[INTERVIEW] Paul Murphy: “Le droit de protester est en danger en Irlande!”

Irlande : des activistes menacés de plusieurs années de prison

Il y a 2 ans, une manifestation spontanée a pris place à Jobstown – un quartier ouvrier de la banlieue de Dublin – à l’occasion de la visite de la Vice-Première ministre d’alors, Joan Burton (Labour Party, sociaux-démocrates). Durant la manifestation, sa voiture a été encerclée par les manifestants et elle a été retardée d’environs 2 heures. Suite à cette action, des charges ont été retenues à l’encontre de 18 ‘‘meneurs’’ pour séquestration, avec parmi eux Paul Murphy, le député de l’Anti-Austerity Alliance (Alliance Anti-Austérité) et membre du Socialist Party.

Merci de discuter avec nous, Paul. Tout d’abord, pourrais-tu nous expliquer pourquoi la présence de la Vice-Première ministre dans ce quartier a provoqué une telle réaction? Est-ce uniquement suite à la taxe sur l’eau ?

Paul : ‘‘Le Premier ministre a dit au sujet du mouvement contre la taxe sur l’eau que ce ‘‘n’est pas juste à propos de l’eau’’. C’est l’une des rares choses sur lesquelles nous pouvons nous mettre d’accord avec lui. Les raisons de ce mouvement contre les charges sur l’eau étaient terriblement profondes, dues au fait qu’elles arrivaient après des années d’austérité. La population a dû faire face à des pertes d’emplois, des jeunes se sont retrouvés forcés d’émigrer, les salaires ont été coupés et les services publics dévastés. Des centaines de milliers de personnes ont été plongées dans la pauvreté.

‘‘Le quartier où se tenait cette manifestation avait été particulièrement touché par les politiques d’austérité du gouvernement. Pour donner un exemple, la manifestation a eu lieu sur le parking d’une banque alimentaire.

‘‘Joan Burton était aussi ministre de la Protection sociale et elle a initié une guerre contre les personnes nécessitant une aide sociale, comme les parents isolés. Elle est aussi la dirigeante du Labour Party, qui s’était toujours dépeint comme un défenseur des travailleurs. C’est sur cette base que le Labour Party a reçu un soutien électoral massif à Jobstown. Le sentiment de trahison par ce parti est dès lors ressenti de manière très aiguë.’’

Quelles seraient les conséquences d’une condamnation des militants inculpés, notamment pour le mouvement contre l’austérité ?

‘‘Une accusation de séquestration, c’est très sérieux, c’est pratiquement du kidnapping. À la demande du procureur d’État, l’affaire a été portée devant une juridiction supérieure, ce qui signifie qu’en cas de condamnation, la peine encourue peut aller jusqu’à l’emprisonnement à vie. Il ne fait aucun doute quant au fait que si quelqu’un est condamné, il devra faire face à plusieurs années de prison !

‘‘Un jeune homme de 17 ans a, lui, déjà été condamné par la justice pour mineur. Le juge a expliqué qu’il est coupable parce qu’il s’est assis devant d’une voiture, qu’il avait encouragé d’autres à faire de même, qu’il a participé à une ‘‘marche lente’’, qu’il s’était momentanément tenu sur le chemin de Joan Burton en demandant à lui parler et qu’il a utilisé un mégaphone pour scander des slogans. Ce verdict est la preuve de l’élargissement dramatique de la définition de ‘‘séquestration’’ qui peut inclure de nombreuses formes de manifestations, c’est une attaque majeure contre le droit de manifester.

‘‘En plus de ça, si je devais être envoyé en prison pour plus de 6 mois, je serais exclu du parlement et je ne pourrais pas me présenter aux prochaines. C’est une attaque directe contre les droits démocratiques de ceux qui ont voté pour l’Anti Austerity Alliance.’’

Quand le gouvernement est tombé il y a deux ans, le Labour a subi une défaite électorale écrasante ; l’avenir de la taxe sur l’eau est incertain… Pourquoi est-il aussi important de chercher à faire condamner les manifestants ?

‘‘Le mouvement contre la taxe sur l’eau a réellement fait trembler l’establishment politique. Pour la première fois depuis l’éclatement de la crise économique de 2008, la classe ouvrière s’est soulevée et s’est organisée contre une mesure d’austérité majeure du gouvernement et elle a gagné.

‘‘Bien que les taxes n’aient pas été à 100% abolies, elles ont été suspendues et ce sera très difficile pour eux de les réintroduire. Suite à cela, les travailleurs ont été massivement boostés par le mouvement. Cela se voit dans une certaine mesure avec les grèves victorieuses menées dans les services de bus et de trams à Dublin. Les infirmières, les profs et les vendeurs sont également en train de mener des actions de grève en ce moment.

‘‘De plus en plus, la ligne officielle d’une reprise économique rentre en confrontation avec la réalité des gens qui se prennent toujours de plein fouet l’austérité avec des emplois plus précaires et des salaires bas. L’establishment capitaliste sait qu’il devra probablement faire face à plus de mouvements et de grèves. Du coup, il espère utiliser les procès de Jobstown pour envoyer un signal clair aux travailleurs: si vous manifestez, si vous faites grève, vous pouvez être criminalisés.’’

Comment les activistes sont-ils en train de construire une campagne contre ces attaques ? Comment peut-on construire la solidarité ?

‘‘Malgré les énormes tentatives de la part des médias de l’establishment et de la droite, il y a une opposition massive à l’idée que les gens soient poursuivis pour avoir participé à une manifestation. Nous devons aller à l’offensive et construire une campagne d’opposition active. Les inculpés et soutiens ont construit le groupe “Jobstown Not guilty” (Jobstown Non-Coupable) pour construire une telle campagne. Nous allons activement à la rencontre des gens pour exposer les faits autour de cette manifestation et discuter de la portée des attaques auxquelles nous faisons face. Nous recevons beaucoup de soutien. Beaucoup de sections des syndicats, de fédérations étudiantes et de communautés locales ont exprimé leur soutien à la campagne.

‘‘Nous avons également eu beaucoup de signes de solidarité internationale de syndicalistes, de représentants élus et de personnalités connues, dont beaucoup de Belgique. De tels signes de solidarité sont un élan majeur pour la campagne. J’encourage les gens à aller voir leur délégation syndicale et leurs organisations pour faire passer des motions et envoyer des messages de solidarité.’’
Si le mouvement contre la répression est victorieux et que les charges tombent, quel en serait l’impact ?

‘‘Le gouvernement est dans une crise profonde suite à la révélation que des supérieurs de la police ont été impliqués dans une campagne de diffamation contre des policiers de rangs inférieurs ayant exposé la corruption existante. Cela a été jusqu’à répandre de fausses rumeurs d’abus sur des enfants. Il est probable que le Premier ministre soit poussé à la démission suite à ce scandale. Il y a un dégoût énorme et un questionnement envers l’establishment. Si nous gagnons sur Jobstown, cela soulèvera des questions sur qui sont exactement ceux qui ont décidé de mener les poursuites et leurs motivations politiques. Le rôle de la police, mais aussi des médias serait également questionné et exposé et cela affaiblira encore plus le gouvernement.’’

Partager : Imprimer :