Che Guevara: sa vie, ses idées, sa lutte pour le socialisme

Beaucoup de livres ont paru sur le Che. Que peut bien apporter cet article en plus? Bien que quelques textes sur Che soient très bien, il est rare qu’on en tire les conclusions politiques.

Jasper Rommel

Ernesto Guevara est né en 1928 dans une famille de la classe moyenne supérieure, mais progressiste, d’Argentine. A trois ans il a contracté l’asthme qui va le marquer pour le reste de sa vie. Cette maladie l’a contraint, dans sa jeunesse, à rester souvent au lit. Il a mis cette situation à profit pour dévorer les livres: Bolivar, Gandhi, Marx et Engels…

Malgré sa maladie il a développé un fort caractère. Alors qu’il était étudiant en médecine, il a entrepris avec un ami de faire à moto le tour de l’Amérique latine. Il a côtoyé ainsi les pauvres de près. Progressivement il a voulu s’engager pour changer la société. Il est ainsi entré en contact avec des militants communistes et ses idées internationalistes ont commencé à se développer.

Son deuxième voyage, après ses études, l’a encore plus marqué. En Bolivie, il a vécu une révolution menée par les ouvriers et les paysans. Cela a profondément changé ses idées. Il s’est tourné vers le marxisme.

Jusqu’alors il n’avait été qu’un observateur passif. Au Guatemala il participa activement à la lutte pour la réforme agraire et pour la nationalisation de la United Fruit Company, une multinationale américaine qui exploite la population en Amérique centrale (et exporte notamment les bananes Chiquita). Le Che ne rejoignit cependant pas le Parti communiste car il était en désaccord avec la "théorie" stalinienne des deux étapes de la révolution et avec la tactique de Front populaire. Ces méthodes enchaînent en effet les travailleurs à la bourgeoisie pour faire à sa place une révolution bourgeoise démocratique et s’arrêter à ce stade. En pratique, le PC cherchait souvent et surtout des postes gouvernementaux. Dès que la bourgeoisie en avait les moyens, elle écrasait la classe ouvrière et le PC.

Ce n’est donc pas étonnant que le Che rejoignit plus tard au Mexique le Mouvement du 26 Juillet, créé par Fidel Castro. Le PC cubain défendait à l’époque le dictateur Batista. Les rebelles du M26 étaient beaucoup plus combatifs. Cependant, la tactique de guérilla n’est pas, selon nous, la méthode pour aller vers le socialisme. Dans les pays plus stables, la guérilla ne peut être qu’un échec, comme on l’a vu plus tard en Bolivie. Un mouvement de guérilla, basé dans les campagnes, est aussi organisé fortement de haut vers le bas, ce qui a plus tard un impact énorme sur le fonctionnement de la nouvelle société. Lénine et Trotsky ont, de leur côté, défendu l’idée que la révolution doit s’appuyer sur la classe ouvrière.

Che Guevara n’a pas réussi à se réapproprier cet acquis fondamental de la Révolution russe. Logique avec ses idées, il les a appliquées jusqu’au bout et, traqué avec son groupe de guérilleros par l’armée bolivienne, il a été blessé, capturé et assassiné par des hommes de main de la CIA.

L’exemple du Che, en tant que révolutionnaire honnête et héroïque, continue d’inspirer des générations de jeunes à travers le monde. Hasta la victoria siempre!

Partager : Imprimer :