceux qui sortent de l’école. A Charleroi, il s’agit de 43 % des filles quittant l’école! Afin de ‘rétablir’ cette situation, le gouvernement a mis en place la chasse aux chômeurs. Cette mesure a comme but premier d’obliger les jeunes à accepter n’importe quels emplois à n’importe quelles conditions. Cette situation ne mène qu’à plus de pauvreté parmi la jeunesse. En ce moment, plus de 20 000 jeunes dépendent du CPAS, chiffre quadruplé depuis 1990…

Les jeunes et la politique: aucune alternative?

Tous les partis traditionnels et tous les politiciens défendent la même politique de classe et défendent surtout leurs propres intérêts, qui bien souvent convergent avec ceux des grandes entreprises. Bien que le PS soit encore vu, à tort, comme le moindre mal, le Vlaams Belang ou le FN apparaissent comme les seules oppositions. En se servant d’un discours qui va à l’encontre des partis traditionnels, ils jouent sur la colère contre la politique dominante. Mais en réalité, ces préjugés racistes servent à dévier l’attention des vrais problèmes. En dernière instance, l’extrême droite défend aussi les intérêts des grandes entreprises. Voilà le point que nous voulons mettre en évidence dans les mois à venir, entre autre dans une campagne mobilisant pour une manifestation contre le congrès économique du VB.

Rejoignez la résistance des jeunes!

Pour la nouvelle année scolaire, nous envisageons plusieurs activités. L’antifascisme en sera un point de mobilisation central. Non seulement nous organisons une manifestation contre le congrès économique du Vlaams Belang à Gand le 26 novembre, mais également un festival anti-fasciste, à Anvers le 29 octobre. Nous prévoyons aussi des meetings sur les idées de base du marxisme et sur des exemples de luttes de masse. Ainsi, nous organisons un tour du pays avec un orateur international invité pour parler des développements en Amérique Latine. Ce n’est qu’un petit avant-goût des activités que nous organiserons en fin d’année. Pour une vue d’ensemble des activités dans ta région, entame les discussions sur la manière de lutter pour une alternative au capitalisme et milite avec nous !

Partager : Imprimer :