Obama sera-t-il le nouveau président des USA?

Mener campagne à gauche pour gouverner à droite

Le fait qu’Obama, en tant qu’homme noir, ait une chance de devenir président est l’expression des changements sociaux survenus aux USA.

L’espoir du changement

Obama a battu Hilary Clinton lors des primaires du parti démocrate. La participation de masse aux réunions électorales (notamment 75.000 participants à Portland) ou la plus grande participation de jeunes et de noirs aux primaires (35% contre 29% en 2004) ont illustré qu’il a pu susciter un mouvement.

Le thème du changement a été central chez Obama: il a promis de mener une autre politique pour que le pays change. Mais Obama répondra-t-il aux attentes? Des millions de pauvres pensent en effet qu’il leur offrira un meilleur niveau de vie.

Tout comme les précédents candidats démocrates à la présidence (y compris Bill Clinton), Obama fait campagne à gauche avant de mener une politique de droite. Il n’a aucune réponse pour la crise du logement (plus de deux millions de familles ont été expulsées).

Sa seule promesse est une baisse d’impôt de 500 dollars pour tout propriétaire, mais rien contre les expulsions massives. Il s’est même opposé aux aides massives pour les propriétaires en détresse. Beaucoup d’américains souhaitent une couverture de santé universelle, mais Obama ne veut pas s’opposer aux intérêts colossaux des grands groupes d’assurance médicale.

Lors du début de sa campagne, Obama a insisté sur son opposition à la guerre en Irak (un avantage face à Hillary Clinton qui avait voté pour). Il a toutefois clairement affirmé qu’il défendrait les intérêts de l’impérialisme américain, a promis une politique plus dure face à l’Iran et veut accorder 30 milliards de dollars supplémentaires au soutien pour Israël. Il veut aussi poursuivre le blocus dont est victime Cuba et soutien le système répressif de Colombie.

La faillite de la politique étrangère de Bush induit nécessairement que les USA vont changer d’approche. Ce changement sera uniquement de nature tactique et ne provoquera pas de changement quant au rôle de ce pays sur la scène internationale.

La Maison Blanche vendue aux enchères

Obama a affirmé que son trésor de guerre était basé sur la générosité de petits donateurs, ceux qui donnent moins de 200$. C’est vrai, mais il a également reçu des millions de dollars de la part des pontes de Wall Street et des grandes entreprises. Les représentants de ces gros donateurs se réunissent chaque semaine avec l’équipe de campagne d’Obama, c’est bien l’élite qui déterminera sa politique.

Ce sont deux candidats de partis quasiment identiques et favorables à l’élite qui se présentent. Fin avril, Obama avait dépensé 225 millions de dollars (192 pour Clinton et 78 pour Mc Cain). Plusieurs autres centaines de millions de dollars suivront. Après 8 ans de désastres avec Bush, il est impossible pour un républicain de remporter l’élection. Le plus gros avantage de Mc Cain est qu’il n’est pas Bush. Depuis qu’il a été désigné candidat, il opte pour une politique clairement conservatrice dans le but d’obtenir les voix de l’aile droite du parti. Il veut ainsi se battre en Irak « jusqu’à la victoire ».

Le fait que Mc Cain ait aujourd’hui encore une chance montre bien que malgré l’enthousiasme que suscite Obama auprès de certains groupes d’électeurs (les jeunes, les noirs) d’autres groupes (hispanique, femmes, ouvriers ordinaires) restent sceptiques aussi bien au sujet des démocrates qu’au sujet d’Obama lui même. En prenant des positions socio-économiques claires, Obama pourrait obtenir un soutien massif de la part des travailleurs blancs.

Y a-t-il une alternative?

Comme en 2000 et en 2004, Ralph Nader se présente. C’est un populiste radical ayant des positions anti-guerre, contre les grandes entreprises et en faveur des travailleurs. Il s’oppose au bipartisme et refuse de voter pour le moindre mal. Sur cette base, il attire une faible frange de la population composée principalement de jeunes radicalisés et de travailleurs (2,8 millions de votes en 2000 – 2,7%). Socialist Alternative, notre organisation soeur aux USA appelle à voter Nader. Mais il n’est pas prêt à utiliser ses campagnes pour construire un nouveau parti. Cette année, son score devrait être très faible en raison de l’enthousiasme que suscite Obama.

Le 44ème président des USA va connaître des temps houleux, la crise du capitalisme américain et international entraînera des mouvements sociaux de la part des travailleurs et de leurs familles. Nous avons pu en observer les prémices ces dernières années, entre autres la grève des travailleurs immigrés (mai 2006), les actions antiracistes massives à Jena en Louisiane (septembre 2007), la grève des dockers de la Côte-Ouest le 1er mai 2008 contre la guerre en Irak (grève menée en collaboration avec les dockers en Irak même),…


Liens:

Partager : Imprimer :