Luttons pour les droits des femmes !

Cette année, cela fait 60 ans que les femmes belges ont obtenu le droit de vote, un acquis pour lequel une lutte de longue haleine a dû être menée. La lutte pour les droits des femmes est cependant loin d’être terminée.

Marlies (EGA-Gand)

En Belgique, les femmes gagnent en moyenne 26% de moins que les hommes. Même à travail égal, la différence reste de 6%. Les travailleuses oeuvrent souvent dans des secteurs qui reflètent leur rôle traditionnel ; emplois à mi-temps ou rémunérés par titres-services sont bien plus souvent détenus par des femmes que des hommes. Le salaire d’une femme est également toujours vu comme étant un complément à celui que reçoit son mari, cela fait donc des travailleuses féminines une sorte de “réserve de travail”, grâce à laquelle il est facile pour la classe dirigeante de faire pression sur les salaires des travailleurs masculins.

Tout ceci, plus la double journée de travail (le fait que les femmes aillent travailler, mais doivent aussi s’occuper de leur ménage et des enfants), les relègue à une position de second rang sur le plan économique. Par conséquent, les femmes se retrouvent souvent dépendantes de leur partenaire, et n’ont pas la possibilité de quitter le foyer en cas, par exemple, de violence familiale, qui reste la première cause de mortalité des femmes en Europe.

De plus, la femme est aussi confrontée à l’image de la femme en tant qu’objet sexuel. Une lutte très importante a été menée par les générations précédentes pour la libération sexuelle de la femme, mais aujourd’hui, cette liberté est détournée par le capitalisme qui la réduit à une pure chasse aux profits. Nous nous opposons à l’utilisation de la sexualité à des fins commerciales, car pour nous, la liberté sexuelle ne signifie pas qu’une femme ne doit être perçue qu’en tant qu’objet sexuel, mais bien en tant que femme capable de faire ses propres choix, et donc également libre de dire “non”. A cause de la position de second rang des femmes sur le plan économique, des secteurs tels que la prostitution ou l’industrie pornographique deviennent de plus en plus souvent la seule issue pour nombre d’entre elles, même pour les jeunes. Il y a une augmentation du nombre d’étudiantes qui se prostituent pour pouvoir payer leurs études.

Face à ces problèmes, nous nous basons sur une approche de classe : les femmes ne doivent pas combattre les hommes, mais hommes et femmes doivent lutter ensemble contre la classe dirigeante qui emploie des techniques de “diviser pour régner” pour pouvoir opprimer le reste de la société. Nous voulons nous battre pour une société basée sur les besoins de tous, et non pas sur le profit !


LUTTER CONTRE LE SEXISME EST NECESSAIRE !

– Brochure du MAS/LSP, 1e partie

– Brochure du MAS/LSP, 2e partie


CALENDRIER de nos campagnes:

  • De la colère à l’action organisée: Résistance Internationale!
  • Soutenez notre travail, faites un don au MAS/LSP !

    Versez votre don ou un soutien mensuel (par ordre permanent bancaire) sur le compte n° 001-2260393-78 avec la communication « don ».

    Pour toute information supplémentaire, n’hésitez pas à nous contacter : info@socialisme.be ou finances@lsp-mas.be.

  • 4 octobre: Action contre la conférence du Front National à Molenbeek (BXL)
  • 25 octobre: Festival "Environnement" de Résistance Internationale à Anvers
  • 6 décembre: Action pour le Climat à Bruxelles
  • 5 mars 2009: Manifestation anti-NSV à Louvain
  • 8 mars 2009: Action dans le cadre de la Journée Internationale des Femmes


Liens:

Partager : Imprimer :