Sortie de route pour Verhofstadt 2?

Le gouvernement Verhofstadt II était sorti affaibli des élections régionales du 13 juin. Il est maintenant miné par les dissensions entre libéraux et socialistes et par les tensions communautaires. Il est de plus en plus douteux qu’il arrive au terme de la législature.

Thierry Pierret

La formation de coalitions différentes aux gouvernements fédéral, wallon, flamand et bruxellois au lendemain des élections régionales du 13 juin a rendu le pays ingouvernable. Cela contribue à pourrir l’ambiance entre libéraux et socialistes au gouvernement fédéral. L’ambiance est d’autant plus électrique que les deux familles politiques divergent sur la manière de faire payer la crise aux travailleurs et à leurs familles: les libéraux optent pour de nouvelles baisses de charges et d’impôts pour les entreprises, les socialistes pour une cotisation sociale généralisée (CSG) qui touchera tous les revenus – donc y compris ceux du travail! – pour compenser les baisses de charges sociales précédentes.

Guy Verhofstadt se faisait fort d’anticiper la rentrée politique en prononçant son discours de politique générale devant le Parlement 3 semaines à l’avance. Il devait y annoncer de nouvelles mesures d’austérité pour combler son retard sur les gouvernements voisins en terme de casse des acquis sociaux. Il a dû y renoncer piteusement. Son incapacité à trouver un compromis entre partis flamands et francophones sur la scission de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV) y a certainement joué un rôle. Mais c’est surtout l’irruption de DHL sur la scène politique qui aura mis le feu aux poudres. Verhofstadt n’a pas pu donner une réponse en temps voulu à l’entreprise de courrier-express quant à ses projets d’extension à Bruxelles-National. Il s’est heurté à la mauvaise volonté des régions bruxelloise et flamande qui veulent toutes deux s’accaparer les emplois et se rejeter les nuisances l’une sur l’autre. Cela promet pour le Forum institutionnel qui devra discuter de questions autrement plus explosives comme la communautarisation des soins de santé ou la régionalisation partielle de la justice… Tout semble converger vers une crise du régime politique de la bourgeoisie belge.

Partager : Imprimer :