Royaume-Uni: La grève rencontre la victoire à la raffinerie de Lindsey

Les leçons à tirer de ce conflit

L’accord obtenu entre le comité de grève de la raffinerie Lindsey et la compagnie pétrolière Total, qui détient cette raffinerie, est devenu une référence pour des douzaines d’autres sites à travers tout le Royaume-Uni, et même en Europe. Cette lutte héroïque menée par plus de mille travailleurs (soutenus par des actions sur plus de vingt autres sites) engagés sous différents types de contrats s’est clôturée par une victoire pour les travailleurs.

Bill Mullins, Socialist Party (CIO-Angleterre et Pays de Galles)

C’est une victoire acquise contre les patrons de Total, mais aussi contre l’ensemble du régime néolibéral qui sévit à travers toute l’Union Européenne. Au cours de ce processus, les lois anti-syndicales se sont révélées complètement inconsistantes une fois la masse des salariés mise en route.

Les travailleurs se sont vus garantir 102 des 198 emplois menacés. Leur contrat est de construire une nouvelle installation chimique dans la raffinerie.

Comme Keith Gibson l’a expliqué dans son article dans The Socialist (le journal du Socialist Party, section sœur du Parti Socialiste de Lutte) de la semaine passée, «Shaw’s, l’entrepreneur de départ, a appris qu’il avait perdu une partie du contrat au profit d’IREM, une entreprise italienne, qui amènerait sa propre main d’œuvre d’Italie et d’ailleurs pour faire le boulot».

Par conséquent, Shaw’s a dit aux délégués syndicaux du site que certains de leurs membres seraient licenciés à partir du 17 février, de sorte à faire place aux travailleurs italiens.

Ce qui était crucial dans cette affaire n’était pas le fait que ces travailleurs soient italiens ou portugais, mais que ces travailleurs ne feraient pas partie de «l’accord national pour l’industrie de l’ingénierie et de la construction (National Agreement for the Engineering and Construction Industry – NAECI)». Pourquoi ? Parce que selon les directives européennes, soutenues par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, ceci serait perçu comme une «contrainte au commerce» et donc contre la liberté de mobilité de la main d’œuvre et du capital enchâssée dans les lois et les règles du club des capitalistes européens.

Nul besoin d’être physicien nucléaire pour comprendre que ceci n’est rien d’autre qu’une charte pour les patrons, et uniquement pour eux. Les patrons adorent par-dessus tout avoir la complète liberté de faire ce qu’ils veulent, sans que les syndicats ne viennent les en empêcher.

La presse a donné la priorité au slogan “Les emplois britanniques pour les travailleurs britanniques” exprimé par certains travailleurs lors des meetings de masse. Elle n’a pas pu voir (mais à quoi d’autre pourrait-on s’attendre lorsqu’il s’agit de cette presse capitaliste enragée ?) que le problème des grévistes était simple : ils étaient exclus de leurs emplois sur le site par la traîtrise des patrons, sous couvert du «droit pour le travail et le capital d’être déplacé sans restriction vers n’importe quelle partie de l’UE».

Comme nous l’avons déjà dit dans un éditorial du “Socialist”, “Aucun mouvement ouvrier n’est ‘chimiquement pur’. Des éléments de confusion, voire des idées réactionnaires, peuvent exister et ont existé lors de ces grèves. Toutefois, cette lutte était fondamentalement dirigée contre la ‘spirale vers le bas’, pour le maintien des salaires et des conditions de travail négociés par les syndicats sur ces immenses sites de construction».

Les lois et directives actuellement en vigueur dans l’UE sont complètement biaisées ; elles donnent une totale carte blanche aux patrons qui peuvent importer de la main d’œuvre qui travaillera à un moindre salaire et dans de pires conditions que ceux du « pays d’accueil », tant que les conditions minimum de leur pays d’origine sont remplies.

Ces travailleurs ne doivent pas être syndiqués, et il était clair que les travailleurs d’IREM ne l’étaient pas, ni en Italie, ni ailleurs. La dirigeante de la confédération syndicale italienne CGIL, Sabrina Petrucci, a rappelé au Morning Star du 6 février qu’IREM est une entreprise connue pour sa politique antisyndicale.

Mais la lutte était plus constante que cela. C’était une lutte pour le contrôle de leur lieu de travail par les travailleurs eux-mêmes. Si les cadres de Total, en tant que propriétaires du site, et les entrepreneurs italiens d’IREM avaient pu agir comme bon leur semblait, ils auraient complètement enfoncé tous les éléments de contrôle ouvrier pour lesquels on avait lutté contre la direction du site tout au long de la période passée.

Une partie de l’accord obtenu, qui est une percée majeure, permet aux délégués syndicaux de vérifier que les travailleurs italiens et portugais travaillent bien dans les mêmes conditions que les travailleurs locaux. selon les termes de l’accord NAECI.

Cela signifie en pratique que les travailleurs syndiqués travailleront au jour le jour aux côtés des travailleurs italiens engagés par IREM, et seront à même de vérifier si les conditions de travail sont bien respectées ou non.

Cette revendication était fondamentale pour les grévistes lorsqu’ils ont élaboré une liste centrale de revendications lors des assemblées générales. Cette liste inclut la revdnication que «Tous les travailleurs au Royaume-Uni doivent être couverts par l’accord NAECI, et tous les immigrés doivent être syndiqués».

Afin de s’accorder une sécurité supplémentaire en vue de maintenir l’organisation syndicale sur les sites, les grévistes ont aussi accepté une revendication mise en avant par le comité de grève, qui met l’accent sur la nécessité d’un «recensement et d’un suivi, contrôlé par le syndicat, des chômeurs et des membres du syndicat qualifiés qui habitent dans la région».

C’est exactement ce que ne veulent pas les capitalistes et qui est effectivement, de leur point de vue, une «contrainte au commerce», càd à leur droit d’exploiter leur main d’œuvre sans que le syndicat n’ait quelque chose à dire là-dessus.

De plus, fermement établi dans l’accord, on trouve la clause selon laquelle les délégués du site pourront surveiller l’entreprise italienne par des réunions de liaison régulières.

Ce que revendiquent assez correctement les grévistes de Lindsey, c’est que si les entrepreneurs du site ont besoin de plus de main d’œuvre, alors ils doivent le demander au syndicat, qui sélectionnera le personnel à partir de son registre des chômeurs de la région. En d’autres mots, il faut être syndiqué pour pouvoir figurer sur le registre.

L’alternative au contrôle syndical sur le “recrutement et le licenciement”, est la situation dans laquelle les patrons ont le droit de recruter et de virer qui ils veulent, et dans ce cas, à qui vont-ils donner les emplois ? Certainement pas à des militants syndicaux ! Comme c’est trop souvent le cas, une liste noire est souvent dressée par les patrons. Pour que cette revendication soit réellement mise en pratique, il faudra une lutte continue entre le personnel et la direction ; une lutte dont l’enjeu est le contrôle de l’entreprise et, par conséquent, elle fait partie d’une lutte visant à définir dans l’intérêt de qui l’entreprise continuera à tourner.

La Gauche

Honteusement, certains parmi la Gauche se sont complètement laissés emporter par les gros titres de la presse bourgeoise tout au long du conflit ; ces journaux mettaient en évidence les éléments du type “Les emplois britanniques pour les travailleurs britanniques”. Ce qu’ils n’ont pas réalisé, ou ce à quoi ils ont refusé de faire face, c’est que c’est toute la période précédente qui a mené à cette bataille. Si ce conflit s’était déroulé il y a un an, il est probable qu’il ne se serait pas développé de la manière dont il l’a fait. Ce qui était nouveau dans l’équation, c’était la rapide entrée dans une période de chômage de masse, qui menace chaque travailleur en Grande-Bretagne comme à travers une grosse partie du monde.

La crise économique a créé une peur parmi les travailleurs, non seulement pour leur emploi d’aujourd’hui, mais aussi une crainte quant à la question de savoir si leurs enfants auront un emploi à l’avenir. Dans la période précédente, il était possible pour les travailleurs de trouver un boulot sur d’autres sites.

Un élément de la période précédente était l’inscription des militants syndicaux sur une liste noire à différentes entreprises, ce qui a déjà conduit à des batailles localisées dans le passé. Au cours de ces luttes s’est posé la question : qui dirige le lieu de travail : la direction ou le syndicat ?

Aujourd’hui, près de 25.000 travailleurs spécialisés dans les techniques d’ingénierie de la construction sur des gros projets – comme les raffineries pétrolières ou les centrales électriques – sont de plus en plus conscients que les temps changent. Près de 1.500 d’entre eux sont déjà tombé au chômage.

Récemment encore, les syndicats se préparaient à se battre contre les patrons en organisant les délégués syndicaux au niveau national. Mais tout ce plan a été précipité lorsque Total a décidé de donner un contrat à IREM avant Noël (ou, du moins, de le donner à une entreprise américaine qui allait à son tour le sous-traiter auprès d’IREM).

Ce timing n’était en rien une coïncidence. Les patrons de Total voulaient utiliser le ralentissement de l’économie pour pouvoir confier l’ouvrage à un entrepreneur qui n’aurait pas à se soucier des syndicats, contrairement à la plupart des entrepreneurs britanniques spécialisés dans les gros projets de construction et qui sont obligés d’employer des travailleurs aux conditions normales.

Les politiciens capitalistes se sont plaints du fait que le principe de liberté de mouvement avait été écorché par l’accord. Mais on parle en fait de “liberté” pour les patrons d’effectuer des déplacements de main d’oeuvre à travers tout le continent grâce aux législations de l’UE soutenues par les tribunaux (et qui sont partout contre les intérêts des travailleurs), et ce afin de saper l’organisation des syndicats.

Cette “liberté” a effectivement été attaquée par cette grève, laquelle a dans la foulée porté un coup à la “spirale vers le bas” des conditions de travail.

Il devient de plus en plus nécessaire de coordonner davantage tous les syndicats européens au niveau des entreprises, mais aussi aux niveaux national et paneuropéen. Il faut aussi une campagne massive pour propager la nouvelle de la victoire des salariés de la raffinerie de Lindsey à travers tout le pays et toute l’Europe.


Commentaire d’Alistair Tice, membre du Socialist Party :

Cela faisait un moment que la pression s’accumulait à cause du refus d’Alstom d’engager des travailleurs britanniques sur le chantier de la centrale électrique de Staythorpe. Plusieurs manifestations avaient eu lieu, y compris avec des délégations issues de Lindsey.

La confirmation du fait qu’IREM n’engagerait aucun travailleur britannique a été la goutte qui a fait le déborder le vase. Les délégués syndicaux ont recommandé de rester dans le cadre des procédures, mais une asemblée des salariés de Shaw’s a exigé l’action immédiate et a voté en faveur de la grève.

Ceci signifiait de commencer une grève inofficielle sans aucune direction et sans aucune revendication claire. Le vide qui a existé pendant les deux à trois premiers jours a été rempli par des pancartes “artisanales” téléchargées à partir d’un site d’ouvriers de la construction qui disaient “BJ4BW” (British Jobs for British Workers – Les emplois britanniques pour les travailleurs britanniques) en parodiant ainsi les propres termes du Premier Ministre Gordon Brown . Bien que ce slogan n’a jamais été une revendication des grévistes, les médias s’en sont emprarés afin de présenter la grève comme “anti-travail étranger”.

Cette déformation de la grève dans les médias a causé une réaction parmi les grévistes qui ont insisté lors des interviews et des conversations sur le fait que la grève n’était ni raciste, ni contre les travailleurs immigrés, mais bien contre l’exclusion de la main d’oeuvre britannique, et contre l’attaque portée à l’accord national. Le BNP (British National Party, parti d’extrême-droite), contrairement aux racontars des médias, n’était pas le bienvenu au piquet.

L’intervention active du Socialist Party (section sœur du Parti Socialiste de Lutte en Angleterre et Pays de Galles, NDT) a été un facteur important pour déterminer l’issue de la grève. Keith Gibson, membre du Socialist Party, et qui n’était pas délégué, a été élu au comité de grève et est devenu son porte-parole l’après-midi même de son élection. Qu’une telle responsabilité lui soit confiée est une conséquence de sa réputation, basée sur des années et des années de militantisme syndical. On a entendu des commentaires de la part des travailleurs du genre “Gibbo y est maintenant. C’est un des meilleurs. Il va tout arranger”.

Un lundi le Socialist Party a distribué près de 1.000 tracts aux grévistes qui expliquaient que la grève n’était pas contre la main d’oeuvre étrangère, mais contre la “spirale vers le bas” et que son slogan devrait être “des emplois, des salaires et des conditions de travail aux normes syndicales pour tous les salariés” plutôt que “BJ4BW”. De même, nous avons aussi proposé une série de revendications claires que Keith a fait adopter par le comité de grève, et qui ont été présentée à l’assemblée générale. Les discours de Keith ont toujours mis l’accent sur l’intérêt commun de l’ensemble des travailleurs contre les patrons.

Le lendemain et le surlendemain, bien que quelques Union Jacks (drapeaux britanniques) pouvaient encore être aperçus ça et là, toutes les affiches BJ4BW étaient parties. A la place, il y avait des pancartes en italien appelant les ouvriers italiens à rejoindre la grève et une autre qui disait “Travailleurs du monde entier, unissez-vous !”.

Ce qu’on remarque ici, c’est la conscience confuse qui existe et l’effet que l’intervention consciente de véritables socialistes peut avoir sur la progression de revendications de classe et sur le recul d’idées réactionnaires qui peuvent exister en conséquence d’années et d’années quasiment vides de luttes et d’absence d’une politique de classe.

Les critiques ultra-gauche contre la grève (et le Socialist Party) ne sont jamais intervenus et n’ont pas discuté avec les travailleurs. Ils préféraient croire les récits de la presse capitaliste et ont donc rejeté cette grève sous prétexte qu’elle aurait été réactionnaire, raciste, ou xénophobe. Si le Socialist Party n’avait pas participé activement à ce conflit, le danger aurait pu être présent que de telles attitudes se soient renforcées. Mais au lieu de cela, une splendide victoire a été obtenue, qui pose les bases d’une syndicalisation des travailleurs étrangers et d’un renforcement de l’unité de classe.

Partager : Imprimer :