Augmentation des prix et crise alimentaire: Ce n’est pas notre faute, ce n’est pas à nous de payer!

Augmentation des prix et crise alimentaire:

Ce n’est un secret pour personne, les prix augmentent. En Belgique, le prix de l’essence a ainsi augmenté de 12% en une année, celui du pain de 13%, celui des œufs de 25%, celui du mazout de 26% et celui des spaghettis de 25% ! Les dépenses d’un ménage moyen en Belgique se sont en fait élevées de 5,2% quand on compare le premier trimestre de 2008 au premier trimestre 2007. Et rien n’indique que ces chiffres sont appelés à baisser…

Vous le savez, ni les salaires, ni les allocations n’ont suivi cette courbe. Enfin, ça dépend pour qui. Le patron de Delhaize peut par exemple sans problème s’accommoder de la hausse des prix pratiqués dans ses magasins : il a reçu en 2007 une augmentation salariale qu’aucun travailleur ne juge réaliste pour lui-même : +25% ! Cela lui fait tout de même un salaire de 2,6 millions d’euros… Et, alors que nous devons nous serrer la ceinture sans cesse plus fortement, il est loin d’être le seul dans ce cas : le patron d’Inbev (Jupiler, Stella,…) a ainsi palpé pour l’an dernier un salaire de 4,28 millions d’euros en 2007 (+8,9%).

Partout à travers le monde

Partout dans le monde, c’est la même chose, la même tendance, bien qu’il y ait évidemment des différences de proportions et d’impact. Internationalement, depuis la mi-2007, les prix alimentaires ont augmenté d’environ 40% et la Banque Mondiale estime que la cherté de la nourriture est devenue un combat quotidien, un combat de survie, pour environ 2 milliards de personnes. Des « émeutes de la faim » ont pour l’instant touché une quarantaine de pays. Mais à côté de cela, des multinationales agroalimentaires comme Nestlé s’en sortent très bien. L’an dernier, le chiffre d’affaires de cette entreprise était de 66,55 milliards d’euros (+9,2%) pour un bénéfice net de 6,59 milliards d’euros (+15,8%). L’année 2008 commence assez bien aussi puisque son chiffre d’affaires a encore augmenté de 9,8% durant le premier trimestre. Pour Danone, cela se passe encore mieux : + 11,4% de chiffre d’affaires durant le premier trimestre.

C’est dans ce fossé entre riches et pauvres qu’il faut trouver l’explication de la hausse des prix de l’alimentation. Dans les médias, on entend beaucoup parler de la croissance de la demande en Inde ou en Chine, ou encore des prétendus « bio » carburants. Mais même si ces éléments jouent un rôle, ils n’ont pas émergé d’un coup, comme ça. Ils expliquent donc difficilement la récente et rapide flambée des prix. D’autant plus que, selon l’ONG 11.11.11, il y a actuellement sur terre de quoi nourrir au bas mot 12 milliards de personnes, soit près du double de population actuelle…

Qui est responsable ?

La crise économique mondiale issue des Etats-Unis (la fameuse crise des « subprimes », ou crédits à hauts risques) a provoqué un effondrement des possibilités de spéculation.

Les protestations augmentent à travers le monde, en Afrique (ci-dessus:"A bas les affameurs du peuple!"), en Europe (ci-dessous, en France) et ailleurs.

Les spéculateurs, pas bêtes, se sont donc reportés sur la nourriture et les matières premières. Parce que, ça a beau être la crise, on est tous bien obligés de manger… et donc d’acheter de quoi se nourrir. Et hop, les spéculateurs ont acheté les stocks de nourriture pour s’enrichir encore plus, et tant pis si, au passage, des centaines de millions de personnes ne sont plus capables d’acheter de quoi manger. Ainsi, pour la patronne de la société ADM (une multinationale spécialisée dans la vente et la transformation de grains): "la volatilité sur le marché des matières premières présente des opportunités sans précédents". Ce n’est pas du cynisme, c’est de l’économie. De l’économie de marché, plus précisément.

Car ici, il ne s’agit pas d’un disfonctionnement du système. Le « libre marché » a conduit à la crise des crédits (on encourageait à consommer quitte à s’endetter jusqu’au cou et au delà) et pour continuer à amasser des profits gigantesques, les coupables spéculent maintenant avec la nourriture. Doit-on laisser ces salauds continuer ? Doit-on permettre que, de crise en crise, ce soient toujours aux victimes – les travailleurs, mais aussi la planète – de payer pour que les responsables continuent à mener leur vie indécente de parasite ?

Nationalisation sous contrôle des travailleurs et des consommateurs

Le contrôle de la production de nourriture et de l’approvisionnement doit immédiatement être retiré des mains des spéculateurs, des négociants internationaux et des grosses compagnies agroalimentaires.

A côté de revendications pour être capables de faire face à la hausse des prix comme une hausse importante des salaires et des allocations, le mouvement ouvrier doit exiger que ces institutions soient nationalisées pour permettre la mise en place d’un plan de distribution de nourriture à des prix raisonnables pour tous. Ces entreprises nationalisées doivent être sous le contrôle des travailleurs et des consommateurs afin que la production soit enfin orientée vers la satisfaction des besoins de la majorité de la population et non vers la soif de profit d’une minorité de capitalistes.


Liens:

Partager : Imprimer :