Morales écrase l’opposition de droite lors du référendum révocatoire

Quelle voie suivre pour la lutte ?

En dépit de ce qu’en disent les médias, le référendum révocatoire du 10 août en Bolivie ne s’est pas soldé par un statu quo. Evo Morales, le gouvernement du Mouvement Vers le Socialisme (MAS – Movimiento Al Socialismo), et les mouvements sociaux ont bel et bien vaincu l’opposition de droite ; en fait, ils l’ont écrasée. Le président Evo Morales et son Vice-Président, Alvaro Garcia Linera, ont été ratifiés avec 67,41% des votes, une augmentation de près de 14% par rapport aux 53,7% de votes avec lesquels ils furent élus en 2005. Ils ont obtenu plus de 50% dans 96 des 112 provinces de Bolivie, et le soutien pour Morales à même dépassé la barre des 2/3 (66,66%), un cap important puisque la droite a sans cesse tenté d’éviter les réformes progressistes et de bloquer le passage de la nouvelle constitution en déclarant que « la démocratie, c’est 2/3 ». La participation à ces élections fut aussi très élevée : 83,33% de la population a voté.

Dans les départements traditionnellement alliés au MAS (La Paz, Oruro et Potosi), Morales a gagné plus de 83%, et dans des endroits supposés mitigés (Cochabamba et Chuquisaca), le président a obtenu respectivement 70,9% et 53,88%. Même dans les états de l’Est contrôlés par la droite, connus comme la « media luna » (la demi-lune), Morales a remporté 52,50% de votes positifs à Pando, 49,83% à Tarija, 43,71% à Beni et, dans le bastion de l’opposition à Santa Cruz, 40,75%.

Un « Oui » pour Morales : un vote en faveur du socialisme, contre la droite.

La victoire impressionnante de Morales n’est pas seulement un mandat populaire pour sa présidence. Elle reflète aussi le véritable désir du peuple bolivien pour le changement fondamental que Morales a promis d’apporter. Les paysans, la population indigène, les travailleurs et les pauvres de Bolivie ont voté « oui » car ils soutiennent la nationalisation complète de l’industrie des hydrocarbures et veulent plus de nationalisations. Ils ont voté « oui » parce qu’ils veulent se débarrasser des gros propriétaires fonciers et distribuer la terre aux communautés indigènes et aux paysans pauvres. Ils ont encore voté « oui » parce qu’ils veulent plus de programmes sociaux, comme la bourse pour les enfants en âge d’aller à l’école (le bon « Juancito Pinto »), et le nouveau programme de sécurité sociale (la « Renta Dignidad ») qui a pour but de garantir un niveau de vie digne de ce nom pour chaque enfant, chaque personne âgée, et chaque personne pauvre.

Maintenant, nous qui sommes dans les mouvements sociaux, nous avons le droit et la responsabilité de réaliser la volonté du peuple, d’élargir et d’approfondir le processus de changement, et de le transformer en une véritable lutte révolutionnaire pour le socialisme.

Premièrement, nous devons exiger un referendum sur la nouvelle constitution écrite par l’assemblée constituante du MAS et mobiliser nos forces pour assurer qu’elle soit approuvée. Bien que cette nouvelle constitution ne soit ni socialiste ni révolutionnaire, elle satisfait de nombreuses revendications émanant des mouvements sociaux, et a beaucoup d’aspects socialistes et révolutionnaires. Elle promet « une participation réelle et vigoureuse de l’Etat et de la société dans l’économie » et « interdit et criminalise les grands propriétaires terriens ». Elle garantit aussi « le droit à la vie et à l’intégrité, à la nourriture, à l’éducation, aux soins de santé, à un habitat et à un logement décent » et « à un travail digne et stable avec un salaire correct ». Aux communautés indigènes, elle garantit « des droits collectifs à une existence libre, à une identité culturelle, à la spiritualité, à la libre détermination, à un gouvernement propre et à un territoire, au sein de l’unité de l’Etat ».

Tout comme en ce qui concernait le référendum révocatoire, nous ne devons pas soutenir la nouvelle constitution comme une fin en soi, mais comme un outil afin d’organiser et de mobiliser les mouvements sociaux, afin de politiser les gens au sujet de la nécessité du dépassement du capitalisme et de la construction d’une société socialiste.

L’opposition ne va pas simplement accepter sa défaite démocratique. Elle va utiliser tout le soutien dont elle peut encore jouir dans les villes de la media luna, ses groupes de choc semi-fascistes et son contrôle économique pour attaquer les mouvements sociaux et le gouvernement du MAS. A présent, ils vont attaquer avec toute l’énergie du désespoir.

Après avoir été ratifié à Santa Cruz, le préfet Rúben Costas a donné un discours de guerre et de division, abreuvant son auditoire et sa base sociale de haine, de peur et de racisme, et les préparant à une lutte difficile. Il a traité Morales de « dictateur » et de « singe » et a qualifié le gouvernement du MAS comme étant « le plus cruel des terroristes d’Etat de l’ère moderne ». Il a ensuite annoncé la continuation du projet illégal d’autonomie de la media luna (ce qui, légalement, revient à de la sédition), a annoncé des élections pour l’assemblée législative autonome illégale (également de la sédition), a appelé à la création d’une force départementale de police parallèle (encore de la sédition), et a révélé un projet de lancement d’une agence taxatrice départementale en vue de contrôler les ressources économiques (toujours de la sédition) (La Opinion, 11 August 2008). Le reste des préfets de la media luna ont donné des discours semblables.

Le 15 août, cette violence s’est manifestée concrètement après une action de protestation menée par Rúben Costas et par le « Comité civique pour Santa Cruz », où les membres de « l’Union des Jeunes de Santa Cruz » ont attaqué la police et ont littéralement battu le chef de la police et un de ses lieutenants.

Le 19 août, la droite a commencé à utiliser son pouvoir économique pour faire payer aux masses leur soutien à Morales. Les dirigeants de la media luna a mis en route un plan de lockouts patronaux et de barrages routiers, demandant plus d’argent de la nationalisation des hydrocarbures (à laquelle ils se sont opposés tout du long) ; et dans un bref aperçu du futur, ils ont également émis l’idée de réduire le flux de produits alimentaires en direction des départements de l’ouest de la Bolivie.

Mais nous autres des mouvements sociaux, nous sommes l’immense majorité en Bolivie, et nous avons le droit de créer une société socialiste si c’est ce que nous voulons. En réponse à la sédition des préfets et des « comités civiques » de la media luna et des attaques violentes de l’Union de Jeunes de Santa Cruz, nous devrions arrêter, poursuivre et incarcérer toute personne impliquée.

Et même, plus encore, à chaque fois que la droite organise une manifestation ou une action, il est de notre devoir d’y répondre avec toute la force des mouvements sociaux. Si l’opposition attaque nos manifestations, nos leaders, nos marchés et nos habitations, alors nous devons être organisés, mobilisés et préparés à nous défendre, et à les repousser physiquement. Car si nous ne répondons pas de cette manière, alors le fascisme et la droite s’étendront et se renforceront. Mais si nous sommes organisés et mobilisés, alors nous des mouvements sociaux sommes bien plus nombreux, bien plus forts, et capables d’écraser le fascisme en Bolivie.

Les masses sont conscientes de cela et cette pour cette raison que lorsque Morales a fait son discours à La Paz après avoir triomphé contre la révocation, des dizaines de milliers de personnes ont crié : « mano dura, mano dura » (traduit littéralement par « une main dure »), en référence aux actions que nous devrions entreprendre contre l’opposition. Malheureusement, Morales a répondu avec un discours de conciliation et d’unité avec l’opposition de droite : « …cette unité peut être réalisée en liant la nouvelle Constitution Politique de l’Etat avec les statuts autonomistes de [la droite] ». Il a encore déclaré : « Je veux profiter de cette occasion pour saluer et exprimer mon respect aux préfets qui ont obtenu la ratification au référendum ; nous respectons la légitimité dont ils bénéficient, et je les appelle à travailler de manière unifiée. Lorsque nous nous serons unis aux autorités régionales, nous pourrons facilement satisfaire à toutes les demandes des secteurs et des régions du pays » (Evo Morales, 10 août 2008, La Paz).

Mais les préfets racistes qui se battent pour les intérêts du grand patronat, des grands propriétaires terriens, et des multinationales ne méritent pas notre respect. L’ Alternative Socialiste Révolutionnaire (ASR – Alternativa Socialista Revolucionaria, CWI-Bolivie) se bat pour l’unité de la Bolivie, mais il n’est pas possible d’unir les intérêts des grands propriétaires terriens, des patrons et des multinationales avec ceux de la classe ouvrière, des paysans, des indigènes, et de la majorité pauvre. Donner cette illusion est quelque chose d’erroné et de dangereux pour les mouvements sociaux.

Nous avons besoin du socialisme pour unir la Bolivie, satisfaire les revendications de la population et vaincre la droite

L’ASR lutte pour l’unité de classe entre les travailleurs, les paysans, les indigènes et les pauvres de l’ouest et les travailleurs, les paysans, les indigènes et les pauvres de l’est. Jusqu’à présent, les changements effectués par Morales et le gouvernement du MAS ont été progressistes, mais très modérés. La majorité des nationalisations sont en fait des renégociations de contrats qui impliquent le versement de centaines de millions de dollars à quelques-unes des sociétés les plus riches du monde. L’éradication des grandes propriétés n’a toujours pas encore réellement commencé. Le gouvernement n’a redistribué que 500 000 hectares appartenant aux grands propriétaires terriens, mais il s’agissait de parcelles inutilisées, alors que seules 100 familles contrôlent 25 millions d’hectares de terrain tandis que 2 millions de paysans pauvres n’en possèdent que 5 millions (Programme de développement des Nations Unies). Enfin, les programmes sociaux sont une aide, mais ils sont loin de garantir une vie digne à la majorité de pauvres. En résumé, la droite a maintenu quasi tous ses instruments de contrôle sur l’économie, tandis que le peuple bolivien reste pauvre.

Cela est problématique pour deux raisons. D’un côté, la droite peut utiliser son pouvoir économique pour attaquer la majorité pauvre et susciter de la frustration et de la désillusion dans les mouvements sociaux. Nous observons déjà les lockouts et les barrages routiers, qui ont provoqué une nouvelle augmentation des prix des denrées alimentaires. D’un autre côté, la droite peut utiliser ses richesses pour faire des concessions dans certains secteurs ciblés et par là diviser les masses. Une proposition récente de quasi doubler le salaire minimum à Santa Cruz à presque 1.000 Bolivianos par mois (143$) en cas d’obtention de l’autonomie du département illustre bien cette stratégie.

Pour les travailleurs, un salaire minimum de 1.000 bolivianos par mois est nécessaire. Cependant, avec un programme qui permet à la droite de continuer à profiter de la majorité des richesses de la Bolivie, le gouvernement du MAS est impuissant face au populisme de droite. Il n’a pas assez d’argent et doit se contenter de déclarer que les propositions de la droite « ne sont pas viables ».

La même chose s’est produite avec la juste revendication de la classe ouvrière pour un système de pension financé par l’Etat qui garantirait la retraite à 55 ans (l’espérance de vie en Bolivie est de 62,5 ans), ce que le gouvernement a qualifié de « non-viable ». Si le gouvernement du MAS ne trouve pas une manière de répondre au populisme de droite et de satisfaire les justes revendications de la classe ouvrière, il court le risque de perdre le soutien des travailleurs.

Dans le but d’avoir assez de richesses pour remplir les justes revendications des travailleurs, des paysans, des indigènes et des pauvres, nous devons contrôler démocratiquement les ressources naturelles, les forces productives, et la distribution des richesses en Bolivie. Cela nous permettrait de planifier l’économie et d’orienter la production en vue de satisfaire les besoins de base de la population, plutôt que de se concentrer presque exclusivement sur les profits destinés à l’oligarchie et aux sociétés multinationales. Ce sont là les changements dont nous avons besoin : des changements socialistes révolutionnaires.

Pour créer le socialisme, nous ne pouvons pas nous satisfaire d’une victoire lors d’un référendum révocatoire, ni même de l’approbation d’une nouvelle constitution progressiste. Nous devons également être préparés à aller mener dans les rues la lutte contre l’opposition de droite. C’est pour cela que l’ASR appelle à la création de « Comités de défense et de lutte » afin d’ouvrir un espace de débat, de lutter et d’élire des représentants pour organiser les actions sur nos lieux de travail, dans les campagnes, dans les communautés indigènes, dans les quartiers pauvres, et dans les universités. Cela permettra aussi aux bases des mouvements sociaux de mener démocratiquement la lutte et d’unifier leurs actions à une échelle locale, régionale et nationale.

Nous avons gagné le référendum révocatoire. Mais l’opposition de droite ne mourra pas simplement parce qu’elle a perdu son soutien démocratique. Pour remporter la lutte, mettre fin à cette opposition, et résoudre les problèmes de pauvreté et d’inégalité, il nous faut utiliser notre victoire du référendum et profiter de la campagne d’approbation de la nouvelle constitution pour nous organiser en Comités de défense et de lutte, mobiliser pour mettre fin au capitalisme et créer une société socialiste démocratique contrôlée par les travailleurs, les paysans, les indigènes, et les pauvres qui ensemble forment le peuple Bolivien.


"Sans lutte, pas de progrès. Ceux qui professent la liberté mais déprécient l’agitation, sont des gens qui désirent des récoltes sans avoir à labourer la terre, de la pluie sans avoir à subir le tonnerre et les éclairs… Le pouvoir ne cède rien qui n’ait été exigé. Il ne l’a jamais fait, et il ne le fera jamais." – Frederick Douglass


Liens:

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai