Sri Lanka: le dirigeant de l’United Socialist Party sur une liste noire de personnes à abattre!

Les journées de célébration de la victoire sont une humiliation pour tous les Tamouls

Le Comité pour une Internationale Ouvrière (Committee for a Wrokers’ International – CWI) a reçu une copie d’une infecte communication publiée par des chauvinistes cinghalais au lendemain de la défaite des Tigres de Libération de l’Îlam Tamoul (Liberation Tigers of the Tamil Eelam – LTTE). Parmi les portraits des personnes qu’ils veulent voir abattues se trouvent des militants d’ONGs, des politiciens indiens et cinq politiciens sri lankais, dont notre camarade Siritunga Jayasuriya, secrétaire général de l’United Socialist Party (USP, CIO-Sri Lanka).

Par Elizabeth Clarke, CIO

Une liste noire de personnes à abattre diffusée par les chauvinistes cinghalais.

Au deuxième rang, tout à la droite et le poing levé, se trouve Siritunga Jayasuriya…

Comme nos lecteurs le savent certainement, l’USP a maintenu une position courageuse en défense des droits de tous les tamouls et en faveur d’une lutte unie contre le féodalisme, le capitalisme et l’impérialisme par une politique socialiste. L’USP a fait des critiques quant aux méthodes et à l’approche des LTTE, mais a protesté contre la politique guerrière du régime de Rajapakse et le massacre de milliers de civils tamouls. Il a aussi accusé les immenses camps inhumains dans lequel le gouvernement retient encore prisonniers des centaines de milliers de réfugiés.

«Ils ne célèbrent pas simplement une victoire militaire sur les LTTE», a affirmé Siritunga dans une déclaration publique, «mais une victoire communautaire sur la nation tamoule. C’est une humiliation pour tous les tamouls, y compris ceux des Collines, du Sud et de l’Est.

Aucun Tamoul ne se réjouit de cette soi-disant victoire, à part les trois judas qui se sont rangés du côté du gouvernement Rajapakse – Thondeman du Conseil des Travailleurs de Ceylan basé dans la région des plantations de thé, Karuna, un ex-dirigeant des Tigres qui a maintenant été nommé à un poste de Ministre, et Douglas Devananda, un politicien tamoul qui va vraisemblablement devenir le Ministre en Chef, véritable pantin à la solde du régime, de la «province» septentrionale du Sri Lanka.

Mon nom est repris par des Ministres à la télé, et hurlé par des hordes frénétiques dans les rues. Je suis perçu comme un «traître», un «non-patriote», même comme un «pleutre» qui doit être abattu. Tout cela, parce que je me suis dressé contre ce gouvernement chauviniste et autocratique.

Nous craignons pour les vies des gens dans les camps – dont beaucoup vont mourir privés de nourriture, d’eau, et de soins médicaux. Des jeunes vont être accusés de sympathie pour les LTTE et seront portés «disparus» par le régime,… C’est de cette manière que le gouvernement Rajapakse cherche à «résoudre» la question nationale. Nous l’avons défié en lui demandant d’expliquer en quoi consistait sa «solution» politique, et il est resté silencieux. Nous allons poursuivre jusqu’au bout notre campagne pour des droits égaux pour tous les tamouls.

Nous ne nous laisserons pas taire par les menaces de mort et les insultes. Les travailleurs et les pauvres cinghalais qui se réjouissent aujourd’hui imaginent que la paix signifie la prospérité et une vie meilleure pour eux-mêmes. Mais ils ne vont pas seulement devoir subir plus de privations pour rembourser la dette de guerre du gouvernement et la crise capitaliste, mais les mesures d’urgence du gouvernement vont de plus être utilisées contre toute personne qui tente d’organiser des grèves ou d’autres actions. Notre parti se bat pour survivre face au bombardement de propagande dont nous sommes victimes. Nous nous réjouissons de la campagne de solidarité internationale qui a été lancée dans le Tamil Nadu (1) au début de cette année, et l’enjoignons à poursuivre son oeuvre.

Nous demandons aussi à tous les lecteurs de cette horrible nouvelle de considérer le fait de soutenir notre parti dans une des plus sombres périodes de son histoire. Nous allons nous préparer à une nouvelle période de lutte unifiée contre ce gouvernement dictatorial et contre le système capitaliste qui engendre la guerre et l’oppression, que nous avons déjà bien assez subies.»

Les donations afin de soutenir par des mesures urgentes nécessaires pour défendre l’USP et son secrétaire, Siritunga Jayausriya, contre les attaques physiques, doivent être envoyées à la Campagne Sri Lanka. Donnez en ligne (ajoutez « Campaign Sri Lanka » dans la boîte à commentaires) ou envoyez un chèque à «Campagne Sri Lanka», Committee for a Workers’ International, PO Box 3688, London, Britain, E11 1YE.

Pour de nouveaux articles (en anglais) sur la situation au Sri Lanka, allez visiter la page www.stoptheslaughteroftamils.org; d’autres articles seront postés de temps à autre sur le site socialisme.be.


(1) Considéré comme le berceau de la civilisation tamoule, le Tamil Nadu est un Etat du sud de l’Inde, fortement urbanisé et industrialisé fort de 65 millions d’habitants, dont 90% de Tamouls, et ayant pour capitale la ville de Chennai (anc. Madras).



Le Comité pour une Internationale Ouvrière, CIO

Le capitalisme est un système mondial et il doit être combattu à la même échelle. C’est pourquoi le Parti Socialiste de Lutte fait partie d’une organisation marxiste internationale: le Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO), un parti mondial actif sur tous les continents. Notre lutte en Belgique s’inscrit dans le cadre d’une lutte des travailleurs du monde entier pour un société socialiste car si la révolution socialiste éclate sur le plan national, elle se termine sur l’arène internationale. La démocratie ouvrière et la planification socialiste de la production ne peuvent se limiter à un seul pays. C’est d’ailleurs l’isolement de la Russie soviétique qui a conduit à sa dégénérescence à partir de 1924.

Partager : Imprimer :