Soutenez Yahya al Faifi!

Un syndicaliste et dissident Saoudien est menacé d’expulsion en Grande-Bretagne !

Yahya Al Faifi, un syndicaliste très courageux et un socialiste profondément engagé – est menacé d’être expulsé vers la tyrannie en Arabie Saoudite, où les dissidents sont régulièrement torturés et «disparaissent». Le 12 février, il a reçu une lettre qui a rejetté son appel contre le refus de sa demande d’asile. Maintenant, lui et sa famille sont en danger imminent d’être déporté hors de Grande-Bretagne. Demain sera une journée d’action internationale en leur faveur, y compris à Bruxelles, devant l’ambassade britannique.

Jeudi 19 février: protestation à l’ambassade de Grande-Bretagne à Bruxelles

Rendez-vous à 10h devant l’ambassade, dans les environs de la Place Schuman (metro Maalbeek). L’adresse est la suivante: Rue d’Arlon n°85, 1040 Bruxelles.

Le mouvement syndical organise une journée d’action pour Yahya ce jeudi 19 février. Un rassemblement se déroulera devant l’entrée du ministère de l’Intérieur, à Londres, à 14h00. Un certain nombre de syndicalistes et de députés seront présents pour sa défense.

Nous invitons les syndicalistes et les socialistes à organiser internationalement des protestations en dehors des ambassades et des consulats britanniques à travers le monde le même jour – et à le faire savoir des médias. Si ce n’est pas possible, toute autre protestation est la bienvenue ce 19 février.

Il est important que toute personnes qui veut participer à ces actions entre en contact avec cette campagne. La meilleure protection que Yahya peut avoir est une démonstration énorme de soutien – et cette aide ne sera utile que connue et rendue publique. (Contact : defendyahyaalfaifi@googlemail.com)

Jusqu’ici, Yahya a le soutien des parlementaires Ann Clwyd et Jeff Cuthbert, de Billy Hayes, le secrétaire général du syndicat des télécommunications ; Marquez Serwotka, secrétaire général des services publics et commerciaux (qui organise la fonction publique) ; Wayne Thomas, secrétaire général du syndicat NUM en Pays de Galles; de la direction de l’union nationale des journalistes de Pays de Galles ; du directeur de l’union des universités du Pays de Galles ; et de beaucoup d’autres syndicats. En 2006, le TUC (Trade union Council) du Pays de Galles avait soutenu une campagne en faveur de Yahya et des droits syndicaux en Arabie Saoudite. Yahya est membre du syndicat des télécommunications en Grande-Bretagne et un membre honoraire de l’union nationale des mineurs.

Chacun peut écrire au ministère de l’Intérieur, tout en nous en envoyant une copie. Tous ceux qui ont une position officielle dans un syndicat en Grande-Bretagne ou internationalement et qui peut donc apporter un soutien à cette campagne est prié de nous faire suivre les détails de sorte que nous puissions ajouter leur nom à la liste des partisans. Cette démonstration publique de soutien est très importante pour persuader le ministre de l’Intérieur de changer sa décision pour ne pas expulser Yahya et sa famille.

Un combattant pour les droits syndicaux en Arabie Saoudite

En Arabie Saoudite, Yahya a travaillé pour BAE Systems. Lorsque la société a annoncé la réduction des salaires des travailleurs saoudiens de 40% en 2002, Yahya a organisé les 2000 travailleurs concernés et les a conduit à jusqu’à la victoire en stoppant net le projet patronal.

Ceci, naturellement, a nécessité d’organiser un syndicat dans l’usine. 500 personnes avaient assisté au premier meeting – même si les syndicats sont illégaux en Arabie Saoudite – ce qui a illustré la détermination de ces travailleurs. Malheureusement, BAE Systems a renvoyé Yahya.

Yahya a lutté pour récupérer son travail et a porté son cas devant le tribunal. BAE Systems voulait clairement signifier qu’il ne pouvait rien faire et l’entreprise a envoyé à Yahya une lettre officielle qui affirmait que la décision de le licencier venait du gouvernement lui-même.

Tous ces évènements – la victoire des travailleurs, l’établissement du syndicat, le renvoi de Yahya et son combat pour récupérer son emploi – ont reçu une grande couverture médiatique en Arabie Saoudite. Yahya s’est donc vite retrouvé sous surveillance et a reçu des menaces par téléphone de la part du gouvernement. On lui a dit qu’on lui ‘couperait la langue’ s’il ne cessait pas la campagne. Par la suite, il a été averti qu’il valait mieux pour lui de quitter le pays s’il tenait à protéger sa famille. Ce qu’il a fait.

Yahya et sa famille sont arrivés en Grande-Bretagne il y a quatre ans et demi et ils ont demandé l’asile.

Maintenant, le Ministère de l’Intérieur et le juge du Tribunal pour l’Asile et l’Immigration déclarent que – en dépit de la situation effroyable des droits de l’homme en Arabie Saoudite où les dissidents sont régulièrement emprisonnés, torturés et « disparaissent » – Yahya et sa famille ne font face à aucune menace s’ils retournent en Arabie Saoudite. Personne ne peut raisonnablement être d’accord avec cette affirmation.

Un partisan des luttes en Grande-Bretagne

Dès son arrivée en Grande-Bretagne, Yahya a soutenu chaque lutte syndicale. Pendant l’occupations des ferries irlandais en décembre 2005, Yahya s’est non seulement investi dans les piquets de grève organisés, mais il a aussi voulu dormir sur les docks de Pembroke jusqu’à ce que tous travailleurs des Ferries irlandais retrouvent leurs jobs. Il a été également présent aux piquets de grève ouvriers communaux, des travailleurs de l’Agence pour l’emploi et des enseignants.

Ce dont il s’agit ici, c’est du soutien à apporter à un syndicaliste courageux qui n’a pas hésiter à se sacrifier pour la lutte ainsi que du soutien à la lutte pour la construction de syndicats au Moyen-Orient – ce qui est une part importante du combat pour un avenir socialiste au Moyen-Orient et internationalement.

SVP, envoyez vos lettres au ministère britannique de l’Intérieur:

  • Home Office, Direct Communications Unit, 2 Marsham Street, London SW1P 4DF
  • public.enquiries@homeoffice.gsi.gov.uk
Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai