Eté du sport… ou du commerce?

Big business et sport

L’été 2008 sera apprécié par les amateurs de sport avec en juin l’Euro 2008, en juillet le Tour de France et en août les Jeux Olympiques. Mais à côté de l’enthousiasme, on trouve une série de scandales qui prennent de plus en plus le dessus sur l’aspect sportif. Le sport de haut niveau est surtout considéré par les sponsors et les organisateurs cupides de ces événements comme une nouvelle manière de faire des bénéfices exorbitants. Le sport en tant que forme de distraction, tel que le perçoivent des millions de fans, disparaît toujours plus.

Par Tim, MAS Bruxelles

On estime que l’Euro 2008 aura rapporté au secteur privé 2,15 milliards d’euros, dont la majorité pour les grands sponsors comme Coca Cola, Adidas et McDonalds. La vente des droits télévisuels et des billets a rapporté 660 millions d’euros à l’UEFA pour l’Euro 2004, et on attend une nette augmentation pour 2008. Sans compter le merchandising. Un billet pour l’Euro coûte entre 70 et 250 euros par match et de 160 jusqu’à 550 euros pour la finale. Quelques jours avant le match France-Pays-Bas, des billets circulaient à 3000 euros sur E-Bay! Beaucoup de téléspectateurs en Europe voir l’Euro à la télé, l’UEFA a ordonné que les droits d’émissions soient laissés au plus offrant.

Les intérêts commerciaux qui pèsent sur le jeu obligent de plus en plus les sportifs à prester. La pression est telle que certains ont recours au dopage. D’autres préfèrent limiter leur carrière de haut niveau à 5 ou 6 ans et ensuite mener une vie « normale », en étant assez riches. Avec les sommes énormes qui sont présentes aujourd’hui dans le sport de haut niveau, on ferait mieux d’investir dans de bons services sportifs accessibles pour chacun.

Les Jeux Olympiques en Chine ont été considérés dans un premier temps par les autorités chinoises comme un bon moyen de présenter la Chine comme un pays moderne, où les capitaux étrangers sont les bienvenus. La priorité a été donnée à la construction de complexes sportif et d’infrastructure de transport mégalomanes. Parallèlement à cela, les bâtiments scolaires ont été bâtis avec tellement peu de moyen que des dizaines de milliers d’écoliers ont trouvé la mort quand leurs écoles se sont effondrées durant les séismes du mois de mai dans la province de Sichuan. En outre, l’image démocratique que les autorités chinoises ont voulue montré n’est pas apparue en accord avec la réalité : les protestations intenses des Tibétains et d’autres opposants au cours de la tournée de la flamme olympique partout dans le monde en sont le parfait exemple.

Le sport doit être repris en mains par la population active. Dans le livre « Reclaim the Game » (de John Reid, membre de notre Internationale), on trouve des propositions pour un sport démocratique. Le contrôle des supporters, des joueurs, du staff et des autorités locales sur les clubs de sport et les fédérations, une distribution honnête des droits télévisuels pour toutes les parties de la compétition, et non pas seulement pour les parties les plus élevées. Des prix d’accès bons marchés aux stades et aux halls de sport, la fin des salaires exubérants pour les sportifs de haut niveau et les coûteux contrats de sponsor. Les supporters et les sportifs de toutes disciplines doivent être réunis dans des organisations qui peuvent défendre un tel programme.

> Reclaim the Game

> Le cyclisme en crise : L’expression d’une société en déclin. Tour de France ou tour de farce?

Partager : Imprimer :