La direction de Tecteo n’aime vraiment pas le tract du PSL ! (suite et certainement pas encore fin)

Ce lundi matin, une équipe de membres du PSL était présente devant le bâtiment de Tecteo-Voo à Ans à l’occasion de l’assemblée générale des affiliés de la CGSP. Le journal a été aussi bien accueilli que lors des ventes précédentes à l’entreprise puisque nous avons encore vendu 28 journaux et diffusé des dizaines de tracts aux travailleurs qui ne l’avaient pas encore reçu. Mais si notre présence a été fort bien accueillie par les travailleurs, on ne peut pas dire qu’elle a ravi la direction de Tecteo…

Par Jean Peltier

A la fin de la diffusion, nous avons eu la surprise de voir débarquer trois véhicules de police mobilisant pas moins de 11 policiers (en uniforme et en civil) qui nous ont imposé un contrôle d’identité au prétexte que la diffusion de tracts et de journaux était interdite sur la voie publique. Le rappel du droit à la liberté d’expression inscrit dans la Constitution n’a pas fait fléchir les fiers représentants de l’ordre. La loi de Papa (Ans est le fief de Daerden) aurait-elle pris le pas dans la commune sur la loi du Royaume?

Ce débarquement en force et en uniforme soulève quand même quelques questions. Si la police ansoise (forte d’une centaine de policiers) est capable de mobiliser 11 policiers pour cinq distributeurs de tracts, combien en mobilise-t-elle pour un constat de vol à la librairie du coin? 40? 50? 60? Et pour un gros braquage?

A moins qu’à Ans, la distribution de tracts soit assimilée à une pratique terroriste et qu’un paquet de tracts représente un tel danger pour la sécurité publique qu’il faille organiser un tel déploiement de forces ?

Ou bien y aurait-il, par le plus grand des hasards, un lien entre Mr. Stéphane Moreau, directeur de la société Tecteo, et Mr. Stéphane Moreau, bourgmestre d’Ans? Et, encore plus étonnant, Mr. Stéphane Moreau, bourgmestre d’Ans, aurait-il pu suggérer au chef de police de la zone d’Ans d’organiser dans l’urgence une charge de la brigade légère pour expulser les trublions qui stationnaient devant l’entreprise de Mr. Stéphane Moreau, directeur de Tecteo?

Quoiqu’il en soit, on peut comprendre que Mr. Stéphane Moreau, directeur de Tecteo et bourgmestre d’Ans, devienne un peu nerveux ces jours-ci. C’est que le plan d’économie que la direction de Tecteo veut imposer à son personnel (passage de 36 h à 38 h payées 38, rabotage ou suppression de primes, détricotage du statut d’agent de service public,…) commence à faire des vagues.

Les conférences de presse de la CGSP lundi et de la CSC mardi ont eu un large écho dans la presse régionale, de même que les premières actions publiques organisées par les syndicats. Mardi, la CSC organisait une distribution de tracts à l’occasion du passage du Tour d’Espagne à Liège. Samedi, la CGSP s’invitait à l’inauguration des Fêtes de Wallonie à Seraing. Une trentaine de travailleurs de Tecteo et de sympathisants (dont des membres du PSL) ont distribué des tracts aux participants. Ils ont aussi réagi quand le député provincial André Gilles, par ailleurs président de Tecteo, qui prononçait le discours d’ouverture, a célébré ceux (Moreau et lui en tête) qui «avaient choisi l’audace et non la facilité» afin de «défendre le secteur public»… Une déclaration qui a suscité la colère de ceux qui vivent au quotidien le glissement d’une intercommunale publique vers les méthodes – et peut-être demain les structures et le statut – du secteur privé. Et, au moment où André Gilles terminait enfin son – très long – discours, tout le groupe de manifestants lui a tourné le dos et c’est une bordée de huées et de coups de sifflets qu’ils ont lâchée à la place d’applaudissements. Effet garanti  devant une tribune de pontes du PS !

On comprend donc que Mr. Moreau et ses acolytes deviennent un peu nerveux. Mais cela n’empêchera ni les travailleurs de Tecteo ni les militants du PSL de continuer à lutter contre le plan d’économies, la casse du service public et l’arrogance de dirigeants qui osent encore se dire «socialistes» alors qu’ils se comportent en patrons de choc comme les autres.


Plus d’infos:

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai