Prise de parole de Cédric Gérôme (PSL)

Prise de parole de Cédric Gérôme (PSL)

Ce samedi 25 juillet, un nouveau rassemblement a eu lieu devant l’ambassade iranienne à Bruxelles à l’appel du Comité de solidarité avec la lutte du peuple en Iran. Environ 80 personnes étaient présentes, dont une douzaine de camarades du PSL. Cédric Gérôme a pu prendre la parole au côté d’orateurs iraniens du Comité.

"Je voudrais d’abord exprimer, au nom du PSL ainsi que de son organisation internationale, le CIO, notre pleine solidarité avec la lutte des masses iraniennes contre la dictature islamiste. Indépendamment de ce que seront les développements en Iran dans un proche avenir, il est clair que la crise récente représente un tournant historique et ouvre un nouveau chapitre pour les luttes dans ce pays, les masses ayant montré qu’elles ont perdu leur crainte dans le régime et qu’elles veulent prendre leur destin en mains. Les divisions croissantes auxquelles on assiste au sein de l’élite iranienne sont une illustration ouverte du fait que le régime a été sérieusement affaibli par la mobilisation héroïque et massive de la population, en particulier de la jeunesse."

"Il semble pour l’instant que la répression sauvage déployée par le régime ait forcé temporairement le mouvement à reculer. Mais lorsqu’on regarde par exemple le discours récent fait par Rafsandjani lors de la prière du vendredi, affirmant que "la confiance dans le système doit être rétablie parmi la population", et que “l’avis du peuple doit être pris en compte, sinon c’est la république islamique qui court à sa perte”, il s’agit d’une indication claire que l’establishement iranien dans son ensemble craint que de nouvelles explosions de luttes reviennent à l’ordre du jour."

"La perspective d’une nouvelle vague de luttes, et particulièrement de l’entrée en scène de la classe ouvrière – laquelle pourrait être alimentée par les répercussions de la crise économique mondiale – est une menace terrifiante pour l’élite dirigeante, parce qu’elle pourrait sonner le glas du régime iranien et servir d’exemple et d’inspiration pour les masses ouvrières d’autres pays de la région. Nous pensons que ni Moussavi ni aucun des leaders de l’aile "réformatrice" du régime n’ait de solution ou de programme à offrir à l’impasse actuelle. Moussavi est juste une sorte de "leader accidentel" qui n’a aucune intention de développer le mouvement de protestation, mais essaie au contraire de tout faire pour le contenir dans les limites du système en place."

"Nous ne pouvons pas voir le mouvement présent en Iran seulement d’un point de vue religieux ou en termes de libertés politiques; il y a en effet en Iran une large colère contre le chômage endémique, l’augmentation de la pauvreté, les bas salaires, la crise du logement, etc. C’est pourquoi nous pensons que le combat pour l’obtention de droits démocratiques et politiques doit être lié à la lutte pour une véritable libération économique et sociale. En définitive, seule une économie démocratiquement planifiée pourrait offrir une éducation convenable, des emplois et des salaires décents, une vie digne et des libertés civiques et politiques pour tous."

"Mais cela ne peut être realisé que si les masses laborieuses construisent leurs propres organisations indépendantes, lesquelles doivent être préparées à défier le système capitaliste. Lors des mobilisations récentes, les étudiants et la jeunesse ont clairement montré leur courage et leur volonté de se battre. Mais la classe ouvrière doit être au premier rang des batailles futures s’ils veulent obtenir des victoires. Un appel pour une grève générale, combinée à la formation, partout où c’est possible, de comités de lutte démocratiques, qui cherchent l’appui des étudiants et parmi les couches pauvres de la ville comme des campagnes, pourrait constituer, dans la situation présente, un pas décisif afin de concrétiser cette idée et préparer une confrontation révolutionnaire majeure avec ce régime pourri."

"Dans ce processus, les travailleurs auront la tâche urgente de se doter d’un parti à une échelle de masse, un parti capable de renouer avec les fortes traditions ouvrières iraniennes du passé et à orienter la colère contre le régime en place vers une transformation socialiste aussi bien de l’Iran que de la région toute entière."


  • Reportage photos du rassemblement (1)
  • Reportage photos du rassemblement (2)
Partager : Imprimer :