Depuis la révélation de la répression brutale et de l’existence de camps de concentration et de torture pour personnes LGBTQI+ en Tchétchénie, de nombreuses protestations ont éclaté un peu partout dans le monde. Les autorités en Russie et en Tchétchénie refusent tout simplement de s’exprimer ; pour le gouvernement de Ramzan Kadyrov, les homosexuels n’existeraient pas en Tchétchénie.

Par Brune (Bruxelles)

La répression est même plus large encore : il y a deux semaines de cela, des activistes (parmi lesquels des membres du Comité pour une Internationale Ouvrière, dont le PSL est la section belge) ont pris l’initiative d’aller remettre les 500.000 signatures de la pétition lancée sur Change.Org contre les persécutions en Tchétchénie à l’ambassade Russe de Moscou, et ont été accueillis par la police. Non seulement ils n’ont pu remettre les signatures, mais en plus les militants ont été emprisonnés puis condamnés pour deux d’entre eux à une amende de 10.000 roubles (environ 170 euros)…

En solidarité avec ces événements, et pour protester contre le silence total du gouvernement russe face aux horreurs que vivent les personnes LGBTQI+ en Tchétchénie particulièrement, la campagne ROSA et le Parti Socialiste de Lutte (PSL) étaient présent ce vendredi 2 juin à l’action organisée par Amnesty International Belgique et d’autres associations (Tels quels, RainbowHouse, Çavaria, Belgian Pride, ILGA-Europe et Arc-en-Ciel Wallonie,…) devant l’ambassade russe à Bruxelles. Les discussions et ventes de matériel ont permis de partager nos idées d’unité dans la lutte contre toutes les discriminations (homophobie, lesbophobie, transphobie, sexisme, racisme,…) dont le système se nourrit pour diviser, face aux politiques réactionnaires des Poutine, Kadyrov, Trump, & co. Il est aussi nécessaire de garder une attention sur d’autres évènements de ce type : en effet, les lois et comportements homophobes ne sont pas en reste dans d’autres parties du monde, comme l’annonce récente de cliniques en Equateur dédiées à la « guérison » de l’homosexualité, qui ne sont rien d’autre que des centres de torture organisées dans un flou juridique total.

Action contre les persécutions homophobes en Tchétchénie