Quel avenir pour le secteur automobile américain ?

Aux Etats-Unis, un plan de sauvetage d’un montant de 15 milliards de dollars a été approuvé pour le secteur de l’automobile. Des entreprises telles que General Motors, Chrysler et Ford menacent de tomber en faillite. La vente d’automobiles a fortement chuté aux USA ; des entreprises comme GM vendent moitié-moins que l’année dernière. En outre, les conséquences de la crise du crédit se font aussi fortement ressentir. Les démocrates songent à couronner un néolibéral pur et dur en tant que tsar de l’automobile.

Contrôle néolibéral ?

Nancy Pelosi (présidente de la fraction démocrate au parlement américain) a affirmé que le banquier Paul Volcker, âgé de 81 ans, serait le candidat idéal pour prendre la responsabilité du plan de sauvetage du secteur automobile. Actuellement, Volcker est le conseiller économique du président nouvellement élu, Obama. Entre 1979 et 1987, Volcker a été président de la Federal Reserve (la Fed); la banque centrale américaine.

En tant que président de la Fed, Volcker était partisan de la ligne néolibérale dure. Il a expliqué par après que la défaite de la grève des aiguilleurs du ciel en 1981 a constitué «l’acte individuel le plus important du gouvernement dans sa lutte contre l’inflation». En 1981, le personnel du trafic aérien américain est entré en grève pour se battre pour de meilleures conditions de travail et pour une semaine de 32 heures. De ce fait, l’interdiction de grève dans le secteur public avait été enfreinte. Le président Ronald Reagan savait que des remplaçants étaient formés en secret et il a donné l’ordre aux grévistes de reprendre le travail. 11.345 grévistes (sur les 15.000) ont été licenciés sur-le-champ. Le syndicat perdit sa reconnaissance. Cette grève symbolique a ensuite été utilisée pour justifier une politique néolibérale plus dure.

A présent, Volcker devrait s’occuper du secteur automobile. Il devrait surveiller toutes les transactions importantes et pourrait fermer les robinets si les restructurations n’étaient pas suffisantes. En d’autres termes, si l’on ne licencie pas suffisamment de travailleurs, alors, les cadeaux de la collectivité aux entreprises prendront fin.

Nationalisation…

Une autre piste dans la discussion au sujet de l’avenir du secteur automobile est venue du réalisateur Michael Moore. Moore est originaire de la ville de Flint et, ces dernières années, il a vu disparaître le secteur automobile dans cette ville. Il a publié quelques diatribes sur le plan de sauvetage et a aussi formulé certaines alternatives.

Le secteur automobile demande des milliards de dollars au gouvernement pour «assainir» la production. Michael Moore affirme avec raison que les moyens de la collectivité ne doivent pas être utilisés pour mettre des milliers d’américains à la rue. Moore : «s’ils reçoivent les milliards, ils promettent d’assainir 20.000 jobs. Vous lisez bien : on leur donne des milliards pour jeter des milliers d’américains à la rue. Ces idiots ne méritent pas un cent. Virez-les et reprenez cette industrie pour le bien des travailleurs, du pays et de la planète».

Nous sommes tout à fait d’accord avec cela et pensons, tout comme Michael Moore, qu’il faut investir beaucoup plus dans la recherche pour des sources d’énergie alternatives et des voitures qui consomment moins d’énergie. Un plan public de travaux d’infrastructure et le développement de transports publics accessibles à tous ; voilà qui nous semble un emploi plus efficace des milliards qui seraient utilisés pour licencier des travailleurs.

… sous le contrôle des travailleurs

Seulement, Michael Moore reste assez superficiel lorsqu’il s’agit de la reprise des entreprises automobiles par la collectivité. Il suggère qu’il suffirait que le gouvernement rachète des parts dans les sociétés. Ensuite, il veut qu’un certain nombre d’experts en transport soient engagés pour diriger les entreprises. Nous ne sommes pas d’accord ; nous pensons que c’est une nationalisation sous le contrôle des travailleurs qui est nécessaire. Pourquoi chercher des experts extérieurs alors que les gens qui y travaillent quotidiennement ont une très grande expérience ?

La collectivité doit prendre le contrôle sur les secteurs-clés de l’économie. Cela est vraiment une meilleure option que de laisser piller les biens de la collectivité pour mettre en sécurité les profits d’un petit groupe de super riches.

Partager : Imprimer :