La recette de vacances réussies : un polar par semaine!

Avec l’été revient le temps des vacances et des longues heures à se prélasser sur son transat dans le jardin. Ou dans le fauteuil du salon. L’essentiel est que le soleil soit là et qu’on n’entende plus les cris des voisins. Voilà donc l’occasion de lire de manière un peu plus détendue que d’habitude. Non seulement les excellentes brochures du PSL présentées récemment sur ce site (voir Que lire pendant les vacances?), mais aussi des bouquins de détente.

Par Jean Peltier

C’est pour vous aider à passer quelques heures de détente de manière relaxante, intelligente… et politique que chaque lundi, nous vous présenterons ainsi un polar qui nous semble sortir de l’ordinaire. Car le polar, c’est bien autre chose que les recherches survoltées d’Experts américains sur les traces de serial killers improbables ou les enquêtes « vieux style » de tante Agatha où tout ce qui importe c’est de savoir comment le colonel Moutarde a pu être assassiné dans une chambre fermée de l’intérieur.

Le polar aujourd’hui, c’est aussi un coup de projecteur sur la société et ses contradictions, les magouilles des gens au pouvoir, la manière dont la décomposition de l’Etat-providence engendre la montée de l’individualisme et de la violence, les à-côtés des luttes d’influence entre grandes puissances aux quatre coins du monde,… Avec, quand même, souvent, une solide dose d’humour, noir ou pas.

Alors aujourd’hui on commence par

Soleil noir de Patrick Pécherot

Dans une ville sinistrée par la crise, quatre hommes préparent l’attaque d’un fourgon blindé. Il y a Simon, truand sur le retour qui a tout planifié. Brandon, le rappeur qui rêve d’en mettre plein la vue dans la cité. Zampo, l’artisan lessivé par le fisc, acculé à la ruine qui rumine sa vengeance. Et surtout Félix, chômeur à la cinquantaine qui courbe le dos sous sous le poids de tous les désespoirs accumulés.

Félix a hérité d’un oncle perdu de vue depuis longtemps une maison dans ce coin perdu. Le ravalage de la maison est la couverture que se donne le quatuor pour préparer son coup. Mais la poisse les poursuit. Les convoyeurs se mettent en grève, il faut attendre jour après jour que la situation se débloque et que les fourgons reprennent la route. Pour tuer le temps, Félix remonte le temps à la recherche de son oncle. Il va y croiser l’amour de jeunesse de celui-ci, une mystérieuse disparition et le sort tragique des immigrants polonais expulsés de France dans les années ’30.


Soleil noir, de Patrick Pécherot, Folio policier n°553, environ 7 EUR

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai