Les pensionnés crèvent la dalle, les travailleurs aussi, mais du pognon, il y en a !

INTERVIEW

Avant que la manifestation (qui comptera environ 20.000 participants) ne démarre, nous avons discuté avec Christian Delmotte, délégué FGTB-CMB à la société Lepage-Frère, sous-traitant en maintenance industrielle. Il travaille à la centrale nucléaire de Tihange et de la colère, il en a à revendre ! Mais selon lui, pas plus que les autres, ou alors à peine…


AS : Christian, nous sommes ici pour la deuxième journée d’action sur le pouvoir d’achat après, hier, les manifestations d’Anvers (entre 7.500 et 10.000 participants) et de Liège (25.000 participants). Pourquoi as-tu accordé de l’importance à venir manifester ici ?

CD : On est ici pour démontrer en masse le malaise général. C’est du panier de la ménagère dont il est question ici, pas du superflu ! Le monde qui commence à arriver ici reflète l’inquiétude du mouvement ouvrier, notamment vis-à-vis de l’index. Il y a aussi la question de l’emploi qui est bien problématique, le fait qu’on a de moins en moins de possibilités avec notre argent, le surendettement ou encore les pensions. Le type qui a travaillé toute sa vie et qui gagne peut-être 1.000 euros pour essayer profiter un peu de la vie, comment il fait ? Et nos enfants ? On leur laisse quel héritage si on ne réagit pas ? Ici, ce dont il est question, c’est d’un problème de société.

AS : En parlant de société, aujourd’hui, cela fait un an jour pour jour que les élections se sont déroulées, et on est toujours bloqué dans le communautaire…

CD : Cela ne nous concerne pas. Ici, c’est un appel du pied des travailleurs. Tous les secteurs en ont marre. Et pas qu’en Belgique ! Il y a les marins pêcheurs, la grande distribution qui affame les agriculteurs,… Il y a un ras-le-bol qui monte, qui monte…

AS : Il y a déjà eu une manifestation sur le thème du pouvoir d’achat, le 15 décembre dernier. Il a fallu attendre bien longtemps pour que quelque chose d’ampleur soit organisé. Qu’en penses-tu ?

CD : La base n’est pas spécialement d’accord avec la manière de fonctionner de la direction syndicale. On attend un mot d’ordre de nos dirigeants. Le monde ici, c’est aussi un peu pour ça. Pourquoi pas une grève nationale ? On a besoin d’un blocus total qui force ceux d’en haut à nous « écouter ». Liège, hier, a montré l’exemple. Continuons, et j’espère qu’il y aura autant de monde ici !

Mais ce n’est pas seulement dans l’autre ville qu’il faut regarder, aussi dans l’autre pays ! Au niveau international, ça commence à bouger aussi, avec la France, etc.

AS : Comment s’est passé la mobilisation dans ton entreprise ?

CD: On a un peu moins de 200 travailleurs, mais on travaille partout, et des gens viennent de partout. Moi, je travaille à Tihange, à 90 Km de chez moi. Dans notre cas, une grève nationale serait aussi une manière de mobiliser plus facilement. Sinon, on a diffusé des tracts, et puis beaucoup discuter. Enfin, beaucoup, le ras-le-bol est général, ce n’était pas difficile d’aborder le sujet. Mais les non-affiliés devraient être ici. Et puis à côté des délégués, on a quelques « meneurs » qui participent vraiment au travail de mobilisation et qui vont aussi activement participer au débriefing.

On fonctionne en front commun, et ça marche bien, malgré un peu de frustration après les élections sociales puisque la FGTB a récupéré la majorité à la CSC. On est tous dans le même bain et on va montrer qu’on en veut.

AS : Tu travailles et milites depuis pas mal d’années déjà, que penses-tu des luttes d’aujourd’hui ?

CD : Il y a du potentiel, mais il faut revenir aux luttes du passé, dans les années ’70 ou ’80 par exemple. En ’86, je travaillais à l’ACEC, qui est devenu Alstom aujourd’hui. A ce moment, on luttait pour les 36 heures. On a fait une grève de 13 semaines avec occupation du site, une grève au finish. Et on les a obtenues, les 36 heures ! Et puis après, cela a été étendu à tous le bassin de Charleroi, ça a fait juriceprudence.

AS : Revenir à un syndicalisme de lutte, quoi…

CD : Oui, le syndicalisme de « service », c’est dangereux. On a affaire à des barons du syndicat. Faut pas se foutre de la gueule du monde ! Ils ont des comptes à rendre. Uniquement avec des négociations, on ne mobilise pas et on obtient moins. Pour le prochain Accord Interprofessionnel d’ailleurs, pas de rigolade : on ne doit plus nous rouler dans la farine ! On ne peut plus se contenter de peu ! Les pensionnés crèvent la dalle, les travailleurs aussi, mais du pognon, il y en a !

Et ça, ça concerne toutes les couleurs, il faut admettre que le bilan du syndicalisme de service est faible et construire un rapport de force. Nous, on veut se battre.

Mais bon, tout ce que je te dis ici, les autres pourraient t’en dire autant : à la SNCB ou ailleurs. Moi, je n’ai peur de personne, je me bats pour les gosses.

On s’est compris ?


Lien:

  • Catégorie "Pouvoir d’achat" Vous trouverez dans cette rubrique les articles les plus récents sur le thème du pouvoir d’achat, mais aussi les différents rapports et reportages photo des manifestations de cette semaine d’action sur le pouvoir d’achat.
Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai