Home / Syndical / Privé divers / Il nous faut une campagne nationale contre les licenciements de délégués !

Il nous faut une campagne nationale contre les licenciements de délégués !

La direction Suisse de BRC n’aime pas les syndicats et les actions collectives. Elle cherche donc à sanctionner une action de grève de façon individuelle, et trois travailleurs ont été licenciés suite à la résistance collective contre l’absence d’un accord sur la convention collective dans le secteur pétrolier. Les trois licenciés l’ont été sans que la direction n’utilise de prétexte de  »faute grave », ce qui indique que la direction sait elle-même très bien que les ‘raisons’ invoquées ne tiennent pas la route.

Une année avant les élections sociales, il nous faut une offensive pour assurer une véritable protection aux délégués. Actuellement, cette protection est telle une passoire, pleine de trous. Peut-être que la menace d’une grosse indemnité de licenciement a des effets dans de petites entreprises, mais dans les multinationales qui empochent des profits de plusieurs milliards d’euros, cela n’est pas le cas. Ce n’est pas la première fois que des délégués sont licenciés. Chaque fois, il y a des actions de solidarité, mais il est temps d’aller plus loin.

Il y a officiellement une possibilité de réintégration d’un délégué licencié abusivement. Mais cette décision revient aux patrons. Tant que la réintégration reste un choix libre, elle reste difficile à mettre en pratique.

Afin de mieux protéger les délégués, il faut que la réintégration devienne obligatoire et exécutoire. Les patrons qui ne l’acceptent pas doivent être lourdement pénalisés. Pour que cela puisse être obtenu, il faut mobiliser et construire un rapport de force. Le droit de grève et la protection des délégués ont été obtenus de cette façon, et c’est aussi la seule manière de défendre nos droits.   

La mobilisation nationale du 30 juin est un premier pas, mais il nous en faut d’autres sur le plan national, avec les différents secteurs et les différents syndicats. Il ne faut pas attendre, car ces prochains mois, les délégués seront en soldes (juste avant la procédure des élections sociales de 2012, le licenciement abusif coûte moins cher pour les patrons).

Peut-être que le président de la FGTB, Rudy De Leeuw, peut utiliser cette occasion de l’action à BRC afin d’annoncer une initiative en cette direction?Peut-être que le président de la CSC, Luc Cortebeeck, peut utiliser sa position de vice-président de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) pour s’attaquer vraiment aux violations du droit à l’action collective (comme prévu dans le Traité nr. 98 de la OIT)  en Belgique? Les dirigeants syndicaux doivent prendre une initiative nationale pour obtenir une véritable protection des délégués !

 Solidarité internationale

Afin de concrétiser notre solidarité, le tract syndical de BRC a été traduit en Français et en Anglais. Aujourd’hui, et les jours à venir, ce tract sera distribué par nos organisations politiques sœurs en France et en Grande-Bretagne. Cela sera notamment le cas à la raffinerie de Petit Couronne (France) et de Coryton (Grande Bretagne). De cette façon, les travailleurs sauront là aussi comment la direction de BRC traite les syndicats.

Leave a Reply