Home / Edito - à la une / Pour une pension minimum de 1500 euros !

Pour une pension minimum de 1500 euros !

Coût d’une pension décente : 7 milliards
Hausse des bénéfices des grandes entreprises : 7 milliards

Plusieurs records ont été battus au cours de ces derniers mois. On n’a jamais vu autant de cas de dumping social. Les profits des grandes entreprises ont bondi. Selon une étude de l’Institut de Coopération Syndicale Internationale, le revenu réel moyen des travailleurs a reculé de 1,1% depuis 2010. En même temps, les dividendes des actionnaires explosent. Tous ces faits sont bien entendu liés : ce système roule pour une petite minorité très riche, aux dépens de la majorité de la population.

Le gouvernement Michel ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Les pensions sont dans la ligne de mire. Après le recul de l’âge de la pension, voilà le système des pensions à points, la révision de l’aménagement pour les métiers pénibles, la démolition des pensions des services publics. Il est pourtant évident que le montant moyen des pensions est insuffisant. Une pension moyenne s’élève aujourd’hui à 1.181 euros pour un homme et 882 euros pour une femme ! C’est beaucoup moins que le coût moyen d’un séjour dans une maison de repos (1.562 euros). En moyenne, nous vivons en bonne santé jusque l’âge de 64 ans. Mais le gouvernement veut nous faire travailler jusque 67 ans. L’objectif n’est pas d’améliorer nos vieux jours en nous faisant travailler plus longtemps mais d’aboutir à un résultat où très peu de travailleurs auront encore une carrière (et une pension) complète !

L’allongement de l’espérance de vie n’est pas un problème. La productivité et le volume des richesses produites sont tels que le paiement de toutes les pensions est possible. L’allongement de la durée de vie n’est qu’un rideau de fumée pour augmenter les profits. Les caisses de la sécurité sociale sont périodiquement ponctionnées par les baisses de cotisation patronales (les prétendues ‘‘charges sociales’’). La prochaine baisse de 8% de l’impôt des sociétés (de 33% à 25%) tarira bientôt les caisses de l’État. Il est grand temps d’arrêter ce hold-up!

Les organisations syndicales viennent de lancer une campagne d’information sur l’enjeu des pensions en éditant un journal à 1 million d’exemplaires. On peut y lire que garantir une pension minimale de 1.500 euros à chaque salarié coûterait 1,6 milliards d’euros et une pension à 75% du salaire moyen coûterait 4,9 milliards d’euros. Soit un total de 6,5 milliards d’euros. Cela représente beaucoup d’argent ! Mais c’est aussi autant que la hausse des bénéfices des 18 sociétés cotées au Bel 20 (à la Bourse de Bruxelles) et qui viennent de publier leurs résultats de l’année 2017. Il y a donc assez d’argent pour garantir des vieux jours dignes à chacun et à chacune. C’est une question de volonté politique.
Nous n’atteindrons pas cet objectif en nous bornant à quémander une aumône auprès du gouvernement. Car celui-ci est fermement résolu à défendre bec et ongles les intérêts des privilégiés.

La campagne d’information syndicale n’a de sens que si elle débouche sur une série d’actions allant crescendo vers un mouvement général capable de faire plier ce gouvernement des patrons. Le PSL, ses militants et ses sympathisants mettront toute leur énergie pour faire aboutir une telle perspective.

Print Friendly, PDF & Email