Occupation d’usine à La Louvière – Solidarité avec les travailleurs de Royal Boch !

Solidarité avec les travailleurs de Royal Boch !

Depuis le 18 février, les travailleurs de Royal Boch occupent leur faïencerie louviéroise. Après avoir été placé sous concordat en novembre dernier, le site est aujourd’hui menacé de fermeture. Le dépôt de bilan aurait dû s’effectuer le jeudi 19 février, mais le Tribunal de commerce de Mons l’a reporté d’une semaine. L’entreprise devrait finalement être déclarée en faillite ce jeudi.

Par Stéphane D. (Hainaut)

Le site louviérois est confronté à de moins en moins de commandes, la grande majorité de la production étant déjà délocalisée en Pologne, au Portugal et en Thaïlande. Il s’agit déjà de la quatrième faillite sur ces 30 dernières années… Il y a eu jusqu’à 1.600 travailleurs dans cette usine, pour moins d’une cinquantaine actuellement après les différentes restructurations.

Nous avons pu visiter le site, dont le processus de dégradation, que ce soit l’infrastructure ou les machines, semble toucher à sa fin. Des murs et plafonds qui s’effritent, de nombreuses fuites laissant s’écouler l’eau les jours de pluie, certaines machines toujours utilisées depuis 50 ans, certaines machines « neuves » présentes depuis 2 ans mais qui ne sont pas opérationnelles,…

Les travailleurs, en chômage économique depuis le 1er janvier, ont décidé d’occuper l’usine. Ils protestent contre la fermeture probable de leur entreprise et, si tel est le cas, pour obtenir un plan social correct qui n’est pas du tout assuré à ce jour. Beaucoup d’entre eux n’ont connu que cet emploi et sont convaincus qu’ils n’en trouveront pas d’autre.

Ces derniers mois, des repreneurs se sont fait connaître, mais aucun de manière sérieuse. La Région wallonne n’est pas prête pour sauver les emplois de la faïencerie si aucun investisseur privé ne se manifeste. Royal Boch a des dettes à hauteur de 16,3 millions d’euros, dont 12,3 millions sont réclamés par le baron Frédéric de Mevius, administrateur, dont la famille est un des plus grands actionnaires d’ABInbev.

La crainte des fermetures et des pertes d’emploi est ressentie partout en Belgique, et même dans le monde, et pas uniquement dans cette usine. Seuls, en luttant chacun dans notre coin, nous ne pouvons rien faire. Une lutte d’ensemble doit être opposée à la volonté générale du patronat de faire payer leur crise aux travailleurs. C’est nous qui produisons les richesses, ce n’est pas à eux d’en profiter en nous pressant au maximum avant de nous jeter ! Une marche nationale pour l’emploi serait un bon moyen de commencer à organiser la riposte générale des travailleurs.


En soutien avec les travailleurs de la faïencerie Royal Boch

La Cie maritime et l’atelier théâtre «Les eaux vives» présenteront la pièce «Tu vas encore faire pleurer tout le monde» ce mercredi 25 février, à 19h, à la faïencerie occupée par les travailleurs, à La Louvière.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai