Y-a-t-il encore quelqu’un pour engager le débat idéologique ?

Durant 25 ans, le dogme du marché "libre" était intouchable. Proclamé meilleur système, le marché "libre" était soi-disant le plus favorable au développement de la prospérité. La critique selon laquelle cette prospérité n’était basée que sur des bulles de savon spéculatives était balayée d’un revers de la main. Il semblait pourtant aussi que le gouffre entre riches et pauvres s’approfondissait, tant au niveau mondial qu’en occident. Mais cette tache de beauté devait disparaître à l’aide de temps et de bonne gouvernance. En définitive, ce sont surtout des illusions qui sont nées de la prétendue force créatrice du marché "libre". Au cours des prochaines années, la force destructrice du marché "libre" et du capitalisme va pousser le niveau de vie de la majorité de la population sur une pente dangereuse.

Point de vue de Bart Vandersteene, porte-parole du PSL/LSP

Marché "libre" ou dictature du marché?

"Le marché libre est un grand mensonge. Cela n’existe pas. La confusion entre marché libre et liberté humaine est dangereuse. (…) Cette crise confirme que le monde se trouve sur sa tête, les pieds en haut et la tête vers le bas. Ce qui doit être sanctionné est récompensé, et vice versa. Spéculer est récompensé et travailler est puni. Nous voyons aujourd’hui la nature de ce système, basé sur la privatisation des bénéfices et la socialisation des pertes."Eduardo Galeano, Mo-magazine, 27 mai 2009.

Le marché "libre" est un grand mensonge, comme le confirme aujourd’hui le système lui-même. Le gouvernement intervient de plus en plus dans ce marché qui n’est pas libre du tout : 80% de la production mondiale et du commerce sont dans les mains de 200 à 300 multinationales. Nous vivons dans un capitalisme de monopoles où les géants de chaque secteur enregistrent des profits absolumment gigantesques et imposent une dictature aux consommateurs et aux employés. Une chose n’est produite que si ces géants peuvent en tirer bénéfice. Notre emploi, notre environnement et notre avenir dépendent donc de la mesure dans laquelle les capitalistes peuvent s’enrichir. Ils nous demandent un jour d’être meilleurs marché par rapport à nos voisins, et demandent à ces derniers le jour suivant d’être encore meilleurs marché. De cette manière, il n’y a qu’un seul gagnant, celui qui détient le sceptre de la dictature néolibérale et pour qui la maximalisation des profits constitue le centre même de l’économie. Au besoin, les capitalistes peuvent encore faire appel à leurs marionnettes politiques pour défendre leurs intérêts.

Paul De Grauwe, un professeur d’économie, a écrit dans les pages du quotidien flamand De Morgen le 16 mai : "La politique appliquée vis-à-vis de la KBC depuis le mois d’octobre, dès le début de la crise, a comme fil rouge la protection des actionnaires de la KBC. La raison est très simple. Les actionnaires de la KBC sont des familles flamandes politiquement très puissantes chez nous, et elles utilisent leurs réseaux politiques avant tout pour préserver leurs intérêts."

Avec cette formule, De Grauwe affirme indirectement que les partis traditionnels sont des marionnettes qui défendent les intérêts de l’élite économique du pays. La crise illustre plus clairement que jamais ce rôle joué par les politiciens traditionnels. C’est d’ailleurs peut-être également bien pour cette raison que la fraude fiscale n’a jamais été résolue dans ce pays et qu’il existe deux formes de justice. Tandis que l’approche de la justice est sévère pour les conflits sociaux et la petite criminalité, la criminalité en col blanc et la grosse fraude fiscale ne rencontre que l’impunité.

Un politique de bac à sable

Les partis traditionnels dépensent des dizaines de millions d’euros pour leurs imprimés électoraux avec des slogans creux ou de vagues promesses, bien peu souvent réalisées par ailleurs. Des agences de publicité sont engagées pour trouver de bons jeux de mots et créer une certaine image. Les idées et le programme sont devenus des accessoires, des gadgets. C’est normal, tous les partis traditionnels défendent la même politique néolibérale, à quelques très petites nuances près. Malgré la faillite éclatante du libéralisme et du marché "libre", tous les partis classiques restent accrochés à leur propre variante du libéralisme, du marché "libre", pour le défendre ouvertement, réclamer une légère correction – ou une correction verte – ou encore mettre en avant une adaptation raciste.

Le débat est bien plus présent dans la société, beaucoup plus que ce que l’on peut soupçonner en examinant simplement cette campagne électorale. Les discussions officielles autour de ces élections ne sont pas représentatives de ce qui vit aujourd’hui parmi la population. Les guéguèrres de partis et les noms d’oiseaux servent surtout à cacher le fait que les partis traditionnels n’ont pas du tout de solutions pour cette crise.

Nous avons besoin d’une alternative au libéralisme

Le choc avec la réalité ve être très dur les années à venir. Les fonds de pensions tombent en faillite, les prêts hypothécaires sont impayables, un contrat à durée indéterminée devient un luxe, l’incertitude devient la règle, la sécurité sociale et les services publics doivent céder le pas sur le sauvetage des banques et de leurs actionnaires. Ceux qui veulent lutter contre cette logique regardent souvent impuissants la marche des évènements. Parfois, ils ne trouvent même pas de relais dans leur propre syndicat, qui parle une autre langue. Ils n’ont pas de voix à eux dans le débat politique actuel. C’est la dictature du capital qui décide de ce qui est produit, si nous pouvons travailler ou pas, et c’est encore elle qui décide de notre avenir. Nous avons besoin d’une alternative qui se base fondamentalement sur une autre logique, sur une société où les travailleurs et leurs familles peuvent avoir le contrôle sur la richesse produite. Alors, cette richesse pourra enfin être consacrée aux besoins véritables de la collectivité.

Selon l’idéologie dominante, la chute du mur a prouvé qu’aucune alternative au capitalisme n’est possible. Le libéralisme a lié à cette affirmation que le système nous apporterait à tous la prospérité pour autant que l’on laisse au privé un maximum de liberté.

La gauche s’est alors trouvée dans une position défensive. Le stalinisme a sombré. Tant pour ses partisans que pour les opposants libéraux, cela signifiait que le modèle socialiste était voué à l’échec. A travers le monde, toutes sortes de mouvements de gauche ont supprimé la référence à une société socialiste dans leur programme. Nous sommes maintenant 20 ans plus tard, c’est le 20ème anniversaire de la chute du mur. Pour l’écrasante majorité des habitants des anciens pays staliniens, le pays tant promis où le lait et le miel devait couler à flots n’est pas devenu une réalité. La crise actuelle confirmera une nouvelle fois que cet espoir était vain. Les Etats staliniens sont devenus des terrains de jeux pour les capitalistes occidentaux. Les piliers de l’économie planifiée ont été pillés à court terme, et la population a pu découvrir une version brutale et maffieuse du capitalisme du marché «libre». Différents sondages d’opinion ilustrent ce constat. En ex-Allemagne de l’Est, 73% des sondés approuvent les critiques de Marx sur le capitalisme et 66% pensent que le socialisme est une bonne idée qui a été incorrectement appliquée.

Nous avons un grand besoin de débat idéologique. Pour l’emporter dans cette lutte, la gauche a besoin d’une idéologie et d’un programme socialistes capables de répondre aux besoins concrêts de la population tout en expliquant pourquoi le socialisme a échoué au 20ème siècle.

Remettre le socialisme à l’agenda

«Durant vingt ans, nous avons essayé avec du contenu. Mais cela ne marche plus aujourd’hui.» Peter Mertens, dans le quotidien flamand De Standaard, le 28 mai 2009.

Nous souhaitons beaucoup de succès au Parti du Travail de Belgique (PTB) avec leur campagne électorale, mais nous ne partageons pas avec eux cette opinion selon laquelle le contenu serait subordonné à la forme. Nous pensons que la gauche a plus que jamais besoin de contenu pour pouvoir offrir une alternative face à la crise du libéralisme.

Un sondage d’opinion rendu public début avril a révélé que 53% des américains sont partisans du capitalisme, 20% affirment que le socialisme est un meilleur système et 27% disent ne pas être en mesure de répondre à cette question. Beaucoup d’observations peuvent être faites sur cette base. Mais le fait qu’une minorité importante d’Américains ne se dit pas partisane de ce système illustre que la recherche d’une alternative au capitalisme se développe.

La force destructrice du marché «libre» et du libéralisme est visible pour chacun. Ce n’est que l’intervention massive des autorités qui a évité un scénario «1929». Avec cette crise, le néolibéralisme prouve sa totale incapacité de tenir compte des besoins de la classe des travailleurs (soit ceux qui travaillent maintenant, sont sans emploi, retraité,…). A la recherche d’une alternative, de plus en plus de personnes voudront en savoir plus sur le socialisme. Nous ne pouvons que leur conseiller d’aller suffisamment loin dans leur recherche. Caroline Gennez, la dirigeante du SP.a, a défini son socialisme comme étant une «une forme évoluée du libéralisme». Dans les faits, les mesures proposées par le PS illustrent que Di Rupo et Compagnie ne pensent pas différemment. De son côté, le comité national républicains, aux Etats-Unis, a voté ce 20 mai une résolution dans laquelle ils demandent aux démocrates «d’arrêter de pousser le pays en direction du socialisme.»

La campagne électorale du Parti Socialiste de Lutte n’est peut-être pas assez attractive pour les médias selon les normes actuelles défendues par les médias classiques. Mais nous mettons en avant des idées, un programme et une idéologie. Les réactions et le soutien que nous avons obtenu dans la rue ont été très encourageants. Notre campagne idéologique et les listes auxquelles nous participons n’ont pas pu trouver une large entrée dans les médias. Pour l’instant, malheureusement, nos possibilités électorales sont très très réduites. Néanmoins, nous avons apporté de l’idéologie dans cette campagne, et nous avons aussi stimulé le débat sur la manière d’en finir avec l’avidité capitaliste. Pour cela, nous avons besoin d’une société socialiste.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai