<![CDATA[actie-antwerpen

La lutte contre le racisme et le fascisme n’est certainement pas terminée. La victoire de Donald Trump aux États-Unis suscite l’euphorie parmi les groupes réactionnaires, de même qu’une augmentation de la violence raciste. Chez nous également les néo-nazis puisent leur confiance dans cette victoire. En Europe également la colère et le rejet de l’establishment soufflent sur les voiles de figures d’extrême droite tels que Marine Le Pen et Geert Wilders. En Grèce, un parti ouvertement néo-nazi, Aube dorée, est même crédité de 8 à 10 % de soutien dans les sondages.

À l’instar du FN français, le Vlaams Belang préfère ne pas être trop associé aux néo-nazis du type d’Aube Dorée. Mais leurs militants cachent moins leur sympathie dans les coulisses. Ce fut une fois de plus confirmé à la fin du mois de novembre, quand une délégation du VB emmenée par Filip Dewinter s’est rendue en Grèce pour y rencontrer les dignitaires d’Aube Dorée. Ils se sont rendus ensemble vers les îles où sont coincés de nombreux réfugiés. Autour de cette visite ont éclaté divers incidents tels que des incendies criminels et des provocations à l’encontre de réfugiés. Dewinter & Co a également rencontré le dirigeant d’Aube Dorée à Athènes, Michaloliakos.

Dewinter aurait préféré que cette visite reste en interne (elle fut d’ailleurs réduite au minimum), mais Aube Dorée voulait en faire la promotion. Quand un journaliste a demandé à Dewinter qui avait payé les frais du voyage, ce dernier a sèchement répondu ‘‘ce ne sont pas vos affaires’’. Le président du parti, Tom Van Grieken a dû ouvertement critiquer le groupe autour de Dewinter, le sénateur Anke Van dermeersch a même reçu une sanction. Van Grieken, que le combat de rue ne répugnait pourtant pas jadis, désire lisser l’image de son parti et développer des liens avec des populistes de droite comme Wilders aux Pays-Bas. Tout cela n’est qu’une question de façade, il n’y a pas si longtemps que Van Grieken faisait usage de violence en tant que responsable des jeunesses du parti.

Via leurs élus au Parlement européen, Aube Dorée et le NPD soutiennent également les néo-nazis présents en Belgique. Ils ont ainsi ouvert un local à Ixelles où se tiennent divers événements néonazis. Le 19 novembre dernier, une réunion très controversée a également eu lieu à Anvers, à l’initiative des groupuscules violents NATION et N-SA. Quelque 30 néonazis sont venus écouter un orateur d’Aube Dorée (qui ne s’est toutefois pas présenté) dont des membres du NPD allemand, un parti qui collabore étroitement avec Aube Dorée. Blokbuster et les Étudiants de Gauche Actifs ont alors mobilisé en peu de temps une trentaine d’antifascistes. Quelques jours après, le 24 novembre, nous avons également participé à une manifestation contre le local néonazi à Ixelles à l’initiative de la campagne ‘‘NON au local nazi, 22 Square de Meeûs à Ixelles’’ de Bxlzoneantifasciste.

De telles actions constituent une importante préparation pour les actions antiracistes et antifascistes que nous aurons besoin d’organiser à l’avenir. Cela fera partie intégrante de la construction d’une alternative de gauche qui soit capable d’être l’expression du rejet de la politique néolibérale actuelle pour l’orienter vers un changement de société reposant sur les intérêts de la majorité de la population.]]>