Egypte : “Nous ne partirons pas tant qu’il ne partira pas!” – Témoignage de la place Tahrir au Caire

A la suite des manifestations massives du 1er février au Caire et à Alexandrie, le Président Hosni Moubarak s’est dit prêt à partir en septembre. Mais les manifestants de la place Tahrir au Caire continuent toutefois leurs actions pour forcer Moubarak à quitter le pouvoir. Hier après-midi, des confrontations dramatiques ont eu lieu, quand des partisans du dictateur ont attaqué les protestataires, y compris avec des armes à feu, montés sur des chevaux et des chameaux. Les forces armées sont restées “neutres”, émettant un ordre de dispersion pour les deux camps. Voici ci-dessous une interview d’un correspondant du CIO présent au Caire.

socialistworld.net

Que se passe-t-il au Caire?

“A la place Tahrir et dans les rues avoisinantes, il y a des milliers et des milliers de manifestants. Je n’ai jamais vu quelque chose de semblable. Les manifestations ont commencé très tôt le matin et nous sommes maintenant très tard le soir (le 1er février). Même s’il y a officiellement un couvre-feu, un très grand nombre de personnes reste sur la place. La foule est dense et il est très difficile de se déplacer. Tout le centre-ville est contrôlé par les manifestants et totalement dénué de la présence des forces de police. Il y a toujours de soldats aux alentours, mais ils ne sont pas très visibles. L’ordre est maintenu par des comités de défense dans lesquels sont presents des gens de diverses religions. Ils vérifient les documents des passants, s’assure que rien ne peut être utilisé comme provocation et distribuent des tracts comprenant des instructions sur la manière de se comporter sur la place. Le niveau d’auto-organisation et de discipline est impressionnant. Des centres médicaux et un centre de presse ont aussi été installés, de même que des cantines.

“Un des volontaires m’a dit qu’il avait découvert la présence d’un policier en vérifiant les papiers d’identité (le travail de chacun est inscrit sur les documents d’identité égyptiens). Il l’a livré à l’armée. Il y a visiblement un accord pour procéder de la sorte, même s’il l’on ne sait pas se que fait l’armée des policiers. La police, les “gardiens de l’ordre”, sont interdits aux manifestations, même s’ils ont quitté l’uniforme, parce que les gens pensent qu’ils sont principalement là pour faire des provocations, ce qui pourrait se terminer de façon tragique dans les circonstances actuelles.

“Le manifestation est constituée de groupes autour d’orateurs avec des mégaphones qui crient des slogans ou livrent des informations importantes. Des meetings se déroulent autour des stands de différents partis politiques. Parmi les manifestants, on trouve un grand nombre de jeunes très militants, préparés à aller jusqu’au bout. Beaucoup de femmes participent aussi aux protestations. Tout le monde crie qu’ils ne partiront pas avant que Moubarak s’en aille. Quelqu’un a crié à un moment, probablement un provocateur, que Moubarak avait démissionné, mais il a immédiatement été interrompu par les manifestants qui criaient “Ne croyez pas les rumeurs, que personne ne parte avant que le président ait officiellement démissionné.” Il faut aussi préciser que les slogans ne sont pas orientés que vers une personne, mais contre le régime en lui-même.

“Internet ne fonctionne pas au Caire, et les messages sms ne passent pas, il y a une véritable soif d’informations. Pour l’instant, les téléphones portables fonctionnent. Les autorités ont interdit la diffusion de la chaîne Al-Jazeera. J’ai rencontré le dirigeant du bureau du Caire d’Al-Jazeera, qui vit dans une tente et y coordonne le travail de ses correspondants et des équipes-caméras.

‘‘Alors que je marchais parmi la foule, j’ai fait une rencontre assez surprenante. Quelqu’un, que je ne connaissais pas, m’a appelé de mon nom! Il m’a expliqué que je ne le connaissais pas mais qu’il était ami avec moi sur Facebook! Nous avions visiblement échangé quelques commentaires sur la situation en Egypte. De nombreuses personnes m’ont demandé se que je faisais au Caire et, quand je leur expliquais que je venais spécialement pour soutenir leur lutte, Ils étaient très agréablement surpris. Mais des touristes ont également pris part aux manifestations, j’ai pu entendre des slogans en italien, en espagnol et dans d’autres langues. J’ai aussi rencontré deux Anglais avait une pancarte déclarant, en arabe ; “Moubarak, il est temps de partir, nous avons besoin de prendre une douche!” Il n’y a visiblement plus d’eau dans des hôtels. Parfois, ce sont des Egyptiens eux-mêmes qui écrivent des pancartes et des tracts en anglais, pour que ceux qui regardent les reportages aux télévisions à l’étranger comprennent ce qui se passe. A cause du blocage de l’information, les gens ne savent pas grand chose des protestations à l’étranger en solidarité avec leurs luttes, mais quand de telles informations parviennent aux oreilles des manifestants, elles sont chaudement acclamées.”

Quelles sont les revendications des manifestants? Quels sont leurs slogans?

“Leurs revendications concernent clairement des thèmes sociaux et démocratiques: le président doit démissionner, il faut la liberté d’expression, une nouvelle constitution et de nouvelles élections à tous les niveaux. J’ai vu une femme avec une pancarte qui disait “L’armée doit nous défendre – oui. L’armée doit nous diriger – non”. Dans d’autres termes, même si les manifestants traitent chaudement l’armée, ils n’ont aucune envie de la voir prendre le pouvoir.

“Parfois, on peut voir des slogans progressistes, même si les revendications sont un peu confuses, comme “rendez au peuple ce qui lui a été volé”, sans que la manière de réaliser cela soit claire. J’ai vu des slogans comme “Ramenez les salaries au niveau des prix” et “Pour un salaire minimum de 200 dollars”. Mais, en general, on ne voit pas de programme clair ni d’analyse précise. Un autre élément important est la revendication de l’abolition de loi d’urgence, qui est appliqué en Egypte depuis plus de 30 ans et est utilisée pour réprimer les mouvements de la population.

“Partout, on peut sentir que l’atmosphère de révolte continue à croître, il y a une explosion de protestations reflétée de toutes sortes de façons: pancartes, slogans peints sur les murs ou sur le sol, sur les voitures, sur les bus, sur les visages, les vêtements,… On voit aussi de petites pièces de théâtres et toutes sortes de tracts sont distribués, par milliers, tout comme des appels, des déclarations, parfois sans aucune signature, parfois simplement issues d’individus.”

Quelles forces sont-elles impliquées dans les protestations?

“Toutes sortes de forces sont présentes : de gauche, de droite ou islamistes. Les groupes de gauche se limitent à des revendications démocratiques, elles reflètent simplement les revendications des masses. Elles appellent à la démission du président, Moubarak, à de nouvelles élections et à une nouvelle constitution, sans toutefois faire de l’agitation autour d’un programme socialiste.

“Les islamistes des Frères Musulmans ne participant pas vraiment aux protestations. Quand tout cela est apparu, ils ne sont pas intervenus. Maintenant, sous la pression de leur base, ils ont été forces de descendre dans les rues. Mais ils ont une influence quasiment insignifiante sur les slogans, les revendications, et l’atmosphère présente lors des manifestations. Une fois, j’ai vu un groupe de jeunes criant des slogans démocratiques. Une personne a commencé à crier “Allah Akbar”, mais personne dans la foule n’a repris l’appel, il a juste été ignoré. Il a alors essayé de rentrer plus loin dans la foule en continuant à crier, jusqu’à ce que plusieurs personnes lui dissent de rester tranquille. “Allakh Akbar” n’est pas un slogan, cela n’appelle personne à faire quoi que ce soit, cela ne représente aucune revendication ni aucun programme. Mais quand arrive l’heure de la prière et que les prêtres appellent les croyants à prier, une part significative de la manifestation participe. Juste après, les manifestants reprennent les slogans démocratiques. Personne ne crie en faveur de la sharia. Il y a aussi beaucoup de femmes qui participent aux protestations.

“J’ai parlé avec plusieurs coptes (des chrétiens d’Egypte), qui étaient très nombreux aux manifestations. C’est un symptôme important. A la nouvelle année, à Alexandrie, une attaque terroriste à la bombe contre une Eglise Chrétienne a mené à une situation très tendue dans la ville et ailleurs. Les coptes ont organisé des manifestations, ont demandé plus de sécurité, et ont même crié des slogans anti-Islam. Mais maintenant, cette situation a été transformée. Vous pouvez voir comment, en quelques jours, parfois en quelques heures, l’unité du mouvement pour les droits démocratiques et sociaux a unifié les chrétiens et les musulmans. L’unité dans la lutte relègue à l’arrière plan toutes les différences superficielles. J’ai vu des personnes porter un foulard avec un croissant de lune croisé avec une croix, le symbole de l’unité entre coptes et musulmans. Quand l’Eglise, par la voix du vieux patriarche, a publiquement supporté Moubarak, même quelques coptes ont regardé” cela comme une chose positive, en disant que maintenant les chrétiens seraient moins sous l’influence des de leurs représentants et de l’Eglise en tant que symbole d’autorité.

“L’opposition a déjà formé une coalition de différents partis, de gauche, de droite et d’islmaistes. Ils soutiennent les revendications générales des masses, mais demandent aussi que Durant les 6 mois de transition, jusqu’au départ de Moubarak, un gouvernement de ‘salut national’ soit constitué. Durant cette période, ils promettent d’organiser des elections à tous les niveaux, et de faire un nouveau projet de constitution.

“La gauche, en participant à cette coalition, aide dans les faits cette section de la bourgeoisie qui est actuellement maintenue à l’écart du pouvoir par le régime de Moubarak. Les slogans et revendications de cette coalition sont largement distribués et la masse des manifestants ne s’y oppose pas, même si les principales figures dirigeantes sont regardées avec scepticisme. C’est particulièrement le cas de l’ancien dirigeant de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, Mohammed Al-Baradei, qui vient juste de rentrer en Egypte. Mais pour l’instant, personne ne met en avant un programme alternatif, même à gauche.

“Dans le vide politique qui existe actuellement, qui commence déjà à être occupé par la droite, la gauche se doit d’être très active, de distribuer des tracts, de proposer leur alternative propre, et de construire une organisation – même s’il existe des problèmes pratiques pour mettre ses idées sous forme écrite puisque tous les magasins sont fermés.”

Le Comité pour une Internationale Ouvrière appelle:

  • Pour des actions de masse de la part des travailleurs, y compris une grève générale, pour le renversement immédiat de Moubarak et de ce régime pourri et brutal.
  • Pour l’obtention des droits démocratique immédiatement, avec le droit de se rassembler, de faire grève et de s’organiser dans des syndicats indépendant et démocratiques.
  • Pour l’élection de comités démocratiques des masses en lutte, pour se défendre contre la répression d’Etat, dans les lieux de travail, les quartiers, les écoles et les universités, reliées entre eux aux niveau régional et national, pour élargir et organiser la résistance
  • Pour des comités de base des policiers et soldats, au côté des masses et purgés des officiers et de la hiérarchie
  • Non au sectarisme – Pour l’unité de tous les travailleurs au-delà des lignes religieuses
  • Aucune confiance envers un nouveau régime ‘d’unité national’ basé sur les intérêts de la classe dirigeante et de l’impérialisme
  • Pour l’élection immédiate et libre vers une assemblée constituante révolutionnaire – Pour un gouvernement de la majorité des travailleurs et des travailleurs ruraux
  • Pour un salaire minimum, la garantie d’avoir un travail, un programme massif de construction de logements et de développement de l’enseignement et des soins de santé
  • Pour la fin du blocage égyptien de Gaza – Pour l’auto-détermination de la Palestine et pour l’unité des travailleurs et des actions de masse pour renverser les dictateurs de la région
  • Pour la nationalisation des grandes compagnies égyptiennes, des banques et des secteurs principaux de l’économie et leur planification démocratique pour satisfaire les besoins des masses et non de l’élite
  • Pour une Egypte socialiste et une confédération socialiste de la région, sur une base volontaire et égalitaire

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste