Victoire du NON

Victoire du NON!

53% des Irlandais qui ont participé au référendum au sujet du traité de Lisbonne l’ont rejeté. Après que le traité sur la Constitution Européenne ait été rejeté après le résultat des référendums en France et aux Pays-Bas, certains espéraient qu’une version légèrement retravaillée de cette Constitution passerait plus facilement si aucune référendum n’était tenu. Seule l’Irlande a organisé en a organisé un (obligatoire selon la Constitution irlandaise). Le résultat est maintenant connu : le traité de Lisbonne a été rejeté et le projet néolibéral de l’UE est de nouveau en crise. L’establishment politique complet a reçu un camouflet.

Joe Higgins au sujet de la victoire du Non

Dans le journal Irish Times, Joe Higgins a parlé de la victoire du camp du Non en déclarant que ce vote est une expression de la résistance des travailleurs et de leurs familles en Europe. Ceci est une défaite pour l’establishment politique.

« De l’avis du Socialist Party, il est clair que les points centraux que nous avons cité, notre préoccupation au sujet des services publics, de la militarisation et des droits des travailleurs a trouvé un écho parmi les travailleurs et dans les quartiers ouvriers. Cela ressort clairement du résultat.

« Ce n’est pas la catastrophe qu’on essaye de nous faire croire. Cela peut au contraire faire avancer la position des travailleurs à travers l’Europe qui en ont assez de la politique néolibérale de l’Union Européenne sur le plan de la privatisation des services, des attaques contre les retraites et contre le droit d’un véritable emploi avec un bon salaire.

« Les travailleurs doivent se lever et engager le combat pour leurs services, contre le projet de militarisation et contre la spirale à la baisse sur le plan des salaires et des conditions de travail, entre autres par l’abus de travailleurs immigrés qui est soutenu par l’UE, ce qui est apparu avec l’arrêté-Laval et d’autres discours. »

Il y a en Irlande une tradition de résistance contre le projet néolibéral de l’Union Européenne. Là aussi on peut voir que l’UE soutient les intérêts des grandes multinationales et impose des mesures comme la libéralisation des services publics. De plus, l’idée d’une armée européenne est un sujet très sensible en Irlande. Le traité de Nice avait été rejeté par référendum également il y a quelques années. L’establishment politique a trouvé une solution originale pour revenir sur la victoire du Non : un nouveau référendum, dans l’espoir que le résultat serait différent, en combinaison avec une campagne d’ampleur avec le soutien de tous les partis établis pour le Oui. Cette méthode a bien entendu suscité des critiques : pourquoi organiser un référendum si ce n’est que pour arriver au résultat souhaité par l’establishment ?

La pression durant de ce référendum a été intense. Tous les partis établis ont appelé à voter Oui, de même que tous les médias traditionnels. Même les verts, jadis opposants à la Constitution Européenne – mais depuis lors présent au gouvernement – ont soutenu le Oui. Les partis traditionnels n’ont craint ni l’argent, ni les efforts pour tenter de persuader la population. Ils ont même reçu le soutien de la direction syndicale qui a aussi appelé à voter Oui. Mais tout cela n’a pas suffit. Le taux de participation a été faible et les opposants au Traité étaient majoritaires. C’est surtout dans les campagnes et dans les quartiers ouvriers que l’atmosphère penchait vers le Non, ce sont les quartiers riches qui ont voté en faveur du Traité. L’establishment a clarifié que parmi la minorité de la population politiquement plus consciente (le taux de participation était seulement de 40%), il ne dispose plus d’une majorité.

Les opposants au Traité l’ont emporté, mais cela est présenté à tort comme la manifestation d’une réaction conservatrice. Certains ont été jusqu’à parler d’ingratitude! Un éditorial du quotidien flamand De Standaard a utilisé ce terme, et les autres journaux (francophones aussi) allaient dans le même sens. L’Irlande aurait dû être reconnaissante vis-à-vis des subsides de l’Union et se comporterait maintenant comme un enfant gâté. Cette vision des choses passe évidemment sous silence le caractère de l’UE aujourd’hui. Ces dernières années, l’Europe a systématiquement été évoquée pour les libéralisations ainsi que pour les attaques contre les travailleurs et leurs familles. La politique néolibérale de l’UE reçoit de moins en moins de soutien, ce qui était déjà apparu au moment du Traité constitutionnel européen. Les 53% de Non face au Traité de Lisbonne sont dans la lignée de la résistance qui avait pris place en France et aux Pays Bas contre la politique néolibérale de l’UE.

Mais le camp du Non était hétéroclite. Il y a même eu un riche populiste de droite qui s’est cru dans le droit de se nommer porte-parole du camp du Non. De même, des nationalistes conservateurs et des nationalistes moins conservateurs ont appelé à voter contre. Ainsi, le Sinn Fein (l’aile politique de l’IRA, qui n’est pas très forte dans le sud de l’Irlande) a aussi a aussi pris position contre la militarisation de l’UE. Mais l’opposition la plus importante contre le Traité est toutefois venue des travailleurs et de la campagne. Les travailleurs ont voté essentiellement contre le Traité parce qu’ils savent pour quoi l’UE se positionne. La question est naturellement de savoir vers quelle représentation politique ils doivent se tourner pour pousser leur avis. Le Socialist Party, notre parti-frère en Irlande, a joué un rôle très actif dans la campagne contre le Traité de Lisbonne et notre ancien parlementaire Joe Higgins (qui a perdu son siège l’an dernier) a fait plusieurs apparitions dans les médias. Le défi pour le Socialist Party est maintenant de construire sur base de ce référendum une traduction politique pour le large mécontentement qui règne en Irlande. L’illusion du Tigre Celtique entretenue par la croissance économique de ces dernières années se dissipe sous le souffle du vent qui arrive de la crise immobilière américaine vers l’Irlande, avec des prix qui chutent et une crise dans le secteur de la construction. Le rêve du Tigre Celtique arrive à sa fin, les travailleurs Irlandais et leurs familles sortent du cauchemar de l’Union Européenne néolibérale.

Vidéo avec une argumentation contre le traité de Lisbonne

Vous pouvez accéder ici à un discours de Joe Higgins lors d’un meeting de mobilisation contre le Traité de Lisbonne et en dessous, quelques liens intéressants.


Liens:

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai