Directive Bolkestein. Stop à l’offensive sur nos droits sociaux!

C’est aussi le samedi 19 mars qu’aura lieu la manifestation de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) contre la tristement célèbre directive Bolkestein. Des délégations syndicales et des militants de toute l’Europe vont faire entendre leurs voix contre l’offensive brutale sur nos droits sociaux.

Peter Delsing

Que contient la directive du politicien ultralibéral hollandais, membre de la Commission Européenne, Bolkestein? L’objectif est de supprimer les obstacles à la commercialisation des services en Europe. Plus concrètement, il s’agit d’une proposition extrémiste visant à permettre que les lois sociales et environementales les plus basses deviennent la norme. La directive proposée par la Commission Européenne permettrait, par exemple, qu’un entrepreneur polonais puisse embaucher des ouvriers polonais en Belgique aux salaires et conditions de travail de la Pologne. Même chose pour les bureaux d’intérim, les services de nettoyage, les services mis en place par les pouvoirs locaux,… même notre enseignement et nos soins de santé sont en danger.

Les gouvernements ne seraient plus à même de pouvoir déterminer des tarifs minimaux ou maximaux pour les médicaments, ou d’imposer des normes minimales de travail pour le personnel dans les hôpitaux et les maisons de repos. Le marché s’introduit donc davantage pour imposer sa dictature dans des secteurs vitaux essentiels comme les soins de santé.

La directive Bolkestein est donc une atteinte directe aux salaires et à la sécurité sociale dans les pays européens, qui va dépouiller ceux qui ne l’ont pas encore été jusqu’à présent par les politiques successives menées par les différents gouvernements néo-libéraux.

Une Europe "sociale" dans le cadre du capitalisme?

C’est une bonne chose que la CES descende dans la rue pour protester contre cette régression sociale. Mais la question est vraiment de savoir sur quel programme politique s’appuyer pour avancer sur la voie d’une alternative pour le mouvement ouvrier. Malheureusement, les dirigeants syndicaux européens cultivent encore et toujours des illusions sur la possibilité d’une "Europe sociale", basée sur un libre marché social et "corrigé". Mais si ce libre marché est devenu de moins en moins social ces 25 dernières années, ce n’est pas parce que les politiciens suivent "accidentellement" une mauvaise politique; c’est à cause de la crise de surproduction du système capitaliste….

Sous le drapeau de l’agenda de Lisbonne, cette Europe des patrons va être rendue plus compétitive pour 2010. Cela signifie pratiquement: créer des emplois-bidons, revoir les salaires à la baisse, faire travailler plus dur et plus longtemps, privatiser et ébranler la sécurité sociale. La directive Bolkestein est simplement le prolongement d’une politique antisociale qui est suivie depuis des années par l’UE et les gouvernements nationaux.

Pas de constitution européenne néo-libérale!

Le plus gros syndicat français, la CGT, avec ses 700.000 membres, a récemment débattu de la constitution européenne. Au menu de cette constitution amère il n’y a que privatisations et démantèlement des droits sociaux. Bernard Thibaut et la direction de la CGT voulaient d’abord s’abstenir d’appeler à voter sur la constitution. Ils furent ensuite rappelés sévèrement à l’ordre par leurs militants, qui votèrent à 81 contre,18 pour et 17 abstentions.

La révolte contre cette Europe capitaliste croît à la base. Avec le MAS et notre organisation internationale socialiste, le CIO, nous sommes dans toute une série de pays au premier rang de la résistance sur les lieux de travail. Rejoignez-nous dans cette lutte pour une alternative socialiste internationale!

Partager : Imprimer :