Protestations contre la pollution en Chine

Des centaines de villageois de Shaanxi ont forcé l’entrée de l’usine qui a empoisonné plus de 600 enfants

Ce lundi 17 août, des protestataires ont pénétré par effraction dans une usine de fonte responsable de centaines d’empoisonnements d’enfants. Selon l’agence de presse d’Etat Xinhua, des camions ont été détruits et les barrières renversées tandis qu’environ 100 policiers étaient envoyés sur place et que le maire de la ville voisine de Baoji a lancé un appel au calme. Dongling Lead and Zinc melting Co, au nord-ouest de la province de Shaanxi, est dénoncée comme source de taux élevés et dangereux de pollution atmosphérique, même par les fonctionnaire officiels. Cette pollution a été désastreuse pour la santé des enfants de la communauté. Le scandale de l’empoisonnement a éclaté la semaine dernière après que des parents inquiets aient emmenés leurs enfants pour effectuer des tests médicaux.

chinaworker.info

Toutes les familles affectées vivent près du parc industriel de Changqing, dans la province de Shaanxi. En 2006, les fonctionnaires avaient promis d’aider les villageois vivant tout près à être replacés ailleurs, mais le plan est depuis lors resté au point mort. Les évènements de ce lundi ont survenu après que des recherches aient démontré qu’au moins 615 des 731 enfants qui vivent dans deux villages près de l’usine de fonte ont un niveau de produits toxiques excessif dans leur sang. Jusqu’ici, 166 enfants ont été admis à l’hôpital, le gouvernement local aillant accepté de couvrir les dépenses médicales. Mais pour les parents et les militants des environs, ce n’est pas assez. Le gouvernement n’a payé que les recherches sur les enfants de moins de 14 ans et aucune recherche n’a été effectuée pour vérifier si les adultes étaient eux aussi touchés. Les villageois se plaignent également du fait que les nouvelles maisons mises en vente ne sont pas assez éloignées de l’usine pour empêcher leurs enfants de connaître la même pollution. Les protestations de ce lundi ont été déclenchées par l’annonce d’une tentative de suicide d’un étudiant de 19 ans contaminé, selon l’agence Xinhua.

Cette manifestation est la deuxième de ce type à faire la une des journaux en peu de temps. Les militants de la ville de Liuyang, dans la province de Hunan, ont eux aussi manifesté en exigeant des compensations suite à des fuites non traitée d’une usine de zinc qui ont tué au moins cinq personnes. Ces mouvements de protestations sont symptomatiques de l’augmentation de l’inquiétude et de l’activisme vis-à-vis de l’environnement, ce qui reflète la terrible situation qui existe particulièrement dans les régions rurales où les «villages de cancer», selon l’expression notoire, ont pris naissance en conséquence de la pollution industrielle massive et non contrôlée.

Le taux de plomb dans le sang des enfants qui vivent à proximité de l’usine de Dongling est passé de 100 milligrammes à plus de 500 milligrammes par litre, alors que plus de 200 milligrammes est déjà un niveau considéré comme dangereux. Les enfants sont plus vulnérables que des adultes à l’empoisonnement par plomb qui touche le système nerveux. Les rapports font état de niveaux de plomb normaux dans l’eau, le sol et les déchets de l’usine, tandis que la teneur en plomb dans l’air était plus de six fois supérieure au niveau trouvé quelques centaines de mètres plus loin. La fonderie est maintenant fermée.


Faits sur la pollution en Chine:

  • Selon un rapport D’Oriental Outlook Weekly, 10 millions d’hectares de terres cultivables, soit 10 pour cent de toutes les terres arables du pays, ont été polluées par les eaux usées, les déchets toxiques et d’autres polluants.
  • Approximativement 300 millions de personnes n’ont aucun accès à l’eau potable en Chine. En outre, plus de 700 millions de Chinois boivent de l’eau croupie sous les normes de l’OMS
  • Seul 1% de la population citadine du pays respire de l’air considéré comme sûr par les normes de l’Union européenne. Les maladies liées à la pollution atmosphérique sont la principale cause de décès en Chine
  • Environ 70 pour cent des ordinateurs jetés et du matériel électronique du monde finissent en Chine, où les pièces utilisables sont récupérées tandis que le reste est abandonné en polluant le sol et les eaux souterraines de métaux toxiques.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai