Terminus pour Opel-Anvers ou le début d’une lutte commune?

Ce mercredi 23 septembre, quelques milliers de travailleurs d’Opel et de sympathisants de leur cause se sont rassemblés sur le parking de l’entreprise à Anvers. Il s’agissait de la première action de protestation massive depuis l’annonce de la reprise très probable d’Opel par Magna, et il est clair que Magna ne voit pas d’avenir pour Opel à Anvers.

Par Micha (Anvers)

L’action s’est déroulée entre 13h et 15h et a pu compté sur une bonne présence de travailleurs allemands des sites d’Opel à Bochum et Kaiserslautern. L’ambiance parmi les travailleurs anversois n’était pas des meilleures. Ils avaient dû prendre leur pause ou perdre de leur salaire pour participer à cette action. La direction syndicale n’avait apparemment pas réfléchi à ce sujet.

De l’estrade, les participants ont pu entendre 8 discours de "solidarité" et de "remerciement" envers ceux qui étaient venus protester. Par contre, il n’a pas été question du type de solidarité nécessaire. Tous les espoirs reposent sur un lobby politique pour que la production de la SUV revienne à Anvers pour éviter la fermeture.

Différents orateurs ont remercié le Gouvernement flamand – un orateur a même remercié le gouvernement fédéral. Des appels ont été lancés pour être "solidaires" dans la répartition des "charges" (lisez: licenciements) entre les différentes implantations. La solidarité n’a de cette façon rien à voir avec la lutte, mais uniquement avec l’organisation d’une opération alternative d’assainissement. Heureusement, le dernier orateur, un ouvrier de Bochum, a dit que les travailleurs d’Opel en avaient déjà assez fait.

Cette réunion n’a pas été le lieu de discussions pour mettre en avant des alternatives ou un plan de lutte. Alors que la colère et la volonté de passer à l’action sont présentes parmi les travailleurs, on organise la démoralisation. Le PSL/LSP veut proposer une alternative combative sur base d’une implication active de la base et de la revendication de la nationalisation pour sauver les emplois et pour réfléchir à une production alternative. Le PSL/LSP était présent avec une quinzaine de militants, qui ont distribué notre tract local anversois "la vapeur rouge" ainsi qu’une déclaration de solidarité de notre camarade irlandais, le député européen Joe Higgins.

> Un avenir est possible pour Opel-Anvers!

Partager : Imprimer :