Home / Jeunes / Contre le racisme / [PHOTOS] Action antifasciste à Anvers contre un meeting néonazi

[PHOTOS] Action antifasciste à Anvers contre un meeting néonazi

<![CDATA[antifa_anvers

Ce samedi 19 novembre, deux groupes néonazis – Nation et le N-SA – ont tenu une réunion commune à Anvers. Parmi les orateurs figurait notamment un membre du parti d’extrême droite grec Aube Dorée. Le porte-parole du Vlaams Belang Filip Dewinter était encore il y a peu en Grèce avec une délégation du parti (notamment Anke Vander Allemeersch, Jan Penris et Frank Creyelman) pour rendre visite à Aube Dorée, mais il n’était pas présent à cette réunion. Il faut dire qu’être ouvertement lié à la violence néonazie de ce parti dans son propre pays pourrait nuire à l’image du Vlaams Belang… Mais une fois à l’étranger, la véritable nature de la bête fasciste ne les dérange pas.

Rapport et photos prises du site de notre campagne antifasciste flamande Blokbuster

Les néo-nazis se sont réunis au Café Den Bengel sur la Grote Markt. Ce n’est pas la première fois qu’une telle réunion s’y déroule. Ils auraient été une trentaine environ, la plupart adeptes de Nation, venus à Anvers à partir de Bruxelles et de Wallonie. Certains ne sont pas restés bien longtemps, les premiers néonazis sont sortis après une demi-heure à peine.

Plus de 30 antifascistes s’étaient réunis quant à eux sur la Groenplaats à l’appel de Blokbuster et des Etudiants de Gauche Actifs. Beaucoup de jeunes étaient présents, de même qu’un groupe de «Femmes contre le fascisme / racisme» qui soutient et renforce constamment la résistance antifasciste. Cette action a été organisée en peu de temps après qu’une action anti-Trump précédemment annoncée ait été annulée par les organisateurs.

Des néo-nazis ne peuvent pas tout simplement se réunir à Anvers. Nous ne devons leur laisser aucun espace, ils pourraient sinon prendre confiance et passer à la violence physique contre toute personne qu’ils estiment «différente» ou qui pense autrement. Cette violence est une raison de l’intérêt qu’ils portent à Aube Dorée. Le groupe francophone Nation l’a démontré dans la pratique l’an dernier lorsque plusieurs de ses membres ont tabassé un sans-abri place du Luxembourg à Bruxelles. Plusieurs militants de Nation ont été condamnés pour cela et au moins l’un d’entre eux était présent à cette réunion du 19 novembre.

Le rassemblement antifasciste voulait également faire référence à la résistance contre Trump aux Etats-Unis. Les populistes de droite comme Donald Trump représentent un danger pour les travailleurs, les migrants, les femmes,… L’élection de Trump ouvre un espace d’action supplémentaire pour les groupes tels que le Ku Klux Klan et d’autres mouvements racistes et fascistes. Nous ne sommes pourtant pas pessimistes, il existe une polarisation et également une radicalisation vers la gauche. C’est ce qu’illustrent l’ampleur des protestations contre Trump, ce qu’a représenté la campagne de Bernie Sanders ou encore le soutien massif pour la lutte des Premières Nations (Amérindiens) à Standing Rock contre la construction d’un oléoduc à travers leur territoire.

Nous avons reçu beaucoup de soutien de la part de passants qui étaient choqués qu’une telle réunion de néo-nazis puisse se tenir à Anvers. Continuons à construire la résistance antifasciste et antiraciste!

Prochain rendez-vous, ce 24 novembre à Bruxelles (plus d’infos).

]]>