Home / Jeunes / Contre le racisme / Stopper le racisme en luttant pour du travail décent, un bon enseignement et un meilleur avenir pour tous !

Stopper le racisme en luttant pour du travail décent, un bon enseignement et un meilleur avenir pour tous !

<![CDATA[vottem_r_julie10Theo Francken estime que le succès de sa politique sera mesuré aux résultats de l’extrême droite aux prochaines élections : ‘‘si l’extrême droite obtient encore de gros scores en Flandre, j’y verrai une défaite personnelle.’’ Selon lui, sa politique fonctionne puisqu’il y a moins de réfugiés. Mais dans les sondages, le Vlaams Belang reprend de l’ampleur. Une politique d’asile antisociale peut-elle faire barrage à l’extrême droite ?

Rien de résolu sur la question des réfugiés

L’Europe a signé un accord avec la Turquie et veut procéder de la sorte avec le Soudan et l’Erythrée. La Turquie recevra 6 milliards d’euro pour un grand camp de prisonniers pour réfugiés. Que le pays glisse dans une dictature brutale qui viole les droits humains sur toute la ligne n’est visiblement pas un problème. La guerre contre la population kurde, la restriction des droits démocratiques, l’interdiction de la Gay Pride,… ne posent pas de soucis à l’establishment européen. Tant que la Turquie bloque les réfugiés, tout va bien.

Médecins sans Frontières a décidé de cesser d’utiliser l’argent des institutions européennes parce que ‘‘le traité scandaleux conclu entre l’Europe et la Turquie sape les droits des réfugiés.’’ Oxfam a parlé d’un ‘‘marchandage sur les droits de l’homme.’’ Pour l’Office du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, cet accord va à l’encontre des conventions internationales.

Pour Theo Francken et la droite, garder les réfugiés hors d’Europe est la seule chose qui compte. Pendant ce temps, les guerres en Syrie, en Irak, en Afghanistan, en Libye,… se développent avec leur lot de souffrances et de violences. Face à cette situation désespérée, Francken utilise la tactique de l’autruche: ce qu’on ne voit pas n’existe pas. En Turquie, l’attitude irresponsable du régime dictatorial d’Erdogan provoque une grande instabilité. La crise des réfugiés peut à tout moment revenir à l’agenda à plus grande échelle.

Les conditions de vie des personnes poussées à fuir leur pays et bloquées en Turquie sont inacceptables. On parle même d’enfants de réfugiés syriens exploités en usine. Ce n’est qu’en en finissant avec la guerre et la misère, ce qui nécessite de rompre avec le système actuel, que nous pourrons assurer que personne ne se sente plus obligé de fuir.

Le racisme ne peut pas être stoppé par la politique antisociale

Selon Francken & Co, emprisonner les réfugiés dans une prison à ciel ouvert en Turquie est utile pour bloquer l’extrême droite en Belgique. Cela criminalise les réfugiés et renforce l’idée qu’ils sont sources de problèmes divers, notamment au niveau de l’emploi. Les réfugiés sont utilisés comme boucs-émissaires pour dévier l’attention des conséquences des politiques d’austérité. Pour l’extrême droite, c’est un véritable cadeau. En Autriche, le candidat d’extrême droite est passé à deux doigts d’être élu président et, en France, Marine Le Pen caracole dans les sondages. En Flandre, le Vlaams Belang est de retour.

L’idée qu’une politique de droite serait de nature à bloquer l’extrême droite est une illusion. Dans le débat sur le Brexit, afin d’appeler à voter pour rester dans l’UE, il a été dit que voter pour le Brexit laisserait plus d’espace aux populistes de droite comme Nigel Farrage (UKIP) et Boris Johnson et conduirait à des politiques anti-migrants plus sévères. Le populistes de droite stimuleraient aussi la violence d’extrême droite, d’où la confiance qu’a trouvé le meurtrier de la politicienne Jo Cox pour passer à l’acte.

Ce sont les politiques antisociales de l’UE qui donnent du vent aux voiles de la droite populiste. Cette politique donne à penser que nous devrions arrêter les réfugiés pour défendre ‘‘notre sécurité sociale’’, comme si c’était la politique de droite qui pouvait la protéger. La politique brutale anti-migrants de l’UE – pensons à l’accord avec la Turquie – a fait dire au parti néonazi hongrois Jobbik qu’ils y voyaient ‘‘une opportunité pour l’UE d’évoluer dans un sens positif.’’
La population est perdante avec cette surenchère de droite et d’extrême droite. Leurs cibles, ce sont les réfugiés, les migrants, les chômeurs, les retraités, les travailleurs,… Stopper l’extrême droite signifie d’offrir un avenir décent aux travailleurs et à leurs familles. Cela nécessite un programme cohérent qui fait le lien entre les intérêts de la majorité de la population et la poignée de capitalistes pour qui défendre ses richesses implique de diviser le reste de la population.

Il y a eu 1,2 million de demandes d’asile l’année dernière en Europe. L’année précédente, il y avait 11 millions de logements vides en Europe. Au regard de l’état de nos routes, des services publics ou encore du secteur social, il est clair qu’il y a du travail pour tout le monde. Mais sous le capitalisme, ça ne marche pas comme ça. Ce qui est nécessaire et utile pour la majorité de la population ne vaut rien. Seuls comptent les profits. De cette logique découle une politique d’austérité dévastatrice, accompagnée d’une tentative cynique d’utiliser les réfugiés et les migrants pour dévier l’attention. On nous apprend à frapper vers le bas de sorte à ne pas frapper vers le haut.

Rebellons nous tous ensemble en faveur d’une réponse sociale pour un travail décent, pour de bons logements, un enseignement de qualité et des services publics pour tous. Voilà le projet des Etudiants de Gauche Actifs, l’organisation de jeunesse du PSL. Rejoignez-nous !

Francken demande-t-il aux demandeurs d’asile ce qu’il n’est lui-même pas prêt à faire ?

La ‘‘déclaration des primo-arrivants’’ que veut faire signer le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken à tout nouvel arrivant en Belgique ne résiste pas à l’examen du Conseil d’Etat. Il s’avère que cette déclaration ne respecte pas les règles de la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). Ce texte va à l’encontre de la liberté de conscience. Théo Francken attend des demandeurs d’asile qu’ils se conforment aux règles de la CEDH, alors que sa politique ne les respecte pas. Peut-être devrait-il résoudre ce problème avant de donner des leçons aux autres ?]]>