La révolution espagnole 1931-1939: Avant-propos

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il importe d’amener une clarification concernant ce qui pourrait aisément passer pour un malentendu ou une incompréhension de la part de l’auteur. D’emblée, certains se demanderont effectivement pourquoi nous parlons de “révolution” espagnole. Il est vrai que lorsque nous parcourons les manuels d’histoire officiels, ces événements sont le plus souvent évoqués sous le terme de “guerre d’Espagne” ou de “guerre civile espagnole”. Il ne s’agit pourtant pas d’une simple querelle de termes; loin de nous l’idée de vouloir jouer avec les mots. Simplement, l’utilisation répétée de ces deux expressions fait partie d’une déformation consciente de l’idéologie dominante visant à éluder tout le caractère de classe de ce conflit. Marx affirmait que “L’idéologie dominante dans une société donnée n’est rien d’autre que l’idéologie de la classe dominante”. Dans le cadre de l’étude de la révolution espagnole, nous ne pouvons que réaffirmer cette vérité : l’histoire officielle n’est rien d’autre que l’histoire vue à travers les yeux de la bourgeoisie. Celle-ci n’a donc aucun intérêt à mettre en lumière le rôle -peu glorieux- qu’elle a joué dans de tels événements. Quant à nous, nous préférons utiliser le mot “révolution”. Ce mot a le mérite d’éviter toute ambiguïté et de mieux cerner ces événements dans leurs justes proportions.

“Des hommes et des femmes ont lutté pour une espérance: une société où la terre et les moyens de production seraient un bien commun, un monde où les classes sociales seraient abolies. Au cours de rares moments et en quelques lieux, cet espoir est devenu réalité.” Ken Loach, cinéaste anglais.

“Il faut dire au peuple et au monde entier: le peuple espagnol n’est pas en état d’accomplir la révolution prolétarienne. La situation intérieure et surtout internationale n’y est pas favorable.” Joseph Staline, torpilleur de la révolution mondiale.

Bien entendu, il ne s’agit en aucun cas de nier le caractère de guerre civile que prit la lutte en Espagne au lendemain du -mal nommé, lui aussi- “putsch des généraux” (mal nommé, dans le sens où ce n’était pas une poignée de généraux, mais bien la classe dirigeante dans son ensemble qui lançait ses forces armées à l’assaut des organisations de la classe ouvrière). Il s’agit simplement de comprendre cette guerre civile comme partie intégrante d’un processus révolutionnaire amorcé par les travailleurs. Car comme le disait très justement Luis Araquistain, député du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, en août 1936, “Quelques-uns disent : écrasons le fascisme d’abord, finissons victorieusement la guerre et il sera temps alors de parler de révolution et de la rendre nécessaire. Ceux qui expriment cette idée n’ont, de toute évidence, pas réfléchi au formidable processus dialectique qui nous entraîne. La guerre et la révolution sont la même chose. La guerre a besoin de la révolution pour vaincre, comme la révolution a eu besoin de la guerre pour éclater.” (1)

Léon Trotsky n’avait pas peur de dire que l’héroïsme des travailleurs espagnols était tel qu’il eût été possible d’avoir dix révolutions victorieuses dans la période comprise entre 1931 et 1937. Si certains ne manqueront pas de voir dans cette affirmation une certaine exagération, l’idée essentielle n’en reste pas moins vraie : jamais l’histoire n’avait fourni d’exemple plus frappant de la détermination des masses opprimées à se débarrasser de leurs chaînes. Pour exemple, on a dénombré pas moins de 113 grèves générales et 228 grèves partielles en Espagne rien qu’entre février et juillet 1936. (2) Durant la même période, toute ville ou province d’une certaine importance connut au moins une grève générale. De plus, la lutte des travailleurs espagnols n’a pas manqué de provoquer un grand courant de solidarité dans le prolétariat du monde entier, illustré notamment par les nombreux étrangers qui ont choisi de se rendre en Espagne pour lutter aux côtés de leurs camarades. Cet élan de solidarité sera endigué dans bien des cas par les dirigeants ouvriers eux-mêmes, comme ce fut le cas en France où le gouvernement du “socialiste“ Léon Blum – ce même Léon Blum qui affirmait avec tant de vigueur que son coeur “saignait pour l’Espagne”- s’efforcera de cacher aux travailleurs français le caractère social de la lutte qui se menait de l’autre côté des Pyrénées, et sera l’initiateur du fameux “pacte de non-intervention“, utilisé comme justification au refus de livrer des armes aux travailleurs espagnols et au blocage des frontières pour empêcher tout soutien humain ou logistique à la révolution.

Par le manque d’une direction révolutionnaire à même d’amener le mouvement à ses conclusions logiques, et par les erreurs répétées des dirigeants du POUM comme de la CNT, la grande tromperie du “Frente Popular“ savamment orchestrée par les staliniens et les réformistes n’aura d’autre effet que de débroussailler le chemin menant tout droit au fascisme. Tout comme en France, le Front Populaire en Espagne s’efforcera de faire accepter à la classe ouvrière l’union sacrée avec sa propre bourgeoisie (ou plutôt avec “l’ombre de la bourgeoisie”, pour reprendre l’expression de Trotsky, voulant souligner qu’à ce moment l’essentiel des classes dominantes s’était déjà rangé derrière Franco et ses sbires).

“Notre but reste le pouvoir des soviets, mais ce n’est pas pour ce soir ni pour demain matin…Alors il faut savoir terminer une grève dès que satisfaction est obtenue” avait déclaré Maurice Thorez, secrétaire général du Parti Communiste Français, à propos de la grandiose grève de masse qui traversa la France en mai-juin 1936, montrant par là mieux que personne la volonté affichée de la part des staliniens d’aboutir à un compromis capitulard avec le régime bourgeois sur le dos des travailleurs français. Dans la même logique, en Espagne, les staliniens nous démontreront, avec un souci scrupuleux du détail, comment terminer…une révolution.

Une organisation marxiste révolutionnaire comme le Comité pour une Internationale Ouvrière (=l’Internationale à laquelle le Mouvement pour une Alternative Socialiste est affilié), qui se veut un instrument destiné à organiser la lutte pour l’instauration d’une société socialiste mondiale, se doit de pourvoir au rôle de ”mémoire collective” : perpétuer, de génération en génération, les meilleures traditions et expériences que le mouvement ouvrier a emmagasinées pendant des décennies. Car l’intérêt de l’étude de la lutte des classes dépasse le cadre historique abstrait ; bien entendu, l’histoire ne se répète pas exactement dans les mêmes termes, et le monde a changé énormément depuis 70 ans. Si des luttes d’une ampleur massive, remettant drastiquement en question les fondements mêmes du régime capitaliste, telles que l’a été la révolution espagnole de 1936, ne sonnent pas encore à nos portes en Europe aujourd’hui, il serait cependant erroné d’en conclure pour autant que ce type de luttes appartiennent définitivement au passé. Le vent qui souffle actuellement en Amérique Latine est un indicateur du vent qui soufflera demain sur notre continent. Nous sommes convaincus que les contradictions objectives du capitalisme, loin d’avoir disparues, vont aboutir à de nouvelles explosions de la lutte des classes, d’une ampleur similaire au mouvement révolutionnaire espagnol de 1936, et vont remettre les idées du socialisme à l’ordre du jour à une large échelle. C’est pourquoi étudier la révolution espagnole n’est pas un simple exercice de gymnastique intellectuelle, mais met au contraire en évidence des leçons absolument vitales pour la lutte au temps présent. Assimiler les enseignements des luttes passées est un chemin obligé afin de s’armer pour les batailles de demain.

Si l’histoire ne se répète pas, le passé d’un pays conditionne lourdement son présent et son avenir. Le jeudi 12 janvier 2006, le journal bourgeois ”La Libre Belgique” publiait un article titré ”Les démons du franquisme toujours présents en Espagne”. Dans cet article, Emilio Silva, auteur d’un livre intitulé ”Les fosses du franquisme”, explique : ”Pendant 40 ans, tout le système éducatif a été mis en place pour contraindre à l’oubli.” Mais Silva sous-entend clairement le fait que ce travail de ”sape historique” se poursuit après la fin du régime de Franco en affirmant : ”Mon fils a quinze ans ; c’est la première fois, depuis qu’il va à l’école, qu’il aborde la question de la guerre civile. Il y a quatre pages à ce sujet dans son livre d’histoire. Deux pages pour des chansons, les deux autres pour des photos et des cartes (…) ”. Mais plus que d’un simple travail de sape, c’est d’une véritable complaisance dont bénéficient les vestiges et les idéaux du régime franquiste dans l’Espagne d’aujourd’hui. Silva poursuit : ”Dans les villages où nous faisons les exhumations des cadavres des ‘vaincus’ de la guerre civile, peu de choses ont changé. Les vainqueurs, et donc souvent les assassins, qui occupaient des fonctions sociales importantes, continuent de les occuper (…) Le gouvernement Zapatero pourrait changer des choses, mais il fait aussi preuve d’une certaine timidité en raison d’une peur de l’extrême-droite (…) Il pourrait aussi faire aboutir une revendication essentielle : la disparition des rues et des monuments au nom de Franco. Il y en a encore des centaines…”. Plus loin, illustrant l’étroite connivence, voire la sympathie délibérée, des hautes instances de l’Eglise catholique espagnole avec le franquisme : ”A l’entrée de toutes les églises en Espagne, existe toujours cette fameuse plaque avec les noms de ceux qui sont ‘morts pour Dieu et pour la patrie’, les morts du côté franquiste. Notre association demande régulièrement de retirer ces plaques ou de les remplacer par d’autres recensant tous les morts de la guerre civile. L’Eglise refuse et répond : ‘Non, non, ça ce sont nos morts’.”

Il est indéniable que le passé franquiste de l’Espagne a laissé de lourdes traces derrière lui. En témoigne par exemple cette phrase tranchante prononcée par Paco Urbano, conseiller municipal à Santaella : ”Ici, la démocratie ne sera effective que lorsque nous pourrons parler sereinement de ce régime assassin et fasciste qui a continué les exactions après la guerre civile.” (3) Autre exemple : début janvier 2006, un général espagnol entré dans l’armée au moment de la dictature franquiste avait été relevé de ses fonctions pour avoir exprimé publiquement ses velléités putschistes dans le cas où un statut d’autonomie élargie serait reconnu à la Catalogne. Une cinquantaine d’officiers à la retraite s’étaient alors empressés de lui apporter leur soutien, assurant que les propos ainsi que les sympathies politiques du général Mena (c’est son nom) devaient être interprétés, je cite, comme ”le reflet fidèle de l’opinion, de l’inquiétude et du sentiment partagés par nombre d’officiers (…)” (4)

Il ne fait aucun doute que de tels faits, touchant à l’actualité politique de l’Espagne contemporaine, pourront être mieux cernés à travers l’étude de l’histoire de ce pays ; plus encore, nous dirions même que c’est seulement à travers l’étude de l’histoire de l’Espagne sous l’angle de la lutte des classes et du marxisme révolutionnaire que ces faits actuels prennent tout leur sens. Dans cette histoire de l’Espagne, il est évident que l’explosion révolutionnaire des années ’30, à laquelle cette brochure est consacrée, occupe une place privilégiée.

La révolution espagnole est une expérience historique extrêmement riche en leçons, dans le sens où elle fut un véritable terrain d’essai pour toutes les formations politiques, une sorte de laboratoire grandeur nature qui permit de tester la validité pratique des programmes, des idées, des organisations, sous le feu d’un combat qui fit à lui seul quelques 700.000 morts. La révolution espagnole est tout en même temps une confirmation éclatante de la théorie de la révolution permanente développée par Trotsky -les ouvriers espagnols ne s’étant pas seulement contentés d’objectifs démocratiques, mais ayant poussé le processus révolutionnaire jusqu’aux tâches socialistes- ; d’un témoignage accablant (un de plus…et probablement le plus éloquent) de la faillite des méthodes anarchistes dans la lutte du mouvement ouvrier -de par le refus principiel des ”libertaires” de prendre le pouvoir- ; d’un exemple parmi tant d’autres du rôle de ”fossoyeur de la révolution” qu’a joué le stalinisme dans la lutte des classes -via non seulement une campagne d’intoxication de l’opinion ouvrière mondiale mais aussi et surtout via le déploiement de moyens physiques considérables pour arrêter la vague révolutionnaire- ; d’événements à la lumière desquels il y a lieu de tirer des enseignements cruciaux pour tous ceux qui mènent le combat contre l’extrême-droite -la révolution espagnole ayant indubitablement offert la possibilité d’ébranler les fondements des régimes fascistes, en ”déplaçant le méridien de la révolution de Moscou à Madrid”, pour reprendre l’expression d’un membre du POUM catalan, Joan Farré. (5) Ce point n’est pas sans importance : il est évident en effet qu’une débouchée victorieuse de la révolution espagnole – accompagnée de la vague de grèves générales qui déferlaient sur la France et la Belgique au même moment- aurait provoqué un écho puissant pour la classe ouvrière d’Italie et d’Allemagne, aurait ainsi pu barrer la route à Hitler et, par là même, renverser le cours de l’histoire, rien de moins. Certes, le visage de l’extrême-droite contemporaine est sensiblement différent de celui qu’elle présentait dans les années ’30. Mais la leçon essentielle à tirer de cette dernière conserve toute sa validité et doit rester gravée dans les mémoires : le fascisme n’est rien d’autre qu’un produit de la putréfaction du capitalisme. En conséquence, vouloir s’attaquer au fascisme sans s’en prendre aux fondements même du régime capitaliste, c’est comme couper une mauvaise herbe sans en enlever la racine : elle finira toujours par repousser. Enfin, la révolution espagnole est une illustration saisissante du rôle perfide joué par le Front Populaire en tant que ”cheval de troie” de la bourgeoisie et de la réaction, fasciste en l’occurence. En 2004 est paru un roman intitulé ”Les cahiers de Justo García”, dont le contenu est basé sur la découverte des écrits d’un militant de l’UGT (syndicat socialiste) pendant la guerre civile. García évoque cette dernière idée d’une manière on ne peut plus claire : ”Beaucoup de gens du peuple ont pris notre parti, mais les autorités ont pris celui des fascistes”. (6)

Si l’assaisonnement de la sauce Front Populaire diffère quelque peu des années ’30, celle-ci nous est et nous sera encore resservie, avec le même goût amer qu’on lui connaît, et, potentiellement, des conséquences tout aussi dramatiques. Lorsqu’un groupe qui se prétend trotskiste comme le ”Vonk” prétend démontrer, à travers les résultats des dernières élections communales en Belgique, que le SP.a reste le meilleur outil pour les travailleurs et les progressistes afin de combattre l’extrême-droite, qu’est-ce d’autre, sinon une prolongation de la théorie du Front Populaire ? Lorsque le Parti Communiste Chilien appelait, lors des dernières élections présidentielles, à voter pour la candidate de la sociale-démocratie Michèle Bachelet afin de contrer le candidat de la droite Sebastian Piñera ; ou lorsque le PRC italien se rallie à Romano Prodi pour combattre la coalition de droite emmenée par Berlusconi, ne sont-ce pas là encore des exemples de l’application actuelle des méthodes du Front Populaire ? Lorsque le Parti Communiste Népalais troque le désarmement de ses milices contre cinq postes au gouvernement, qu’est-ce d’autre qu’une nouvelle illustration de l’actualité du Front Populaire ?

Le mouvement révolutionnaire du prolétariat espagnol regorge d’enseignements cruciaux. Ce mouvement est survenu dans une période où la situation politique internationale évoluait de plus en plus rapidement vers une nouvelle guerre impérialiste. Si cette issue n’était pas irréversible, il est pourtant clair que l’ombre gigantesque de ce conflit a largement occulté le déroulement et la signification du jeu politique mené en Espagne. Cette brochure a pour but premier de faire davantage connaître ce tragique événement qui, noyé sous le poids de la seconde boucherie mondiale, n’est finalement que très peu connu du grand public. J’espère que le texte qui suit pourra, en partie du moins, répondre à cette exigence et redonner à la révolution espagnole la place qu’elle mérite dans l’histoire de la lutte que le mouvement ouvrier a mené, et mène toujours, pour son émancipation.

Cédric Gérôme, décembre 2006.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, trois remarques méritent encore d’être faites :

  1. Ceux qui pensent trouver ici une analyse plus ou moins ”neutre” de la guerre d’Espagne seront fort déçus. A ceux-là, je conseille directement de refermer cette brochure et d’aller -vainement- chercher ailleurs. Car comme l’a confirmé tout le déroulement du conflit espagnol, la neutralité, dans une société de classe, n’existe pas et ne peut exister.
  2. Cette analyse de la révolution espagnole n’a pas pour but d’être exhaustive. Dans l’écriture de ce texte, la volonté de dégager les grandes conclusions politiques a prévalu sur l’idée d’aborder en détail toutes les facettes du conflit. Il est dès lors évident qu’une brochure traitant d’un sujet aussi vaste que la révolution espagnole passe au-dessus de certains événements ou aspects du conflit, ou ne fait que les effleurer (ex : la question du Maroc espagnol, le rôle des femmes dans la révolution, les journées de mai 1937 à Barcelone, le rôle des Brigades Internationales,…). C’est pourquoi, à la fin de cette brochure, vous trouverez une liste de livres et brochures auxquelles je renvoie qui permettront, pour ceux qui le souhaitent, d’approfondir le sujet par des lectures complémentaires.
  3. Le lecteur constatera vite que le texte qui suit est parcouru de nombreuses citations d’historiens, de militants, de politiciens, d’acteurs du conflit. Certains estimeront peut-être que cela contribue à alourdir le texte. Je pense au contraire que le fait d’incorporer ces citations de personnes qui, de près ou de loin, ont joué un rôle dans ces événements et/ou dans le riche débat idéologique qu’ils ont suscité, permet d’appréhender la réalité de la révolution espagnole dans un cadre plus vivant.

  1. “La guerre d’Espagne“, de Hugh Thomas
  2. “The Spanish Revolution 1931-1937“, de Peter Taaffe et Ted Grant, p.37
  3. “Le Monde diplomatique“ – décembre 2006, “Des romans contre l’oubli de la guerre d’Espagne“, p.22-23
  4. “La Libre Belgique” – 12/01/2006
  5. “Trotsky“, de Pierre Broué, chap.57 “L’anti-modèle d’Espagne“, p.894
  6. “Le Monde diplomatique“ – décembre 2006
Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai