ACTION le 14/10 contre les fonds privés à l’ULB !

NON à la marchandisation de l’enseignement !

Face aux manques de moyens dans l’enseignement, le Recteur de l’ULB, Vincke, propose de faire appel au privé. Ainsi, il vient de mettre sur pied une « fondation d’utilité publique » dont le rôle sera de trouver des fonds privés pour financer l’ULB. Ceci ne se fera bien sûr pas sans contrepartie: les diplômes devront répondre aux besoins et exigences des entreprises.

Tract d’EGA

Il y a un an déjà, le gouvernement a donné des milliards pour sauver les banques. Par contre, jamais il n’a bougé le petit doigt pour la santé, l’enseignement, les services publics ou encore pour sauver les emplois. Mais même avec cela, ce gouvernement de centre « gauche » ose encore s’attaquer à l’enseignement secondaire et supérieur. Les 30 millions d’€ obtenus en 2004 par la lutte des hautes écoles pour le refinancement de l’enseignement supérieur devaient être distribués sur 8 ans ; ils seront distribués sur 15 ans, ce qui revient à réduire le refinancement de moitié.

Cet appel aux fonds privés s’inscrit dans la droite ligne du processus de Bologne qui vise à créer des universités d’élite pour le marché, comme aux Etats-Unis. Ainsi, les cours seraient vus en terme de rentabilité et les facultés inintéressantes pour les entreprises, comme Philo&Lettres, se verraient sous financées. Seules les facultés qui rapportent aux entreprises seraient prise en considération. Le nouveau bâtiment Solvay, par exemple, est déjà financé à 50% par le mécénat et l’administration prévoit déjà de construire un nouveau projet de prestige : une Maison européenne de la Recherche (4 millions d’euro). Le Recteur a affirmé : « On ne se rend pas compte de la fortune de certaines personnes dans le monde, qui seraient intéressées d’associer leur nom à notre recherche ». Mais veut-on associer nos recherches et notre unif à des noms d’entreprises et de multinationales qui gaspillent nos richesses, licencient les travailleurs, détruisent la planète et sèment la misère dans les pays du monde néo-colonial. Veut-on devenir leurs sous-traitants pour leurs recherches et leurs formations ?

Contre cela, nous revendiquons un refinancement public de l’enseignement à hauteur de 7% du PIB comme il était dans les années ’80. Nous organisons également une action de protestation contre la marchandisation de l’université, qui ne remet pas en cause le problème du financement public qui se réduit comme une peau de chagrin. Cette action est aussi une action de solidarité avec la lutte des profs et du personnel de l’enseignement secondaire qui, eux aussi, subissent de sévères diminutions de conditions de travail.

  • NON aux fonds privés !
  • STOP à la marchandisation de l’enseignement ! Pas d’ingérence du secteur privé sur la recherche !
  • POUR un refinancement public et massif de l’enseignement à tous les niveaux, à hauteur de 7% du PIB minimum!
  • POUR un enseignement gratuit, de qualité et accessible à tous et toutes !

Action à l’ULB au campus du Solbosch le mercredi 14 octobre à 12h30 ! RDV devant les marches du foyer.


Tract en commun

Cette action a été organisée par EGA, ATTAC-ULB et les Etudiants-Socialistes. Voici ci-dessous le tract en commun.

Partager : Imprimer :