Russie: ‘La révolution de Coton’ secoue le regime de Poutine

Les manifestations de pensionnés balayent le pays.

Après la ‘révolution orange’ en Ukraine, la Russie a été frappée par ce que l’on a appellé la ‘révolution de coton’. Une énorme vague de manifestations, essentiellement de pensionnés, a ballayé le pays contre la réforme sur les subventions traditionellement payees aux pensionnés pour le logement, la santé et les transports.

Rob Jones, Moscou

La vitesse à laquelle le régime de Poutine a du faire des concessions a fait de ces manifestations quelque chose d’important. Les tactiques ‘militantes’ des manifestations ont été encouragées par les pensionnés de la ville de Khimki – une banlieu de Moscou située juste à l’ extérieur de la ville. Ils bloquaient la principale autouroute Moscou – St Pétersbourg. Cela est aussi d’ une importance particulière parce que c’ est aussi la route qui conduit au principal aéroport international. Des centaines, et parfois des milliers, de personnes agées dans d’autres villes ont suivi les actions, bloquant des routes, assiégeant les bâtiments gouvernementaux, et dans le cas des pensionnés Sibériens, menacant de bloquer la voie ferrée trans-Sibérienne.

La colère des pensionnés était dirigée contre ce qu’on appelle la ‘monetarisation’ des allocations. Transports gratuits et 50% de réduction dans les coûts du logement pour les pensionnés et d’autres categories de la population, incluant les soldats et la police, ont été aboli ce 1er janvier 2005, pour être remplacé par une ‘compensation monétaire’. Traditionellement, les pensionnés recevaient 200 roubles supplémentaires par mois (+- 5euros) mais leurs coûts de transport absorbent à eux seuls rapidement ce payement ‘extra’ (un ticket dans un bus coûte aujourd’hui 20 eurocents et fréquemment les pensionnés doivent changer de bus ou tram). Les nouvelles factures pour le logement sont attendues cette semaine, ce qui pourrait conduire à une nouvelle vague de manifestations.

Peut-être que le pire element de cette réforme n’ a pas encore frappé – le changement dans les subventions pour les soins de santé. Celles-ci vont être supprimées et chaque pensionné sera payé une somme standard. L’argument du gouvernement est que cela donne au pensionné le ‘droit de choisir’. Mais on ne peut alors pas parler de soins de santé standards : par exemple, une personne peut n’ avoir besoin que de simples cachets pour les maux de tête, pendant qu’un autre peut avoir besoin de médicaments chers.

Poutine, et en particulier les ministres neolibéraux qui ont poussé à mener cette réforme ont été ‘confinés dans un coin’. Ils ont essayé d’ attributer la responsabilité aux autorités régionales pour leur incompetence dans la distribution des nouveaux payements. Mais beaucoup de personnes sont conscientes que le gouvernement est en train de recolter d’ énormes surplus dans les budgets, pendant qu’il continue de couper dans les allocations des travailleurs.

Pour éviter les protestations se développant dans certaines regions, beaucoup d’autorités régionales annoncèrent que plusieurs allocations, tels que les coûts de transport gratuits, seraient financés par les budgets locaux. Mais cela na pas été assez pour enlever la pression sur le gouvernement fédéral. L’augmentation de la pension convenue pour avril a été avancée et le gouvernement a annoncé qu’il va dégager jusqu’à plus de 3 milliards de dollars de son ‘fond de stabilité’ – argent gagné par les prix élevés du pétrole qu’il avait mis de côté pour les mauvais jours. Il reste à voir si ne serait ce un de ces ministres directement impliqué dans l’application de cette réforme sera forcé de quitter son poste. Il y a pour le moment une discussion ‘radicale’ sur le sort du Premier Fradkov qui n’aurait plus que quelques mois devant lui.

Ces évènements confirment que les tentatvies de Poutine d’ amener tout sous son contrôle personnel sont en train d’ échouer. La réaction de son régime au moment des permières manifestations – une chasse aux sorcières pour trouver le ‘coupable’ – était caractéristique pour ce qui en réalité est un peu plus qu’ un Etat policier. En particulier, il s’est avéré qu’un ordre avait été donné à la police d’ arrêter n’importe qui en dessous de 45 ans dans les manifestations parce qu’ils sont ‘probablement des faiseurs de troubles’. Des activistes du Socialisticheskoye Soprotivleniye (CIO en Russie) ont été victimes de cette mesure.

En meme temps, une remarquable caractéristique de ces manifestations est qu’elles ont été généralement spontanées, avec très peu de participation de tous les partis politiques. Seulement au moment ou les manifestations s’ étendaient, le Parti Communiste, qui est bien sur principalement aujourd’hui un parti de pensionnés a essayé de mobiliser ses partisans.

Néanmoins, cela ne veut pas dire que les manifestants sont apolitiques. De plus en plus de revendications anti-Poutine sont mises en avant et il y a une soif de recherche d’idées politiques, et cela malgrès l’ âge élevé des manifestants. Pour donner un indice de cette radicalisation, plus de 250 copies du journal du CIO ont été vendues dans les manifestations à Khimki.

La revolution de 1905 invoquée par les manifestants

Un autre élément important est la grande conscience parmi les manifestants que ce mois c’est le centième anniversaire de la première Révolution Russe, et, le 22 janvier il y avait une initiative d’envoyer une petition à Poutine de la même facon qu’il y a cent ans quand des manifestants avaient essayé d’envoyer une pétition au Tsar pour la justice, avant que celui-ci n’envoya les troupes sur les manifestants. Comme la ‘monetarisation’ a conduit a un minement du soutien à Poutine, avec une chute de 20% dans les sondages de popularité ces dernières années, ses politiques de casse des acquis sociaux ont mené à des mobilisations massives qui ont force le gouvernement à faire des concessions. Le Ministre de la Défense a été forcé d’annoncer que la réforme de la conscription (annoncée en décembre dernier), et qui aurait entrainé que les étudiants auraient perdu le ‘postposement’ de leur conscription pendant leurs etudes, ne sera pas appliqué dans le futur proche. Le gouvernement est conscient qu’une fusion du mouvement des pensionnés avec celui des étudiants serait trop difficile à controler.

Sans aucun doute, les évènements de l’année dernière en Ukraine, qui ont montré qu’en descendant dans la rue, les masses pouvaient changer les rapports de force, ont encourage ce mouvement en Russie. En même temps, les manifestations en Russie sont un avant gout de ce qu’il pourrait se passer dans le future en Ukraine. Le nouveau Premier Ministre de l’ Ukraine, Viktor Yuschenko, est entouré de conseillers économiques, incluant ceux de l’ ONU, qui essayent de le pousser aussi à opérer la ‘monétarisation’ des allocations.

Après plusieurs années de ‘calme’ dans les mouvements de protestation en Russie, et à travers la plupart des pays du CIS, il apparait maintenant que de nouveau les masses dans ces pays recommencent à se lever et à lutter pour leurs droits.

Clairement, toutes les allocations qui ont été ‘monétarisées’ doivent être rétablies immédiatement. Mais les problèmes dont les pensionnés doivent faire face ne se limitent pas et sont plus profonds que seulement l’ etat de leurs allocations. La privatisation du système de transport a mené à une situation ou les compagnies privées refusent de transporter les passagers qui ne savent pas payer, argumentant qu’ils prennent les places des passagers qui payent. Les loyers et les charges de logement ont aussi augmentées. Les soins de santé deviennent de plus en plus chers, et ce en grande partie dû aux coupes dans les listes de médicaments disponibles sur prescription (remboursables), laissant ceux qui ont besoin des médicaments les plus chers les payer eux-mêmes. Stop aux privatisations, stop aux attaques sur les droits démocratiques !

Les socialistes disent que les privatisations doivent être stoppées et que les soins de santé, le logement et le transport doivent retourner sous possession et contrôle du public, avec de propres resources et subventions payees par les énormes augmentation de profit que l’ Etat fait avec la vente de pétrole et de gaz. Les plans de réformes du système des pensions par le gouvernement devraient être retirés et les pensionnés devraient recevoir une pension décente.

La persecution d’ activistes par l’ Etat doit cesser et tous les prisonniers politiques doivent être libérés immédiatement. Récemment un groupe d’ activiste du Parti National Bolchévik (un parti d’extrême droite qui utilise des symboles de gauche pour attirer les jeunes) ont été condamnés à 5 ans de prison pour avoir occupé les bureaux du Ministère de l’ Education. Bien que n’ayant aucune sympathie pour les vues et positions de ce parti, ces condamnations extremes doivent être vues comme un avertissement à tous les opposants du régime de Poutine. Une fois de plus des activistes du Sotsialisticheskoe Soprotivleniye (CIO en Russie) sont sous attaque.

Nous supportons aussi complètement les revendications de beaucoup de manifestations qui appellaient le gouvernement de Poutine à quitter le pouvoir. Mais cela pose alors aussi la question de qui va les remplacer. Clairement, meme le Parti communiste, qui a une certaine base electorale chez les pensionnés, est néanmoins incapable de résoudre aucun des problèmes que les pensionnés et les travailleurs sont en train de subir. La période à venir va certainement amener son lot de manifestations, vu que la population a vu qu’il était possible de vaincre le gouvernement, et ce vu que les attaques sur nos niveaux de vies et sur nos droits démocratiques vont continuer. Les activistes dans ce mouvement doivent se lier aux étudiants engagés, aux soldats conscrits, travailleurs et aux minorités oppressées. Un tel mouvement pourrait créer les bases de la formation d’une réelle alternative à l’ actuel gouvernement et pourrait commencer à construire un parti des travailleurs massif, capable de combattre jusqu’à la fin cet immonde système capitaliste qui permet aux Abramovichs et Khordokovskiis (oligarches) d’ amasser des milliards, pendant que des millions de pensionnés sont laissés sans les moyens basiques nécessaire pour avoir une vie tolérable.

Partager : Imprimer :