Les festivals deviennent hors de prix

120 euros à Rock Werchter, 59 euros pour un jour. 108 euros à Pukkelpop, 53 euros pour un ticket d’un jour. Et il faut encore payer la nourriture et les boissons – des hamburgers bien gras et des bières bas de gamme. Car il est interdit d’emporter à manger et à boire sur place. Même de simples bouteilles d’eau!

En Belgique, 80 à 90% des événements pop ou rock sont associés à la multinationale Clear Channel. Cette entreprise gère l’organisation des concerts et tout ce qui y est lié (publicité, contacts avec les médias,…). L’entreprise contrôle non seulement les grands festivals, mais elle a aussi acheté quantité d’actions du Sportpaleis d’Anvers et de Forest-National. Toute concurrence, comme jadis celle de Beach Rock, est ainsi éradiquée. D’où la position de monopole de Clear Channel.

L’impact de Clear Channel sur les prix des tickets est lourd. L’entreprise prétend même qu’on a été longtemps ‘gâtés’ avec des prix d’entrée trop bas… Il y a dix ans, en 1995, on payait 1.000 FB (25 euros) pour un ticket à Pukkelpop et 1250 FB (31 euros) à Rock Werchter. Aujourd’hui, on pousse la maximalisation des profits à son paroxysme en doublant les prix pour une journée de concerts et en allongeant la durée des festivals. A Werchter, une semaine avant Rock Werchter, on organise TW Classics pour économiser les frais d’infrastructures.

Les victimes de la course aux profits des multinationales comme Clear Channel sont majoritairements des jeunes qui doivent travailler pendant l’été s’ils veulent aller à un festival. Les jeunes devront bientôt céder la place aux ménages à deux revenus qui ont les moyens de satisfaire l’appât du gain de Clear Channel. C’est l’objectif explicite de TW Classics.

Pour nous, la culture et la musique ne sont pas des marchandises. Les artistes ne sont pas des valeurs cotées en Bourse et les festivals ne doivent pas servir à faire des profits, mais à permettre aux jeunes (et à ceux qui sont encore jeunes d’esprit) de s’amuser et de profiter de leur musique favorite.

Mais on ne pourra jamais en finir avec la logique du profit sous le système capitaliste. Pour sauvegarder nos possibilités de détente, il faudra engager la lutte contre le système actuel !

Partager : Imprimer :